Bazadais

Birac

Pichot / Pishòt ?

en graphie alibertine :

(lo) Pishòt
prononcer "(lou) Pichott". "Un pishòt de gat", c’est un pipi de chat. Est-ce (...)

pishar / pisser

Prononcer "pichà".

pisha (prononcer "piche", "picho"...) : pisse, écoulement (très présent en toponymie)
Mais Palay donne plutôt pich (mot masculin) :
« Urine, pissat ; par anal. source jaillissante, filet d’eau jaillissant, cascade »

dérivé :
pishadèir (prononcer "pichadèÿ") ou pishadèr (prononcer "pichadè") : pissotière

En Bordelais, pishadeir, pishaduir (?) :
Nom énigmatique qui semble avoir désigné un quasi-pays :
 « picheduy, surnom donné par les landais du nord au pays viticole girondin » selon Palay rapporté par Matthias Koch
 « pays où il pleut toujours, lieu bas où se rendent les eaux » selon Mistral rapporté par Matthias Koch ; Mistral le fait dériver du verbe gascon "picha/pissa".
Pourtant la toponymie bordelaise ne semble pas présenter ce nom, sauf un lieu-dit ancien à Bègles en bord de Garonne sur les actuels "Petit Port" et "Grand Port" : le "Pichedhuy, Picheduy, Pichaduy, Pissaduy, Pisseduy, de la Reyne, Reyna..." (Matthias Koch)

pisha-viste (prononcer "piche-biste" - littéralement "pisse-vite" en français) : "sorte de culotte-pantalon que les femmes portaient sous la jupe, qui avait la particularité de ne pas être cousu entre les jambes".
[Association du patrimoine de Saint-Médard-en-Jalles - article dans le journal "Sud-Ouest"]

Probablement lié :
pishèir (présent en toponymie nord-gasconne sous la forme pichey)

Peut-être pas lié, mais avec des interférences possibles :
pishèr (pichè) : « sm. – Mesure de capacité (environ deux litres 1/2) ; pichet, grosse bouteille, jatte. » [Palay]

Pichòt
Prononcer "Pitchòt", "Pityòt"... Très difficile de savoir si les nombreux (...)

petit / petit

Prononcer "pétitt" ou "petitt".

Il y a d’autres mots qui veulent dire aussi "petit" en gascon : pichòt (prononcer "pitchot"), pichòi (prononcer "pitchoÿ"), pichon (prononcer entre "pitchou" et "pitchoung"), chicòi et chiquet (prononcer "tchicoÿ" et "tchiquét" - un chic, un thic, un chiquet : un peu, un petit peu...)

Mais le gascon emploie souvent des diminutifs au lieu de "petit" :
"un ostalet" au lieu de "un petit ostau"

petita (prononcer entre "pétite" et "pétito") : petite

JPEG - 21.7 ko
Barbotan-Cazaubon : Centre de loisirs LOU PETIT GASCOUN
Tederic M.

J.Bonnemason nous dit que la "pichòia" est la petite fille.
Sans doute dirions nous aujourd’hui "la pisseuse".
Lo "pichot" ne pourrait-il pas en être le masculin et se traduirait par le "pisseux" ? [Claude]

Encore un cas complexe, où deux racines entrent en collision, et peuvent générer de la confusion :
"pisha" (pisse) et "pich-" (prononcer "pitch-") présent dans pichon (prononcer "pitchoun"), pichòi (prononcer "pitchoÿ")... et dons la signification est "petit").
"Le Pichot" de Léogeats a déjà été analysé ICI, et j’y privilégiais le filet d’eau (source, ruisseau), en rapport certes avec "pisha" (pisser).

Le "Bois des pitchots" existe à
Saint-Orens-Pouy-Petit (32), donc en Gascogne. Mais le "pitch" (avec un "t") présent ici est-il justifié ?

En tout cas, "Pichot" ne peut pas être le masculin de "Pichoià", qui est "pichòi" (Pitchoy).

On remarquera que les dérivés de la racine "pitch" ont un "t" qui s’entendrait à l’oral, et notre problème nait du fait que nous travaillons sur des noms écrits, dont nous ne savons pas la prononciation d’origine.

[Tederic]


 

Un gran de sau ?

(connexion facultative)

  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document