Rivière basse et Pardiac Gascogne médiane

Lascazères

- Tederic Merger


 

camî de las Lanes dou Bosc

Le Conseil municipal de Lascazères a validé un nouveau plan d’adressage qui modifie par exemple ce Camî de las Lanes dou Bosc en « Chemin de la Lande du Bosc ».
Une adresse comportant "Camî" sera donc considérée désormais comme "incorrecte".
« Attention ! En cas de mauvais adressage le courrier ne pourra être distribué et retourné au distributeur. » (sic)

JPEG - 95.4 ko

http://www.sorsdubureau.com/letra-aubrida-au-consol-de-lascaseras/

Logiquement, toutes les voies comportant "Camî" subiront la même dé-gasconnisation :
FANTOIR* :
65264 Lascazères CAMI DE BALIROS
65264 Lascazères CAMI DE LAS LANES DOU BOSC
65264 Lascazères CAMI DE MARQUISSAOU
65264 Lascazères CAMI DE MOUNGACHIE
65264 Lascazères CAMI DE PEYROLOU
65264 Lascazères CAMI DE RAPINE
65264 Lascazères CAMI DOU LAVOUADE
65264 Lascazères CAMI DOU MENIN
65264 Lascazères CAMI DOU MOULI
65264 Lascazères CAMI DOU PADEOEM
65264 Lascazères CAMI DOU PEYRE
65264 Lascazères CAMI DOU PIRET
65264 Lascazères CAMI DOU SERGENT
65264 Lascazères CAMI GRANIER
65264 Lascazères CAMI JEAN DAILLA

* En fait, le FANTOIR ne "comprend" pas "CAMI" et le colle à ce qui suit : CAMIDE, CAMIDOU, CAMIGRANIER, CAMIJEAN DAILLA...
Le ver est donc dans le fruit depuis longtemps, comme le montre aussi chez l’IGN et le FANTOIR le changement, déjà fait, de "La(s) Lane(s) dou Bosc" à "La Lande du Bosc", pas pour le lieu-dit. "La Lande du Bois" serait le stade final de la dé-gasconnisation.


 

Grans de sau

  • ReGasPro a demandé au maire de Lascazères de revenir sur cette décision inspirée par des considérations numérocratiques plus que bureaucratiques si l’on peut dire... Mais d’autres que nous peuvent envoyer un message à la commune, via le formulaire de contact ou autrement.

  • La Poste n’a pas attendu le Conseil Municipal en prenant des libertés avec la culture locale.
    cf extrait ci-joint de son dernier - et ultime - annuaire...

    Plus au sud, à BAZET (commune progressiste), on a bien une rue de la Poutge...

  • M. Michel Mourany, de l’Ostau Occitan de Bordeaux, nous signale l’émission en lien au sujet de cette décision inopportune du maire de Lascazères (à qui on peut encore écrire pour contester sa décision).
    A noter toutefois le biais occitaniste de l’interviewé dont la transcription de l’interview dit "la maison se prononce casa(sic) en occitan de Gascogne".
    Non, tout simplement, maison se dit « case » (écrit casa) en gascon…
    https://www.francebleu.fr/emissions/les-mots-d-oc/toulouse/francisation-des-noms-de-rues

    • Le "biais occitaniste" se manifeste aussi, dans l’émission en question, par ceci : « Jusqu’en septembre dernier, il existait à Lascazères Lo Camin deu Molin. »
      Or, ce qui était écrit exactement comme nom de rue, que ce soit sur les plaques de rue ou (pas toujours*) dans l’annuaire, c’était Camî dou Moulî, avec quelques variantes.
      La querelle sur la graphie du gascon me rebute totalement, mais il faut rendre compte avec exactitude de la réalité ! Sinon, le front uni occitanistes/gasconistes sur ce sujet pourrait se lézarder...

      Et pour moi, "Camî dou Moulî" ou "Cami dou Mouli" rend assez bien compte de la prononciation gasconne ; c’est du gascon, c’est facile à lire pour les habitants et la plupart des visiteurs, c’est donc ça qu’il faut garder, comme nom unique !
      "Camin deu Molin" ne fonctionnerait pas... je dis ça au cas où...

      * Le scan de page d’annuaire qu’un gasconhaute nous a fourni ci-dessus montre que les appellations gasconnes étaient déjà remplacées par les appellations françaises selon les abonnés du téléphone, et pour une même rue !

  • Dans le même ordre d’idée, l’information suivante dans le Parlam Gascon de Sud Ouest (Landes) du 3 février (qui aurait dû paraitre aujourd’hui mais apparemment ne l’est pas !) :
    "Conferéncia. Los noms de lòcs de Poi de Sauç/ Pouydesseaux seràn explicats per B. Boyrie-Fénié, dissabte 8/02 (19h30, mediatèca). Mercés a l’associacion “Cultura e Bona Umor” en ligason dab los Larèrs ruraus de las Lanas. Atau, los parçans deu Baish Armanhac e de las termièras deu Marçan (Lo Hrèishe, Láqui, Senta Fé, Lòssa, Perquia, Lo Vinhau o Galhèras) augmentaràn la seria d’estudis toponimics. Que permeten a las municipalitats d’avalorar e transméter tot aqueth patrimòni immateriau, sovent mautractat, desformat quan n’es pas tot bonament oblidat e completament esvanit. E totun, en se passejar dens mantuas comunas, s’aperceben que las gents i son sovent estacats, mei que pensan. Mentre que s’apressan las eleccions municipaus, n’es pas interdit dequestionar los candidats sus aquò".

  • @Tederic
    Quoi qu’on puisse penser de la graphie occitaniste, il me semble qu’en graphie fébusienne, celle de l’IBG qu’on ne saurait suspecter de complaisance avec l’occitanisme, on écrit "Camîn DEU moulî".

    • J’hésite toujours, je commençais à le dire, à rentrer sur le terrain des graphies, tellement c’est inextricable pour le commun des mortels.
      Une preuve encore ici, puisque je dois encore m’expliquer : j’ai simplement vu un "biais occitaniste" dans le fait de ne pas mentionner la graphie réellement utilisée à Lascazères avant la francisation : "Camî de las Lanes dou Bosc" ne suit ni la graphie "de l’IBG" ni celle préconisée par les occitanistes ; elle est plus proche de la première, pour être exact. Mais ce qui compte, c’est que c’est du gascon, et il ne faut surtout pas compliquer le débat qui est déjà assez difficile !


Un gran de sau ?

(connexion facultative)

  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document