Albret néracais Gascogne médiane Landes de Gascogne

Sos

- Tederic Merger


 

Maysou Haut, Maisonot / Maisoòt / Maÿsouòtt

en graphie alibertine :

(lo) Maisoòt

maison / maison

Prononcer entre "mayzou" et "mayzoung".
La forme "mason" (prononcer entre "mazou" et "mazoung") existe aussi.


A Gueyze.

Qu’é béroÿ, uo paloumo !
chassealapalombe.fr m’a appris qu’on pouvait maintenant s’initier à, ou pratiquer, la chasse à la palombe selon un modèle économique qui n’est pas celui de la tradition.
Plus largement, le Domaine de Maysou Haut semble proposer au monde des villes des immersions dans le monde de la forêt landaise et de la Gascogne profonde...

Le nom "Maysou" :
Cassini notait "Maisou", la carte d’état major de Géoportail "Maysou" ; le cadastre napoléonien notait déjà "Maysou-haut" comme maintenant.
Au fil de mes explorations dans ce coin entre Albret et Armagnac, je remarque des noms écrits en ou là où j’aurais attendu la terminaison on.
Et je vois même coexister les deux graphies : Piron et Pirou, par exemple.
Il s’agit bien sûr de noter un son entre ou et oun(g)... représenté le plus souvent par on dans les graphies officielles ; exemples : Castéron, Higuéron...
La graphie ou laisse entendre que la prononciation a pu être plutôt ou que oun(g)...

Pourquoi "Maysou haut" et pas "Maysou haute" ?
"maysou" est pourtant féminin !
Il ne s’agit sans doute pas d’une maison haute, mais plutôt du lieu le plus haut dans un couple de lieux dont le second était en bas. Il a dû y avoir à l’origine un "Maysou bas", voisin, qui faisait pendant à "Maysou haut". On aurait pu avoir "(la) Maysou de haut".
Enfin, c’est l’interprétation la plus simple.

On remarquera aussi une fois de plus la banalité d’un nom de lieu : la maison du haut, la grande maison (Cazemajou...), la borde neuve, l’artigue (la zone défrichée) vieille...


 

Grans de sau

  • A mon avis, c’est peut-être une mauvaise compréhension de Maysouau, qu’on trouve en d’autres lieux. Maysouau = ’’lieu habité’’ ? Ou ’’grande maison’’ ?

  • Je rejoins Gaby car le Palay donne ceci :
    maysouàu : qui est de la maison -> Lou casalà maysouàu, les terres qui sont autour de la maison, qui en dépendent.
    maysouàu : enclos autour de la maison. V. courràu.
    Une fois de plus le Maysou-Haut en question est une cacographie doublée d’une cacophonie prouvant que hélas, et trois fois hélas, l’ignorance quasi-totale de la langue indigène de Gascogne n’est pas une vue de l’esprit mais bel et bien la triste réalité.

  • Je m’aperçois que l’IGN écrit "Maisonot" et pas "Maysou Haut".
    A y regarder de plus près, Cassini écrit quelque chose comme "Maisouot" ou "Maisouet".
    Finalement je penche pour "Maisouot" (Maisoòt) qui est courant en toponymie gasconne, le plus souvent sous la forme MAYSOUOT, et modifie la fiche du lòc en conséquence.
    "Maisouot", avec le t final qui se prononce, aurait été compris "Maisou Haut(e)".
    L’erreur apparait dès le Cadastre napoléonien. L’IGN ne la fait pas, mais en fait une autre : Maisonot n’est pas Maisouot. La confusion entre n et u est un risque majeur avec les cartes et les documents manuscrits d’autre fois.


Un gran de sau ?

(connexion facultative)

  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document