Les toponymes de type « tarde/roule » + « dîner/boire »

- Gaby

dinnar
 Trigodin(n)a(s), Triguedin(n)a(s), Trigodinat, Trigadinat, Trigadino, Trigo Dinna, Trigue Dinnas, Trigues Dina, Triguidina (60 lieux en Guyenne surtout, ainsi que dans le Tarn, l’Aude, le Roussillon et la Gascogne orientale)
 Tard à Dîner (2 lieux dans la Vienne)
 Rouille Dîné, Rouille Dîner, Rouille Dina(s), Rouilledina(t), Rouilledîné, Rouildinet ; Roul(l)e Dîné, Roul(l)e Dîner, Rouldîner, Rouldinet (48 lieux dans le N de la Gironde, les 2 Charentes, l’O de la Dordogne).
 Curiosité : « Arouerg. trigodinas f. pl. ‘carrefour, lieu de rencontre de plusieurs chemins’ Affre 334 » (FEW 23 p. 81)

sopar
Néant

béver/beure
 Trigobéoué, Trigobé(o)uré(s), Triguebé(o)uré, Triguebeurre (22 lieux dans le Languedoc et la région toulousaine)
 Tard a Béouré (Léojac 82)
 En oïl : Tard à Boire (3 lieux en Charente-Maritime)

minjar/manjar
Néant

Comment les analyser ?

Deux pistes :

 Un lieu avec une auberge, surnommée « tarde à souper » ou « tarde à boire » pour se moquer... ou alors réellement parce que le service n’était pas terrible ! On trouve aussi de très nombreux lieux Tartifume (et Tartifumes, Tard y Fume, Tarfume, Tartafum, Tartefume, Tartifum), au nombre de 110, surtout dans l’ouest de la France (Poitou, Charentes, Touraine, Maine, Anjou) et la Guyenne (Bordelais, Agenais). L’attestation du FEW semble aussi aller dans ce sens puisque les auberges étaient (et sont) situées dans des lieux de passage, évidemment.
 Un lieu stérile, dans le style des Paguemaou/Payemal bordelais, Porteteny/Porteteni gascons, Toulifaut/Tout y Faut & cie, Grattequina, … appelé « tarde à souper » parce qu’il faudrait beaucoup travailler la terre avant de retirer de quoi souper. Mais pour « boire » c’est moins clair. Cette hypothèse me semble moins probable.

Une analyse de la situation des lieux-dits permettra de voir s’ils sont bien dans des lieux de passage.

La question de « rouille/roule » est aussi à étudier. Dans le FEW, on trouve l’étymon *roticulare qui donne, en plus de « rouler », le sens de « lambiner »... mais en bourguignon.

Grans de sau

  • Qu’avèvi dejà rencontrat aqueth Trigabéver o Trigobéurer.

    Trigabéver, Trigabéurer
    Les toponymes de type « tarde/roule » + « dîner/boire » Prononcer respectivement (...)

    Oc, l’explicacion per un chafre d’estanquet, benlèu atenut damb impaciéncia, que’m pareish bona.
    Avans, qu’avèvi pensat a un lòc on lo bestiar e pòt béver, e tanben ua pèça de tèrra qu’auré besonh d’aiga... Fin finala las ipotesis de l’article ça-sus.

    Que’m demandi si lo "En Trigòli" de l’Isla-En-Jordan ne vien pas d’un Trigòli de la medisha mena : triga-òli, qu’u triga de béver òli...

  • Le fait que c’est un nom répandu, avec diverses versions dans les deux langues (tarde/roule en oil, tarda/triga en oc) suggère en effet un sens précis.
    Tarde peut s’entendre à l’impersonnel (par exemple en moyen français : il tarde boire = il fait soif, vivement la taverne).
    Mais cela pourrait aussi désigner un établissement où l’on reçoit et sert tard (parce que des voyageurs peuvent survenir à toute heure), peut-être avec une autorisation spéciale : un after hours, dans la langue de Jonny Wilkinson. Ce serait donc un certain type d’auberge (comme – autre exemple – les pòrta-te-n’i) ; moins un quolibet qu’un statut. Dans ce cas, ces établissements devraient se trouver sur les axes de communication (cf. le trigodinas du FEW).


Un gran de sau ?

(connexion facultative)

  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document

Dans la même rubrique