Paraboles en marge de la Gascogne (5) : Pellegrue Enquête Bourciez 1895

- Gaby

1. Un homme n’abait que dus gouyats. Lou pu jeune dissu à son paï : « Ey tén que sisquy mon meste et qu’asquy de l’argén. Faut que pusquy me nana et que besquy doou peuyi. Partagia boste bièn, et douna mé cè que dèbi abère. - O, mon gouyat, dissu lou paï, comme tu bourra. Tu sè un mechant et tu sera puni. » Pey drubén un tiroir, y partagè son bièn et n’en fi dio portions eygales.
2. Paou de jours après, lou mechant gouyat se nangu doou bilage en fasèn lou fier et sèn dire adieu à digun. Y trabersè béouco de landes, dey boys, dey ribaïres, et bengu dén une grande bile, enton deuspensé tout son argén. Oou bout de quaouque més, debu bèndre seus habilleméns à une bieille fame et se louga pr’eusta beylé : l’embouyère oou champ pr’y garda leus azes et ley béous.
3. Alors, fu bièn malherou. Naougu pu de lit peur drumi la neuy, ni de feu peur se caoufa quand fesè freï. Abait quaouque co si grand fam qu’oourait bièn mingea quey feuilles de quaoulets et quey freuys pourris que mingeun ley ports ; mais digun gny dounabe ré.
4. Un deussèy lou bèntre boyte, y se leychè tomba su n’euscabèou, en gueytan peur la fenestre leus aousèou que boulabeun liougèremen. Pey bit parèyche dèn lou ciel la lune et leus estelles, et se dissu en cridant : Là-bas, la mèyson de mon paï ey pleine de beylés qu’an doou pan et doou bin, dey eous et doou froumage tant que’eun boleun. Pundèn que tèn, jou mory de fam assi.
5. Et bé, baou me leba, n’irèy trouba mon paï et yi dirèy : Firy un peca, quand boulury bou quitta. Oougury grand tort, et faut que bou me punissiè, zoou saby bè. Ne m’appela pu boste gouyat, trata mé coume lou darrey de bostey beylés. Fury coupable mai languissèby lun de bou.
6. Lou paï ère dèn son cazaou, fenissén d’arrouza sey flours : besitabe ley poumèy et les razins. Cour bi beni su lou camin son gouyat tout coubert de suzour et de poussière, treynant la cambe, y pousqut à peine zoou crèyre. Y se demandè si fallait que lou punisse ou que lou pardounesse. Enfin, abècque ley larmes dèn leus euils, yeustundu ley bras, pey se jitant à soun co yi dounè une grosse bicade.
7. Pey fi cheyta son gouyat ; sounè sey gens et ley beusins : « Boli leyma coume abant, lou praoube drôle, leus y dissu dè que fureun assembla. A eusta prou puni : que digun adère ne yi fasse pas un reproche. Bené lou bèyre ; apourta yi biste une joille beste, metè-yi un annèou oou di pey dey souillè nèous ey pé. Bousaou pourré tabé prène dey gaous, dey canards, et mena un bétet bon à tia : anèn béoure, mungea ensèmble et fa une grande feste.
8. Ley beylés ooubeyireun à leur meste et metureun une béle touaille su la taoule. Oou même moumén, l’eyna des gouyats tournabe de la casse abècque sey cagnots. « Que coï donc que que breuÿ ? brouillét-èou eun jurant. Crèzy que bousaou canta assi ; co n’ey pas trop léou que tourny. Esque bou sey foou mon paï ? »
9. Nou, mon gouyat, ne zoou sey pas, respondut lou bieil. Si faou coqui coï que sey plèn de joie. Cantèn et sèn hurou, car abèn de qué. Que tu zoou bosque ou non, faudra que tu cante tu tabé et que tu te réjouisses abècque nouzaou, pasque ton fray qu’ère mort ey rebeungu à la bie. Coï coume si benait de nèyche : ayèr il ère perdu, aneuy lou bala retrouba.

Proposition de transcription :
1. Un òme n’avè que dus goiats. Lo pus jene dissut a sòn pair : "Es temps que sisqui mòn mèste e qu’asqui de l’argent. Fau que pusqui me’n anar e que vèsqui dau peís. Partatjatz vòste bien, e donatz-me ce que devi avere. - Ò, mòn goiat, dissut lo pair, coma tu vorràs. Tu sès un meixant e tu seràs punit." Pèi drubent un tiroar, i partatgèt son bien e ne’n fit duás porcions esgalas.
2. Pauc de jorns après, lo meixant goiat se’n angut dau vilatge en fasent lo fièr e sens dire adieu a digun. I traversèt beucòp de landas, deis bòis, deis ribèiras, e vengut dens una granda vila, entònt despensèt tot son argent. Au bot de quauques mes, devut vendre ses abilhaments a una vielha fama e se logar pr’estar vailet : l’envoièren aus xamps pr’i gardar les ases e leis beus.
3. Alòrs, fut bien malerós. N’augut pus de lit per drumir la neit, ni de fec per se caufar quand fesè freid. Avè quauques còps si grand fam qu’auré bien minjat ’queis felhas de caulets e ’queis freits porrits que mínjan leis pòrcs ; mès digun nh’i donava ré.
4. Un desseir, lo ventre vòite, i se leixèt tombar sus ’n’escabèu, en gueitant per la fenèstra les ausèus que volàvan liugèrament. Pèi vit paréixer dens lo cièl la luna e les estelas, e se dissut en cridant : Labàs, la maison de mòn pair es plena de vailets qu’an dau pan e dau vin, deis eus e dau fromatge tant que’n vòlen. Pendent ’queth temps, jo mòri de fam ací.
5. E bé, vau me levar, ’nirèi trobar mòn pair e lhi dirèi : Firi un pecat quand voluri vos quitar. Auguri grand tòrt, e fau que vos me punissietz, zau sabi bé. Ne m’apelatz pus vòste goiat, tratatz-me coma lo darrèir de vòsteis vailets. Furi copable mès languissèvi lunh de vos.
6. Lo pair èra dens son casau , fenissent d’arrosar seis flors : vesitava leis pomèirs e les rasins. Quor’ vit venir sus lo camin son goiat tot cobèrt de susor e de possièra, trainant la camba, i poscut a pena zau creire. I se demandèt si falè que lo punisse o que lo pardonèsse. Enfin, avèque leis larmas dens les elhs, i estendut leis braç, pèi se gitant a son còth lhi donèt una gròssa bicada.
7. Pèi fit xeitar son goiat ; sonèt seis gents e leis vesins : "Vòli l’aimar coma avant, lo praube dròlle, lesi dissut dès que fúren assemblats. A estat pro punit : que digun adèra ne lhi fasse pas un repròixe. Venetz lo veire ; aportatz-lhi viste una jòlha vèsta, metetz-lhi un anèu aus dits pèi deis solièrs nèus ais pès. Vosauts porretz tabé préner deis gaus, deis canards, e menar un vetèth bòn a tuar : anem beure, munjar(?) ensemble e far una granda fèsta.
8. Leis vailets aubeíren a leur mèste e metúren una bèla toalha sus la taula. Au mème moment, l’ainat des goiats tornava de la caça avèque seis canhòts. "Qué ’quò’s donc que ’queth breit ? brolhèt-eu en jurant. Cresi que vosauts cantatz ací ; ’quò n’es pas tròp lèu que torni. Es que vos sètz fòu mòn pair ?"
9. No, mòn goiat, ne zau sèi pas, respondut lo vielh. Si fau ’quò-’quí, ’quò’s que sèi plen de joie. Cantem e sèm urós car avem de qué. Que tu zau vòsques o nòn, faudrà que tu cantes tu tabé e que tu te rejoïsses avèque nosauts, pasque ton frair qu’èra mòrt es revengut a la via. ’Quò’s coma si venè de nèixer : aièr il èra perdut, aneit lo valà retrobat.

Commentaires :
Il s’agit du même dialecte que celui de la région de Duras (et s’inscrivant dans cette vaste zone de transition englobant le Bergeracois, le Duraquois, le Haut Entre-deux-Mers et le Libournais), c’est-à-dire une sorte de périgourdin à coloration gasconne abusivement divisé en "gascon" et "languedocien" en plein milieu du Duraquois . En effet, d’un côté on a avè, dissut, bolangèir et de l’autre aviá, disset, bolangier, mais à part ça c’est globalement le même dialecte, avec son amuïssement des consonnes finales, ses leis, deis, ais... épicènes, ses zo/zau, ’quò-’quí et subjonctifs en -sque (que vèsque, qu’asque, que vòsque, que sièsque...), sa curieuse prononciation du -r des verbes en -er, et surtout sa vocalisation en -èu, -au (gascon -èth, -au, langued. -èl, -al) mais le gascon -òth, -ath reste tel quel (avec consonne muette). N.B. Ici on trouve quand même vetèth, ’queth, Pellegrue étant plus proche de la zone gasconne.

Grans de sau

  • Ces paraboles seraient de précieuses reliques dialectologiques pour toute personne qui se pencherait sur tous ces parlers périphériques, "en marge de la Gascogne", et de nos jours disparus de toute vie sociale digne de ce nom. Cette aire dialectale "périgorde" comme disaient les anciens, bergeracoise assurément bien qu’elle déborde sur l’Agenais et le Bordelais voisins, viendrait perturber, si besoin était, la certitude de ceux qui verraient dans le gascon et dans l’occitan (proprement dit/languedocien) deux langues nettement distinctes bien qu’apparentées. Déjà, l’étiquette "gascon" appliquée à la plupart des parlers de l’Entre-deux-Mers et de Moyenne Garonne, qualifiés jadis de "mi-périgourdin" par des lettrés tels que l’abbé Caudéran, est pour le moins contestable lorsque, sans a priori idéologique, on constate sur les cartes parlantes de Philippe Lartigue que leur taux de gasconnité est inférieur à 50 % !
    Quant à l’étiquette "nord-languedocien" collée aux parlers sud-périgordins (bergeracois, sarladais), elle ne brille pas non plus par excès de cohérence.
    C’est fort dommage que des dialectologues professionnels n’aient jamais daigné étudier de manière approfondie les parlers de toute cette aire de transition, ce glacis entre deux idiomes occitano-romans voisins considérés comme des dialectes de la même langue par les occitanistes purs et durs ou comme deux langues séparées par les gasconnistes non moins purs et durs. Mais à leur décharge, il faut bien avouer que, dès lors que l’on s’éloigne de l’usage courant, les notions de "langue" et de "dialecte" sont loin d’être d’une limpidité parfaite, d’où un manque certain d’unanimité au sein des linguistes et des dialectologues.
    Ensuite, la socio-linguistique aurait pu prendre la relève en tranchant d’une manière ou d’une autre dans un sens ou dans l’autre. Mais c’est une autre histoire...

  • Adiu Danièl, e bona annada !
    Si cette aire de transition n’a pas beaucoup intéressé les linguistes, c’est peut-être qu’elle leur a paru abâtardie. Entre gascon, limousin, languedocien, mais aussi français : l’influence de ce dernier serait à étudier ; je constate que l’emploi du pronom personnel comme en français est sporadique ; je ne sais pas s’il peut venir du limousin, peut-être vient-il simplement de la langue d’oïl gavache, ou directement du français :
     "Esque bou sey foou mon paï ?" : bou = pronom personnel ; avec le "esque", ça donne une construction très française, correspondant mot à mot à "Est-ce que vous êtes fou mon père ?" !
     "Tu sè un mechant et tu sera puni." : même... punition, c’est quasiment du français !
     "A eusta prou puni" : ici, l’absence du pronom personnel éloigne du français.

    A la fin, tu écris, Danièl, que "la socio-linguistique aurait pu prendre la relève". Mais la socio-linguistique est aussi une science qui a son champ propre et n’a pas à empiéter sur la linguistique pure pour faire une arborescence des langues et des parlers ?

    Mais en dehors de la science, il y a le désir de faire exister un domaine propre, ou au contraire de se rattacher à un domaine plus grand ou mieux identifié, ou plus prestigieux, qui peut être ici l’Occitanie ou la Gascogne ; le Limousin n’a, semble-t-il, pas, en Guyenne, ce pouvoir d’attraction.
    N’est-ce pas, d’ailleurs, l’immense prestige de la France "parisienne" qui a mené le peuple de Guyenne à franciser son parler ?

    Et voilà : j’ai prononcé le nom "Guyenne" qui, j’ai vérifié, était absent jusqu’ici de la présente page de Gasconha.com !
    Guyenne, guyennais... vouloir faire vivre l’adjectif, ce serait bon signe pour lancer des études sur le parler de la parabole de Pellegrue, et sur la guyennité en général !
    Mais c’est aux guyennais de décider s’ils veulent se qualifier comme tels, avec tout ce qui s’ensuit !-)

  • Merci, Tederic ! Meilleurs voeux à toi aussi ainsi qu’aux autres mousquetaires. Et surtout, et avant tout, la santé. La santé sans laquelle tout peut sembler accessoire et dérisoire.

    Tu n’as pas tort au sujet du manque d’intérêt de la part des linguistes pour cette aire de transition à cheval sur trois "dialectes" et fortement francisée. Mais quelle aire dialectale n’est pas d’une certaine manière "abâtardie" ? C’est le propre de la situation dialectale, me semble-t-il.

    Quant à l’emploi du pronom personnel comme en français, je pense que le limousin proche, épaulé par le français dont il se rapproche par d’autres traits tels que la disparition orale des consonnes finales, n’y est pas pour rien. Marmande et ses environs, en dehors de l’aire "périgorde", échappaient à cet usage du pronom personnel naguère courant dans le dialecte bergeracois qui commençait à Seyches et à Labretonie.

    Le désir de faire exister un domaine propre n’a rien à voir avec la science, j’en suis parfaitement conscient. Mais de nos jours, ça me paraît très compliqué, pour ne pas dire impossible. Le patrimoine culturel, historique et linguistique de Guyenne et Gascogne a été tellement méprisé, rabaissé, qu’il faudrait des efforts prodigieux de la part de nombreuses personnes pour que les choses puissent bouger un tant soit peu dans un sens enfin positif et pas seulement au sein d’un cénacle de quelques locaux. Sans parler du chamboulement démographique qui a eu lieu comme partout ailleurs en France en l’espace de seulement un petit demi-siècle.

    J’admire la foi de ceux qui croient en la possibilité de faire revivre des faits de langue qui ont partout disparu socialement. Mais c’est certainement mon indécrottable scepticisme qui parle à ma place. Le bougre arrive toujours à prendre le dessus sur mes rares bouffées d’optimisme. Et avec l’âge, ça risque de ne pas s’arranger...
    Aussi, ami Tederic, quand tu écris que c’est aux Guyennais de se qualifier comme tels, j’aimerais tellement y croire !

    Bon, si déjà le fait "guyennais" arrivait à avoir un certain écho, ce ne serait que bénéfique pour l’étude des parlers bergeracois au sens large auxquels celui de Pellegrue se rattache. Mais sait-on encore à Pellegrue que naguère on parlait autre chose que le français dans le patelin ? Peut-être quelque (très) ancien ou ancienne... Et s’il existe quelque Calandreta dans les parages, quel "occitan" enseigne-t-on aux calandrons ? Le parler local d’autrefois ? Ce serait vraiment formidable !

    Amistats.
    Danièl

  • "Le désir de faire exister un domaine propre, ou au contraire de se rattacher à un domaine plus grand ou mieux identifié, ou plus prestigieux" : il ne faut pas oublier le Périgord, à une échelle intermédiaire. La Guyenne est évanescente mais le Périgord demeure ! Si les Guyennais nous nous disons Bordelais, Agenais, Périgourdins, Carcinols..., c’est déjà très bien, et même suffisant !

    L’usage du pronom personnel sujet : il n’est pourtant pas utilisé en Duraquois, et en Bergeracois je suis dubitatif. C’est surtout un trait qui apparaissait en se rapprochant du saintongeais et de la Haute-Vienne.

    Quant à ce qui est enseigné à la calandreta de Bergerac... Snif... Peu d’illusions à se faire. Le nom même de cette calandreta est Bel Solelh, ce qui n’est pas du bergeracois (on aurait bèu ), ni du gascon bien sûr, ni du périgourdin central, ni même du languedocien standard correct puisqu’on aurait bèl solèlh. J’avais offert notre lexique duraquois à une instit nouvellement arrivée à cette calandreta, originaire de Mauriac (33) donc en plein dans la même zone culturelle, mais elle était passée par l’occitan-béarnais/-languedocien de fac... Elle avait tenté quelques collectages dans le coin chez des très vieilles personnes... Mais de là à avoir l’énergie d’apprendre le patois du coin... je ne serais pas étonné qu’elle enseigne un occitanobéarnocatalanolanguedocien standard. Atau vai la via !

  • Gaby, ce que tu dis à propos de la calandreta de Bergerac n’est, hélas, qu’à moitié étonnant.
    Quant à l’instit, qu’elle soit passée par facilité à "l’occitan" de fac, on pourrait la comprendre quand on voit le temps que peut prendre l’apprentissage ou le ré-apprentissage d’un idiome local dans un contexte social largement défavorable du fait de l’évanescence, en parlant gentiment, du parler en question.
    L’acte de foi (car c’en est un) qui a été à l’origine de la création des calandretas s’est heurté au mur du réel dans la mesure où, de nos jours, vouloir enseigner le "parler" de tel ou tel patelin relèverait de l’utopie pure et simple.
    A moins d’enseigner partout un "occitan" unitaire à l’image du français de façon tout autant utopique. Mais ce n’est jamais dit de manière vraiment explicite.
    Tout ça pourrait paraître déprimant si ce n’était anecdotique.

    Siquis hardit, gojat !
    Danièl

  • Gaby, tu fais bien de rappeler que le Périgord demeure. Il constitue une entité originale au sein de la Guyenne, tant du point de vue historique que linguistique, peut-être même plus "visible" que la Guyenne.

    Tu écris que le pronom sujet n’était pas employé en Duraquois et que tu es dubitatif quant à son emploi en Bergeracois.
    Pour le peu que j’en sais, et en faisant appel à ma mémoire, l’emploi du pronom sujet, dans les parlers bergeraquois qui débordaient sur l’Agenais presque jusqu’aux portes de Marmande, était facultatif, aléatoire, dépendait du locuteur. Cet emploi "capricieux" du pronom sujet ne pouvait être que dû à l’influence du limousin voisin.
    En résumé cet usage était connu dans le Périgord comme dans le Limousin mais n’avait rien d’obligatoire ni de prépondérant.

    Ce phénomène n’est pas sans en rappeler un autre, l’emploi aléatoire et facultatif de la double négation "ne...pas", particulièrement dans la vallée de la Garonne où elle était connu mais, autant que je me souvienne, rarement pratiquée. Influence du français qui servait de "langue-toit", pour ne pas dire de langue de référence ?
    On ne trouve rien de vraiment convaincant à ce sujet.
    Si quelqu’un en savait davantage, je serais preneur. Toi aussi, je pense.


Un gran de sau ?

(connexion facultative)

  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document

Dans la même rubrique :


 

Sommaire Noms & Lòcs