Caçaire de higas o pelahiga ?

- Tederic Merger

Résumé en français :

Autrefois en Gascogne, une maison avait souvent son figuier. Ce n’était pas pour des prunes !
Aujourd’hui, les figues sont délaissées ; on ne les cueille même pas toujours.
C’est qu’elles n’ont pas trouvé leur place dans le circuit de production et de distribution "moderne" : pas toutes mûres en même temps (il faut guetter le moment où elles sont à point), supportant mal le voyage...
La figue convient à l’économie domestique, au circuit court (échanges entre voisins, à la rigueur vente sur les marchés locaux.
Alors, prenons soin des figuiers qui restent, faisons-en des boutures, et ne manquons pas la chasse aux figues !
Ensuite, si des producteurs veulent faire des expériences de production plus massifiée, qu’ils essayent ! peut-être en privilégiant des transformations locales de la figue (séchage etc.)...

Ende las higas, que s’agiré meilèu de cuélher que de caçar, e’m diratz !
Que’vs vau explicar...
A la caça, s’èi bien comprés, que cau :
 causir lo moment e lo lòc,
 un còp arribat suu terren, bien espiar, escotar tanben...
 e tirar !

Ende las higas :

Lo lòc

Que n’i a mantuns :

 dens las mias viradas a bicicleta capvath los tucs deu Neraqués, mès tanben l’arribèra de Garona, qu’èi trobat mei d’un higuèr, per exemple en baish de la maison panoramica de Hius (Fieux), dens lo vilatge de Moncrabèu, a Passabòs a Mont-hurt (Monheurt), a Mashòta tanben (comuna de Mesin).
Machotte

En generau lo monde ne se las cuelh pas, aqueras higas, coma si las aimèvan pas... O los higuèrs son dens lòcs abandonats, a on digun ne va pas mei (sonque jo)...

 Mès engoan, qu’es enqüera mei simple : a casa mia a Reaup, un vesin qu’a higuèrs deus grans, qui deishan passar las loas brancas cargadas de fruts au dessùs deu grilhatge...

Lo moment

Vam díser en seteme (que pòt depéner de l’espécia deu higuèr).
La mia mair que carculava la soas datas de sejorn a Reaup en fonccion de las higas...

Mès lo moment precís on cau cuélher ua higa... ací que cau :
 espiar : ua higa tròp joena, tròp bèra, tròp perfèita, tròp quilhada, sovent ne serà pas madura, e finalament, pas bona !
Que’m disi los qui disen que n’aiman pas las higas, sovent qu’es pr’amor n’an pas avut las bonas, sia que n’an pas pro atenut a l’aure [1], sia que las an avudas deu vesiatge o deu comerci...
Si, au contrari, la higa comença de plegar, de vàser un chicòt flaca [2], de s’eslacir [3], lavetz s’es a portada de man, que sufís de
 tocà-la, e de la cuélher si pareish pro mòla ; de còps que demorerà simplament dens la man ; s’es sus ua branca mei hauta, vau la pena d’anar gahar la branca, e de plegà-la dinc a poder cuélher lo frut.

Mès avisatz-ve :

L’òmi n’es pas lo sol amator de las higas maduras : los brossalons [4] tanben, si n’i a ! Engoan qu’èi bien remarcat que si tardavi a cuélher ua higa, que i èran viste dessùs, damb lo dangèr que te hissen ; totun, tant que n’as pas malastrosament botat lo dit sus un brossalon, qu’us pòdes enténer bronir dens lo higuèr, mès ne’t van pas atacar, tant coentats qui son...
Mès quan an començat un frut, adiu ! ne va pas durar longtemps : moscas e moscalhons que s’i hèn tanben, e de tota faiçon, lo frut ne hè pas mei enveja a l’òmi...

N’es pas acabat : un còp causida, tocada e cuelhuda, que se la cau minjar, shens tròp aténer. Jo, a l’aure, que me las daubrissi ; preferi véser coma son deguens (e tanben que poderé i àuger quauque insècte...) : de còps la color deus grans [5] qu’a virat (de l’arroi a l’orange marron) , e sabi que la higa ne serà pas bona. N’es pas un problèma : n’i a talament !
E mema que m’arriba d’escopir ua higa, si finalament ne m’agrada pas (e si ne soi pas en companhia eleganta !).

Cau sàber tanben que, quan a plavut, las higas e pòden estar completament henudas, o au mensh que vasen aigudas, e ne son pas mei tant bonas.

Bon, au cap de tot acò, qu’es un chic coma las palomas entaus palomaires : son contents quan n’an gahadas un dotzenat de tota la sason... e jo que soi content si’m soi minjat un dotzenat de higas super-bonas ! De tota faiçon, l’estomac qu’a tanben las soas limitas.

Passer du chasseur-cueilleur au néolithique !

Que demora la question de despassar l’usatge de caçaire-cuelhedor [6] de higas, end’arribar a ua produccion domestica pensada, mei massificada, e benlèu en quauque còp professionau, associada a tecnicas de secatge.
En mantuns endrets de Gasconha, d’autes còps, hasèvan partida de l’economia domestica, e mema lo higuèr qu’avè un ròlle simbolic segon Isidore Salles.
Lou Higuè / Lo Higuèr

Voir en ligne : Ràdio País - Athòs, Portòs e Regaspros #2 : Las higas

Notes

[1l’arbre - dans mon gascon d’Albret

[2flasque

[3se flétrir - mais je ne sais pas si ce verbe convient exactement ici

[4frelons

[5çò qui hè coma ua confitura deguens

[6le dicodOc donne cuelhedor (prononcer "kwélyédou") pour le mot français cueilleur

Grans de sau

  • Dans ma région , flétri = ESGLACHIT . Se dit d’un fruit, d’un visage...

  • Sabi pas perqué (meteò, empachs personaus...), la mia caça de higas n’estot pas bona engoan ende jo.

    Mais je ne perds pas le gnac à ce sujet !
    Témoin cette bouture de higuè faite au printemps, et que je pense mettre en terre en novembre, vers la Sainte Catherine... Si m’i soi escasut, tots que s’i pòden escàser !
    Pour corser l’affaire, cette bouture vient d’un petit figuier poussé contre un mur, et qui ne donne pas de figues jusqu’à présent.
    D’après mes recherches, ce peut être un figuier femelle en manque de mâle* !
    Si je plaçais ce figuier femelle (en supposant que c’est le cas) près d’un figuier mâle, peut-être qu’il donnerait des fruits.
    Les figuiers mâles sont reconnaissables à ce qu’ils donnent des figues précoces et immangeables qui ont juste le rôle d’héberger des insectes qui fécondent les figuiers femelles.

    * Il y a aussi des figuiers auto-fécondants qui n’ont pas ce problème.

  • Le figuier ci-dessus (bouture en pot) a remplacé, en pleine terre, un noyer qui, lui, est allé illustrer le carreròt de l’Esquilhot. A suivre, avec des photos ! <forum105099>

    Mais aujourd’hui, j’ai entendu une émission à France Culture sur la Guadeloupe.
    Quelques extraits :

    c’est le pays où coule le lait et le miel (...) il n’y a pas que la banane, que la canne... (...) commençons à valoriser nos produits locaux !

    L’intervenant (Isbert Calvados, poète) veut dire que la Guadeloupe est très riche, et que la souveraineté alimentaire y serait accessible.
    Il parle du coco :

    aujourd’hui on coupe les cocos, et on jette tout ce qu’il y a à l’intérieur (...) alors qu’il y a plus de 100 métiers autour du cocotier

    le produit qu’on a dans les jardins [il cite l’exemple du corossol], ça pourrit [on le laisse pourrir]... et on va acheter les fruits [importés] au supermarché

  • Pensi qu’es pr’amor de totas aqueras plojas, e de temperaturas meilèu baishas, los "mens"* higuèrs n’an pas balhat mei que l’an passat, qui dejà èra ua machant’annado...
    Fruts que n’i avè, mès sovent ne maduravan pas com ac auré calut. De còps que poirivan de tira.
    Comenci a comprénguer perqué los grans productors de higas e son en Turquia o mei generaument en zòna mediterranenca...
    Benlèu que damb lo cambiament climatic, anguerà miélher dens las annadas qui vengan ?

    * en realitat, sustot las brancas deus higuèrs deu vesin !


Un gran de sau ?

(connexion facultative)

  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document

Dans la même rubrique