en graphie alibertine :
Palhauba

auga / molinie bleue

Prononcer "awgue". "graminée vivace qui croît notamment dans la lande humide" (...)

palha / paille

Se prononce presque comme le français "paille" (pour une fois, c’est facile (...)

Prononcer "Pailhàube", "Pailhàubo" ?

[Mise à jour 2019 :
L’explication que je donnais ci-dessous n’est plus totalement valable : je privilégie maintenant l’explication du doublet Palhauba/Palhauga par la mutation simple de -b- à -g- que j’évoquais déjà à la fin (citation depuis un article de Gaby) sans passer nécessairement par le mot auga (qui cependant vient peut-être aussi de alba !).
Donc, Palhauba et Palhauga dérivent tous deux de Palha auba, sur le modèle aqua alba > Agoauba > La Goauga (lòc La Gouaougue).
Je crée un nom normat distinct Palhauga, abandonnant la lettre -v- que je pensais pouvoir servir à englober les deux variantes.
Tederic M.]

Sous ce nom_normat, j’écris faute de mieux un nom qui semble unique mais avec de nombreuses graphies françaises, aussi bien pour des noms de lieu que pour des noms de famille : Paillaugue à Lencouacq, Paillaougue à Saint-Justin, et aussi Peillaube à Razimet...
L’hésitation entre b et g se retrouve plusieurs fois, par exemple pour Paillaube ("ou Paillaugue") chez Geneanet, ou le lieu Paillogue, Paillobe à Lausseignan.
Il y a donc eu un nom qui signifiait sans doute un élément de l’environnement rural, et que la graphie du français a eu du mal à enregistrer : une suite de sons du genre "auwe" ne lui est pas familière.
Palhauga, d’abord choisi, renforce une hypothèse palha+auga.
Mais une évolution phonétique de palha auba à palha auga est possible* sans passer par le mot auga (une sorte d’herbe).
On trouve aussi en Gascogne des Paillau, et La Paillau à Lagraulet Lomagne).
Palay ne donne aucun nom commençant par Palhau.

* auguicha, anguicha, avicha, avisha, aubicha...
Quelques considérations sur les noms régionaux de végétaux en Bordelais, Bazadais et Agenais

Je pense que ces mots viennent du latin alba “blanche”, cette herbe ayant une couleur glauque donnant à la strate herbacée de la lande humide un aspect blanchâtre, flou.
Alb- donne aub- en gascon ; le -b- à la prononciation douce [β] passe souvent à -g- [ɣ] surtout après [w].

Variante(s) graphique(s) :

Peillaube

Paillaube

 

Un gran de sau ?

(identification facultative)

  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document