Lòcs (toponymie, paysage...) de Fronsac

Bourgeais, Cubzaguais, Fronsadais

Fronsac

Le Château Coustolle

en graphie alibertine :

Costòla
Prononcer "Coustole"... Nom clairement d’oc, présent en Bordelais (jusqu’en (...)

còsta / côte

dérivés ou variantes : costalat : côteau On aurait pu penser que le mot còs, (...)

Le nom ne figure pas chez Cassini. Il pourrait venir du nom de famille Coustolle ou Coustole qui est présent en Blayais.
http://www.chateau-coustolle.eu/

prepausat per Tederic Merger ;

 

 
Bourgeais, Cubzaguais, Fronsadais

Fronsac

Vigne

en graphie alibertine :

Vinha

vinha / vigne

Prononcer "bigne". Le gascon distingue "vinha" (l’ensemble des pieds de (...)

Tout à fait transparent.

prepausat per Vincent P. ;

 

 
Bourgeais, Cubzaguais, Fronsadais

Fronsac

Le palus de Colombès

La maison Colombès a disparu : elle est encore sur la carte des années 50, disponible sur Géoportail. Cela étant, si l’on regarde les vues aériennes, l’on distingue comme des ruines. Un courageux pour aller l’immortaliser, en passant sous l’autoroute ?

Il est probable que la création de l’autoroute Libourne-Périgueux l’aura en tout cas condamnée. Elle se situait en bord de l’Isle, face à Libourne.

Que signifie Colombès ? On remarque que la simplification -mb- > -m- n’avait pas lieu, du moins à l’écrit. Et quid du suffixe -èr au pluriel ? Pourquoi n’est-ce pas -èir ? J’attends le débat avant de proposer une forme normalisée.

prepausat per Vincent P. ;

 

 
Bourgeais, Cubzaguais, Fronsadais

Fronsac

Gagnard

Gagnard est-il gascon ? Il est assez clair que le patronyme Gaignard est très localisé dans la France de l’Ouest, dans l’ancien Maine notamment et l’Anjou. Cassini note d’ailleurs le lieu-dit ainsi, mais nous savons que la graphie -ign- en ancien français notait le son [gn] (un cas connu est Montaigne, qui est Montagne).

Le dictionnaire des noms de famille en ligne, par Jean Tosti, indique :

« Gaignard Le nom désigne un laboureur, un cultivateur (dérivé de l’ancien français gaaignier). Il est porté dans la Sarthe et les départements voisins (49, 53). Formes voisines : Gaignaire (05,71, 30), Gaignaires (51), Gaignand (77), Gaignant (14, 61), Gaignat (70, 68), Gaignault (36), Gaigné (35), Gaigner (53), Gaignerot (17, 33, 32), Gaignet (85, 35, 22), Gaignette (51), Gaigneur (59, 62), Gaigneux (35, 56), Gaignier (36, 08, 59), Gaignière, Gaignierre (08), Gaigniot (77), Gaignot (54), Gaignou (01), Gaignoux (35, 22, 76). Certaines de ces formes peuvent être des toponymes (= terre labourée, également pâturage). A noter surtout que plusieurs de ces noms, et notamment Gaignard, ont pu avoir un autre sens, celui d’homme cruel, violent, également pillard (sens attesté au Moyen Âge pour le mot gaignart). »

Le gascon du Fronsadais a-t-il connu ce mot comme emprunt ? Nous ne pouvons pas savoir. Il est plus vraisemblable d’envisager une migration mainiote ou angevine à date ancienne, venue se fixer sur les bords de la Dordogne. Il est alors assez certain que Gaignard devait être prononcé à la gasconne dès la génération suivante : Ga’gnartt. Devons-nous établir une forme normalisée Ganhart du coup ?

prepausat per Vincent P. ;

 

 
Bourgeais, Cubzaguais, Fronsadais

Fronsac

Le Château Pontus

Après Campus, Pontus !
Le nom n’apparait pas chez Cassini, et il est écrit "Ponctus" sur le Cadastre napoléonien, peut-être pour donner un habit latin et donc plus chic à un nom qui peut être gascon ou plutôt guyennais ("Pountus" à Bourlens 47370 !).
Une recherche couplant Pontus et Fronsac donne par exemple ceci, sans que le château ci-dessus soit évoqué : « François-Henri de Fronsac, marié à Henriette Charlotte de Balavoine de Pontus »
[Histoire De Libourne et des autres Villes Et Bourgs De Son Arrondissement ...
De Raymond Guinodie (aine) - Google livres]
Il y a aussi « En 1310 Willem de Gombaud Sire de Pontus, était bourgeois de Libourne » et
« Autre Bertrand de Gombaud, écuyer, Sieur de Pontus, était maire de Libourne en 1685 »

Les bastisses :
Une fois de plus apparait le contraste entre la demeure de prestige et une autre bastisse de style plus local.

prepausat per Tederic Merger ;

 

 
Bourgeais, Cubzaguais, Fronsadais

Fronsac

Frèdefont
Fredafont

en graphie alibertine :

Freidafont, Fredafont, Hredahont

hont / fontaine, source

hontan ou hondan seraient d’autres formes, féminines aussi, de ce mot. Cau (...)

hred / froid

Prononcer "réd". Les formes écrites hret et fret existent aussi. En (...)

Froide source... Le Cadastre napoléonien écrit "Froidefont"... Pas de trace de gasconitat dans le nom de cette chartreuse girondine en bord de Dordogne, mais freda et font sont bien d’oc.
En gascon, on aurait plutôt l’ordre inverse, et en général des h à la place des f, et parfois un traitement gascon supplémentaire : Hont hreda, Hont ahreda...

prepausat per Tederic Merger ;

 

 
Bourgeais, Cubzaguais, Fronsadais

Fronsac

Pey Labrie

Du haut de Peylabrie.
Au fond, la Dordogne.

Les noms de lieu Labrie peuvent cacher autre chose, par exemple celui de Jugazan en Entre-deux-Mers (Labriq, Labric, donc Labrit/Albret !).

Labric
Labrit Prononcer le t final. Albret.


Mais aucun indice concernant ce Pey Labrie !

prepausat per Tederic Merger ;

 

 
Bourgeais, Cubzaguais, Fronsadais

Fronsac

Liamet


Toponyme énigmatique, que l’on retrouve également à Saint-Étienne-de-Lisse, donc également au nord de la Dordogne, en Bordelais.

On ne trouve pas de patronyme Liamet de nos jours. Geneanet donne une attestation dans le Poitou, fin XVIIIème siècle, mais ce n’est pas suffisant pour ne pas écarter une homonymie fortuite, d’autant que l’on trouve également une attestation ancienne en Savoie, ainsi qu’en Médoc.

Un patronyme gavache devenu toponyme n’est évidemment rien d’impossible, et c’est même très probable, mais nous n’avons pas l’ensemble des preuves. A fouiller, donc. En l’état, je ne propose pas de forme normalisée gasconne.

prepausat per Vincent P. ;

 

 
Bourgeais, Cubzaguais, Fronsadais

Fronsac

Arnauton

en graphie alibertine :

Arnaut

Arnaut Arnauda / Arnaude / Arnaud

Comme le dit J.Tosti, sur son site des noms, "nom de personne d’origine (...)

Larnauton + (l')Arnauton
Prononcer "Arnaoutou", "Arnaoutoun", "Arnaoutoung"...

Arnaut Arnauda / Arnaude / Arnaud

Comme le dit J.Tosti, sur son site des noms, "nom de personne d’origine (...)


Il est une chose qui me frappe, même si nous pouvons convenir qu’un diminutif d’Arnaut n’est rien d’extraordinaire, c’est l’unité des toponymes gascons, des Pyrénées jusqu’aux rives de la Dordogne.

Vous pouvez chercher sur Géoportail, les lieux-dits Arnauton sont essentiellement gascons.

prepausat per Vincent P. ;

 

 
Bourgeais, Cubzaguais, Fronsadais

Fronsac

Lagrave ou La Vierge
La Grava / La Grawe

en graphie alibertine :

Lagrava + (la) Grava
Prononcer "La Grawe", "La Grabe", "La Grawo"...

grava / grève, gravier

Au sens minéral, bien sûr... Prononcer entre "grabe", "grabo", "grawe", (...)


J’ai détecté cette maison, en bordure de Dordogne, qui me semble très ancienne, probablement du XVIème siècle, à façade sous pignon, et absolument similaire au vieux bâti médiéval ou Renaissance du Bordelais ou du Bazadais.

Elle se situe en un lieu-dit appelé sur les cartes IGN actuelles "La Vierge", ce qui témoigne du caractère envahissant des toponymes religieux, qui se sont souvent substitués à d’autres, plus ancrés dans la réalité géographique : en l’espèce, je crois bien qu’il s’agit d’une grave en bordure de la Dordogne, non loin du port de Fronsac.

Le site Internet du château d’ailleurs indique "La Grave". L’adresse pour la commune est par ailleurs "À la Grave".

prepausat per Vincent P. ;

 

 

Sommaire Articles