Pays de Buch Landes de Gascogne Mar e còsta gascona / Ma é coste gascoune

Lège-Cap-Ferret / Lèja-Cap-Horet

- Tederic Merger


 

Le Claouey / Lo Clavèir / Lou Claoueÿ

en graphie alibertine :

(lo) Clavèir, (la) Clavèira
Prononcer respectivement "(lou) Claweÿ", "(la) Claweÿre". (masculin, (...)

clau / clou, clef

Prononcer "claou" ("aou" étant une diphtongue). Si "clau" est masculin, (...)


Quartier sur le bord du bassin. "le cloutier" ? Je subodore une autre explication, mais laquelle ?
Aujourd’hui 21 mars 2011 : j’ai demandé à une passante la piste cyclable vers "le Claoueÿ" en prononçant nettement le "ÿ". Elle m’a repris en disant "Claouè" sans article. Mauvais signe... Pas loin, on a "La Pignada"...
Aïe aïe aïe...


 

Grans de sau

  • J’ai une amie de ma mère qui habitait à "le Claoueÿ" l’été et j’y allais gamin et je peux te dire que je n’ai jamais entendu dire l’article, c’était déjà les années 60-70 et même après.
    Par contre le "ÿ", je l’ai toujours entendu bien nettement prononcé. Tu es sur que cette dame n’était pas une touriste ?

  • Cette dame était probablement une résidente, d’après l’assurance qu’elle semblait avoir de posséder la bonne prononciation, et aussi par sa connaissance des lieux.
    Elle n’avait pas, d’après le peu qu’elle a dit, d’accent local, ce qui peut faire penser qu’elle appartient aux résidents venus d’ailleurs, qui sont maintenant largement majoritaires dans cette contrée du "nord bassin".
    D’autres l’ont dit : les "bougés" (habitants du Pays de Buch) ont vendu leur pays. C’est difficile de résister à l’argent facile ! On est à peu près dans le cas de la Côte d’Azur.
    Au pays basque, la force identitaire contrebalance un peu cette évolution.

  • Oui, "un peu", parce que jusqu’à des villes comme Saint-Jean-de-Luz sont peu à peu vidées de leur population autochtone.
    Alors les Basques parviennent à maintenir l’illusion à coup de colombages rouges et de résidences nouvelles pas trop laides (mais construites sur des terrains inondables, on va rire le jour où la Nive ou la Nivelle déborderont).

    Selon les contextes, dans le cas d’une incompréhension qui résulte d’une question d’accent, je surjoue l’accent gascon pour bien signifier que je possède la bonne prononciation, même si parfois c’est la première fois que l’interlocuteur entend ma version !
    Cela dit, il y a aussi des hésitations : par exemple, j’ai toujours entendu "Gèr" pour le département du Gers.

  • Autrefois, le panneau d’entrée du village annonçait "le claouey". mais nous sommes toujours allé à (pas au...) Claouey ; mon grand père disait claouey et prononçait le "éï" de claouey.
    Aujourd’hui ,on ne le dit plus.
    j’ai une question autre :
    j’entends toujours "avoir LA gnaque". Mais je croyais que gnacquer voulait dire "mordre"...
    le gnac, n’est pas avoir du mordant ?
    Excusez moi pour l’orthographe.
    Xavier

    Réponse de Gasconha.com :
    La prononciation gasconne correcte est bien sûr "éï" (ou "èï" ?). Il faut tenter de tenir bon là-dessus, même quand on est minoritaire.
    En revanche, "au Claouey" parait plus logique que "à Claouey" puisqu’il y a l’article "le".

    A propos du "gnac", voir le hiu (fil de discussion) "Du gnac"



Un gran de sau ?

(identification facultative)

  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document