Còr de Bigòrra

Vic-en-Bigorre / Vic-Bigòrra / Bic-Bigòrro


 
en graphie alibertine :

Vic
J.Tosti, sur son site des noms : "toponyme très fréquent qui évoque un hameau, (...)

(la,era) Bigòrra
Prononcer "Bigòrro".


 

 

Lòcs (toponymie, paysage...) de Vic-en-Bigorre / Vic-Bigòrra / Bic-Bigòrro :


 

 

 

Grans de sau

  • La photo est prise de Saint-Lézer, l’ancienne Bigorra capitale bigourdane.

    Vic est une ville malade de son passé. Elle incarne un peu la France de la IIIème République qui a tant souffert des Trente Glorieuses. Le centre a perdu notablement de son ancienne superbe (pour les Béarnais, Vic était cette fantastique et délicate cité égayée par de petits canaux : lire Palay) probablement du fait de l’adaptation aux voitures.
    De nombreuses rues ont un aspect désolé et le manque de caractère (plutôt le manque de reconnaissance) des fermes de la Bigorre septentrionale justifie un manque notable de soin apportée aux restaurations.

    La "banlieue" de Vic est le lieu de prédilection du pavillon néo-landais dont on aperçoit quelques exemples au premier-plan.
    Vic possède également quelques petits immeubles des années 60 assez proprets et bien arborés : à mon avis, plutôt que d’étendre les villes avec des maisons individuelles, il faudrait revenir à ces petits immeubles qui densifient le centre-ville, font économiser sur les dépenses de voirie, ont l’avantage de préserver le caractère campagnard des environs immédiats, ...

    Réponse de Gasconha.com :
    Sur la re-densification des centres-ville, je suis d’accord, et je pense que c’est très très important.
    Cette idée est maintenant portée par de nombreux urbanistes, y compris dans les DDE, mais on tarde à en voir une traduction dans la réalité, les communes et communautés de communes semblant continuer à favoriser les lotissements hors centre-ville.
    [Tederic]

  • Il faudrait à vrai dire une modification institutionnelle forte, qui pourrait passer par la suppression pure et simple de la compétence communale au profit de villages et villes moyennes comme Vic.
    On ne peut plus tolérer un aménagement du territoire qui ne répond plus qu’à sa propre logique institutionnelle avant de répondre aux enjeux (capter la ressource financière du voisin avant d’avoir une vision locale plus générale).
    La décentralisation à l’échelon communal est un désastre car le temps du socialisme municipal (services publics de base) est bien loin.

  • Je me permettrai une remarque qui n’a rien à voir avec vos digressions au demeurant très instructives, sur cette façon très bigourdane, me semble-t-il de nommer les villes et villages qui ont un homonyme sur le territoire français et qui ont dû s’en démarquer par l’ajout d’un nom d’ancien pays (cela en a sauvé plus d’un de l’oubli parmi les plus modestes) ou de rivière.

    Ici en Bigorre à l’oral cela donne : "Vic-Bigorre" par exemple.
    Cette juxtaposition se retrouve parfois dans la forme officielle.
    Je trouverais astucieux de la faire apparaître dans sa forme gasconne, qui d’ailleurs logiquement n’en aurait pas toujours besoin dans les cas où la ville homonyme se situe hors de Gascogne ou même de "Occitanie" et a fortiori dans le reste de la France.
    Le résultat : Vic-Bigòrra au lieu de la traduction systématique du "en" français par "de" en gascon, une manie à l’occitaniste à ne peut pas reproduire forcément ?
    Que’n pensatz ?

  • "Big-Begorre" et "Bicq-Végorre" sont en effet déjà le nom en 1274 et 1429.
    En Béarn, quand on ne dit pas Vic (on ne risque pas en effet de confondre avec Vic-Fézensac : remarquez là aussi le terme accolé), on dit Vic-Bigorre. Les panneaux en Béarn oriental indiquent la route de Vic-Bigorre également.

    Réponse de Gasconha.com :
    Lavetz, vam cambiar los noms gascons d’aquera mena dens los lòcs de Gasconha.com ?

  • Tio ! be seré mes pròixe dera arrealitat orau bigordana, hera presenta ena vita de cada dia !


Un gran de sau ?

(identification facultative)

  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document