Bas Adour Pays charnégou

Bidache


 
en graphie alibertine :

Bidàishen
Prononcer "Bidache"

Chef-lieu de canton des Pyrénées-Atlantiques et incarnation du pays charnègue.

Du basque Bidaitzun : bid(e) + aitz + un (le lieu du chemin où la pierre abonde). Allusion très claire aux carrières.
Le suffixe locatif basque -un donne en gascon de ces régions -en. Avec recul de l’accent tonique, il ne s’entend plus.
[Vincent.P]

Attention : la graphie occitane Bidàishen ne doit pas faire croire que le "n" final se prononce en gascon, et par ailleurs l’accent sur le "a" indique l’accent tonique.
Bref, "Bidàishen" se prononce "Bidache" si on note à la française, et c’est ce que la graphie officielle a fait !
Gentilé : Bidachot (ou Bidaxundar en basque).
[Tederic]


 

Articles


 

Lòcs (toponymie, paysage...) de Bidache :


 

 

 

Grans de sau

  • Pour moi un des plus beaux villages ! et quin plaser de poder veser un cop un loc en bascoat, un cop un loc en gascon !

  • Il est souvent dit que l’architecture de Bidache est navarraise.
    En fait, rien ne différencie fondamentalement l’architecture du duché de Gramont et du pays d’Orthe.
    Seulement, le qualificatif de basque (à juste titre mais Orthe est presque tout aussi charnègue) justifie de passer les façades à la chaux blanche par imitation.
    Nos maisons gasconnes sont très mal entretenues, parce que nous ne bénéficions ni des revenus du Pays Basque, ni d’un label reconnu.

    Un exemple parmi d’autres :
    gasconha.com-Espagnot

  • Que n’s cau acabar d’imitar l’estetica deus autes.

  • Il ne s’agit pas d’imiter mais de remettre en état conformément à ce que l’on sait.
    Les enduits sont indissociables des maisons du pays d’Orthe et plus largement d’une grande partie de la Gascogne du Sud faite non pas de brique toulousaine ni de pierre aquitaine, mais de galets.

    Maison de Rivière-Basse :
    gasconha.com-Lafitole-MaisonRueLartigue2

    Quant à l’esthétique basque, mise à part le rouge sang, elle ne se différencie pas fondamentalement du modèle vascon que l’on trouve jusque dans la vallée du Lot (le PB ne se résume pas au Labourd).

  • Je parle d’une tentation imitative qui va bien au-delà des analogies architecturales.
    La maison dite "basque" telle que la conçoivent la plupart des gens, étrangers aux arcanes de l’architecture indigène "basco-aquitaine", n’est qu’une transposition folklorisante d’une certaine architecture, celle du Labourd et des provinces maritimes, que vous évoquez.
    Je suis béarnais et je sais qu’entre la maison souletine et la maison aspoise, il n’y a guère de différences.

  • Mouis, mais au moins, ça fait de beaux lotissements. Je ne nierai pas que je suis fan des villas individuelles des années 60-70 en banlieue des villes. C’est mon horizon familial.

    Gasconha.com-Le-passage-d’Agen-Vent vert

  • Ce style existe, c’est inconstestable.
    Et les campagnes de construction du XXè siècle (louables en soi) l’ont légitimisé en lui donnant un "vécu" régional.

  • Un travail similaire à ce que nous avons pu entreprendre dans les Grans de Sau pour d’autres villages charnégous via Peïo :
    artxiker.ccsd.cnrs.fr

  • Notre association vient d’éditer son dernier ouvrage : « Au fil de la Bidouze – Contes Charnegous »

    Ce livre est le fruit d’un travail collectif mené par les bénévoles et sympathisants de l’association, six auteurs ont écrit douze contes en français-basque (Tome 1) et français-occitan (Tome 2), six autres artistes de la région les ont illustrés.

    En le parcourant, nous allons à la rencontre des habitants d’une région magnifique et mystérieuse riche de son passé et de son histoire.

    C’est une invitation à venir découvrir en famille le « Pays Charnegou » qui mêle culture gasconne et culture basque.

    Nous restons à votre disposition pour venir vous présenter ces livres, chaque tome est proposé au prix de 18€.

    Voir en ligne : http://bidacheculture.com


Un gran de sau ?

(identification facultative)

  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document