n'ei pas de sòus

français : je n'ai pas de sous

E i aurà quauqu’un qui poderà prepausar quauquarren de mei originau que "n’ei pas de sòus" ?

voir aussi :

sòu / sol

Prononcer "soou", "sòw".
Correspondrait (je ne me souviens plus très bien...) parfois à une surface où on battait les céréales, parfois à une pièce de l’habitation landaise qui pouvait aussi servir à cela (un peu comme l’eskaratz basque).
[Tederic]
"sol" : Bout de pré où l’on raclait l’herbe au foussou pour "dépiquer" haricots et fèves puis dresser la "gerbière" "garbèra" (prononcer "garbèro").
Par contre "sol" prononcé "soul" = seul, au féminin "sola" prononcé "soulo".
[R. Granié - Saint-Sardos, Lomagne]
Saint-Sardos parlait un gascon très influencé de languedocien. En gascon plus central, ce serait plutôt sòu.
[Tederic]

Attention, "sòu" a un homonyme, le sou français de "j’ai pas de sous" !

forme féminine : sòla (sens multiples dont semelle, étendue de terre labourable...)

Amics Webmèstes, insérez n'ei pas de sòus dans votre site !


 

Grans de sau

  • Chez moi, "n’ei pas de sòus" voudrait dire "il/ça n’est pas de sols".
    Moi je dirais plutôt : "n’èi pas sòs/moneda/dinèrs".
    Mais c’est vrai que cela n’est pas très original.
    Y’a des milliers d’expressions pour dire qu’on est fauché !
    Parmi elles, on peut citer "estar praube com un arrat de glèisa", "no pas aver tau boix", "estar culit", "estar desarditat", "no pas aver de que har còser un oeu", "estar desargentat com lo calici de Bisanòs"...
    Je crois que je vais m’arrêter là !

  • La situation décrite n’est pas non plus très originale !-)

  • Pensi qu’es ua enonciacion afrancimandida.
    Non credi pas qu’estossi enonciat atau, mès : n’èi pas nat sòu !


Un gran de sau ?

(connexion facultative)

  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document