Notre région, c’est la Gascogne !


mercredi 4 janvier 2012

confin + con·hin

français : coin du feu, confin

"Le pepin se teng aou coufi".
[R. Granié - St-Sardos, Lomagne]

La transcription "confin" est de Tederic. A confirmer.

[2017 : confin, et la forme plus gasconne con·hin (prononcer "cou(ng)·hi(ng)") semblent validés par le hiu de discussion ci-dessous.
Palay : « couhiade sf. Bord de champ formant couhî, limite. »
Multidiccionari francés-occitan

Je ne trouve guère cette couhiade (con·hiada en normalizat) dans la toponymie gasconne. A la rigueur des noms comme "Maucouyade" pourraient résulter d’un croisement entre maucohada (mal-coiffée) et ce couhiade/con·hiada.
Bordeaux - Rue de Maucouyade

Pour le point médian de séparation entre n et h :
U+00B7 : POINT MEDIAN Alt+0183 dans la table des caractères. Voir ici ; merci Vincent.
Tederic M.]

voir aussi :

canton / coin

Prononcer entre "cantou" et "cantoung".

synonyme : cornèr (prononcer "cournè")
dérivé :
recanton : recoin





Grans de sau

  • Bilhèu lo mei gascon COHINS qu’existeix. Que i a un vin de grava dond s’apèra CHATEAU COUHINS, suu hèit de Vilanèva o Cadaujac...

  • La transcription en graphie classique "confin" (coin du feu) faite par Tederic est tout à fait correcte.
    Il existe une forme plus gasconne "con.hin" [ku’hing] (coin, recoin) qui se retrouve jusque dans le parler marmandais (ku’ing] > "lo con.hin dau huc" = le coin du feu. Plus au sud ce mot signifie "confin, limite, frontière, borne".

    Réponse de Gasconha.com :
    Rappelons que le "." entre "con" et "hin" évite de prononcer "nh" qui donne "gn" à la française. Ce "." est d’ailleurs un caractère spécial qui se place plus haut, et que certains d’entre nous parviennent à taper sur leurs claviers...


  • Se ditz "anar sentà-s en cornèr (deth huèc)" pera vath de Luixon e d’auti parçans o simplament "eth cant deth huèc" en d’auti lòcs vesins.
    Toti es mots ce volen descríver era medixa arrealitat : cant(on), con·hin o confin, cornèr...
    Quan e’s ditz atau en ua familha, era vesia que pòd díder autament, non ei tostemps ua diferença de parlar, mes de quan en quan d’usatge familhau o de preferença personau.
    Mèma es enquestaires der Atlas Linguistica de Gasconha non an tostemps podut saber ; d’on un arrepèr necessàri dinca aquesta enquesta que daubuns citan coma era Bibla.
    Es sinonimes que son eth tesaur d’ua lenga.
    Non cau tostemps trobar ena dialectalisacion deth gascon un cuu de sac, meslèu un arriquèr en quau potzar.
    Es occitanistes qu’an volut hèr atau dab çò qu’an mau categorizat "dialectes", pr’amor son lengues (que parli deth lengadocian, deth provençau o deth gascon).
    Autan trobi pas tròp grèu de hèr sue un mot d’unh aute parçan gascon, autan qu’ac trobi pèc d’anar cercar en lexic catalan o provençau çò qu’avem deja.
    Tas parlars des hites d’un país ar aute, que dèu estar un xinhalet mes complicat e totun a un moment balhat, cau causir !

  • Le "coin" français ne doit pas venir du gascon con.hin, mais est-ce qu’en gascon marmandais, il n’y a pas eu finalement un amalgame entre le con.hin gascon et le coin français ?

  • En effet, Tederic, il est fort possible qu’il y ait eu amalgame entre le con.hin gascon et le coin français.
    J’y avais déjà pensé dans le temps car dans le [kouïn] marmandais il manque un b fricatif entre [kou] et [ïn].
    En région de moyenne Garonne on aura "lua" [lube], "duas" [dubes], "pua" [pube], "bohar" [bouba], "tuar" [tuba], gahar" [gaba].


Un gran de sau ?

modération a priori

Contributions et grans de sau sont soumis à validation des webmèstes.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document