Notre région, c’est la Gascogne !


mardi 7 mars 2017, par Tederic Merger

gela

français : ?

Prononcer géle, gèle, gélo, gèlo ?

Ce mot gela existe dans les noms gascons : Gellenave, Gelleneuve, la Gelle, Capdegelle, Gellelongue, Mengelle, Subergelle, Joangelle (Lannes), Cap de la Gelle, Hondegelle, et peut-être La Gellette (Génissac), Gellet (Salleboeuf).

Une attestation Geneanet comporte "Capdegelle dit Capdevielle". Par ailleurs, une explication de Geneanet parle d’un "hydronyme" pour expliquer "gelle".
gela est-il, et par quel chemin étrange, une forme de viela ?

voir aussi :

viela / ferme, hameau, village, ville

Prononcer entre "biéle" et "biélo".
Vient du latin "villa" (ferme, mais évolution du sens vers "hameau", "village", "ville"...).

Attestation de "viela" (sous la forme "viele") : "...donam per costume a ladite viele de Sent-Seuer..."
[Extrait de la Coutume de Saint-Sever, 10 mai 1480, en annexe du mémoire de DEA de Philippe Lartigue "LE VOCALISME DU GASCON MARITIME DIT GASCON « NOIR »"]


Dérivés :
vielar, (prononcer "biéla" ; sens proche de "viela", voir variante "vialar"),
vilan, vielan (prononcer entre "bilà" et "bilang" pour le premier et entre "biélà" et "biélang" pour le second) : roturier [Palay] ; on reconnait le "villain" français.





Grans de sau

  • Autes exemples :* VILLEMUR (65) = Jalamur (lo "r" finau qu’ei mut).

    * Menvièla = Mengèla (patronim corrent en Bigòrra).

    "Gèla", e "jala", que pareishen au segur vénguer de "vièla".

    A nosta, las vocaus "y" o "ie" que’s prononcian "j" com en francés. Exemples : qué i a ? = qué j a ?
    qu’i èm = que j èm

    Aqueste biaish de prononciar que poderé explicar lo passatge de vièla (dab un intermediari teoric "bgèla") a "gèla".

  • Cas classique bien mis en valeur par POLGE.
    ROLHS §441 (+ note 248)

  • Coquille pour ROHLFS. Concernant POLGE hors RIO et tirages à part, voir dans le Bulletin de la Société archéologique, historique littéraire & scientifique du Gers (http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb34426497s/date )

  • En effet, en cherchant "gelle" dans les numéros de ce Bulletin, on trouve par exemple ceci :
    « Sans pouvoir l’expliquer, nous relevions dans un de ces Bulletins, en 1956 (112), la curieuse évolution qui mène en BasArmagnac de villa à gelle
    Il semble donc bien qu’on puisse considérer comme fondée du point de vue phonétique la double évolution du groupe vy- à l’initiale villa > gelle (à côté de biele) vetula > vecla > gelhe à côté de bielhe(...) »

    Par ailleurs, il y a aussi une rivière, la Gelle, dont le nom n’a pas forcément cette explication.


Un gran de sau ?

modération a priori

Contributions et grans de sau sont soumis à validation des webmèstes.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document