Notre région, c’est la Gascogne !


jeudi 16 février 2017, par Gerard Saint-Gaudens

agrapautat

français : accroupi

J’ai cherché dans tous les dictionnaires (sauf le Palay) une bonne traduction du mot français "accroupi" voulant dire "assis sur ses talons" (Larousse).
Echec presque total que ce soit par l’entrée française ou par de possibles entrées gasconnes jusqu’à ce que je trouve "agrapautat" dans le dictionnaire Foix des parlers landais.

Les autres mots donnés comme traductions supposées gasconnes ne m’ont pas convaincu, les unes semblant beaucoup plus "occitanes" que gasconnes (j’accepte la contradiction là-dessus le cas échéant) et les autres ne me semblant pas correspondre au sens du mot "accroupi" qui ne veut pas dire "effondré" ni rien de ce genre.
Voir par exemple le FEW ou ci-dessous le DAG (dictionnaire d’ancien gascon) de l’Université d’Heidelberg
http://occiton.free.fr/dictionnaires/gascon/gascon.php

GSG





Grans de sau

  • Pas sûr que le lien donné soit celui du DAG d’Heidelberg ; il correspond plutôt au THESOC, héritier des documents de l’ALG et de Jean Seguy, intégré dans l’opération en cours Thesaurus occitan et au delà Thesaurus européen. Mais je ne vois pas bien qui est derrière cela.

  • Que dobti un chic ; Mòra que dona per sinonims a acholar : acocanhà’s, acojorlà’s, s’arreplegar hens sas alas (auseths,garias) ; aquèth darrer sens qu’es donat taben com iniciau peu ligam aqui dessus.
    S’asseitar suus talons n’es pas exactament la medixa causa e n’ac hèm pas tostems (quan ac hèm !) entà nos repausar com las palomas !

  • Lo Multidiccionari que balha acò (qui vien, pensi, au mensh parcialament, deu Palay) :
    accroupir (s’) : atulà’s L. ; ajocà’s eB., Big., Com., sGers ; acropí’s ; acropilhà’s cB., bAdour, soBig. ; s’aclaupar Bazas ; s’acoatar Alb. ; s’aclatar Méd. ; s’agroar Marm. ; s’acoarar Lom. ; agorrudà’s ; aclepà’s | aclapà’s ; aclatà’s ; (a)cocanhà’s ; acocolà’s ; acocorocà’s ; acholà’s L. ; aclocà’s (litt., s’ comme une poule). [Per Noste (gascon)]
    Multidiccionari francés-occitan

    e tanben acò :
    accroupi,e adj. ajucat,-ada, acocoat,-ada, aclepat,-ada. [Atau que’s ditz (gascon)]

    accroupissement m. acropiment | acropida f. | agorrudada f. ; acholada f. ; acoatada f. ; acocolada f. Per Noste (gascon)
    accroupir (s’) v. s’acocolar ; s’ajocar
    gasc : acocolà’s ; ajocà’s
    [Basic (commun gasc-lang)]

    accroupir (s’) v. s’arrocar (ò), s’’ajocar [Rei Bèthvéder (gascon)]

  • Disi s’agroar. E çò que m’a totjorn trucat, es que :
    croupir = groar
    e s’accroupir = s’agroar !!

  • Quin aparent e inesperat abonde !
    Que manca benlèu de destriar enter los divèrs sens d’aquèths mots :aquèths collectatges que semblan voler atènher l’exaustitivat geografica (non pas mancar un solet parçan) mes pas precisar lo vocabulari.E adara e’m sembla un còp mèi qu’es çò dont am besonh :quaus mots corresponen de vertat a l’accion d’assèità’s suus talons, quins au repaus a terra com hèn las palomas, de s’espatarrar , s’acoconhar,etc...

  • En effet.
    Il n’y a jamais de synonymie parfaite. Mettre en regard d’un seul mot français plusieurs mots gascons ne révèle pas la richesse du gascon, mais souvent un défaut de classement sémantique. La distribution dialectale des mots atténue évidemment cela, puisqu’elle a produit des équivalences entre mots différents.
    Mais étant donné que la traduction ne peut jamais être mécanique (voyez la catastrophe des traductions automatiques), l’intérêt d’un dictionnaire est de donner les nuances, indiquées par des abréviations usuelles (vx, fam., vulg., litt. sc., gén., vitic., agric., moral...). Ex. : aclocà’s et acropir ne sont pas équivalents.
    Certains dictionnaires (comme le Palay bien sûr) indiquent les emplois, et ceux qui donnent des exemples guident l’usage (y compris la construction).
    Pour qui n’a pas une grande expérience de la langue parlée et de l’écrit, et notamment ceux qui apprennent, l’absence de ces indications mènera à des changements involontaires de registre, à des imprécisions, voire à des contresens. Le choix sémantique sera négligé, qui est fondamental pour le discours.
    A l’heure où le vocabulaire sera de plus en plus puisé dans tous les parlers, les indications de registre, de champ sémantique et de niveau de langue sont au moins aussi importantes que l’origine locale (qui peut être mise en exposant : M pour Médoc, etc.).

  • Que didi tabé "atchoulat". Qu’èy cercat sou dictionari d’Arnaudin per n’esta solide é qu’èy troubat atchoula(s’) : s’accroupir, synonymes : s’acleta, s’ahina.
    Per s’acleta : 1- s’accroupir, synonymes s’acoutcha, s’apoura
    2- se flâtrer, se coucher ventre à terre (le lèbe que s’acletèue), synonyme : s’ahina

    Tchoula : couver, rester accroupi pour épier ou se cacher, patienter, attendre le moment d’agir

  • Que vorrí saludar totun le finessa de l’analisa de PJM, aquí qu’ic a dit tot !

  • Oui, tout à fait ; c’est bien d’un tel dictionnaire que nous aurions besoin aujourd’hui : il nous permettrait d’échapper à l’inhibante insécurité lexicale et ferait ressortir la considérable variété du vocabulaire gascon ; le français l’avait peut-être avant l’épuration de Malherbe mais en tous cas ne l’a plus.
    Illustration : pour "accroupi" nous avons au moins deux ou trois vocables sémantiquement distincts :
    - atchoulat (alibertin : acholat) : au repos comme les palombes posées,
    - agrapautat : plus actif (le Palay, consulté entre temps, dit curieusement aller accroupi, quand on taille des plantes ou des branches basses, par exemple, rien de reposant ...
    - s’acletar : se coucher sur le ventre (mais ce n’est plus du tout le sens d’accroupi, me semble-t-il).
    Et un peu plus loin sémantiquement : tchoulat (cholat) : accroupi caché, à l’affût.
    Tout un long passé de peuples chasseurs et agricuteurs là-derrière.

  • Gerard, qu’èi demandat au men amic medoquin qui coneishes, pr’amor que m’avè semblat que disèva en francés "s’aclater".
    Que m’a confirmat que "s’aclater" = "s’asseoir sur ses cuisses".
    Lo Palay que balha (véser mei haut) « s’aclatar Méd. ; [...] aclatà’s ».

    Quant a l’abondància lexicau sus aqueth "camp semantic" : la sabi pas tròp explicar ; que voleré díser que n’i a pas avut d’omogeneïzacion dens lo maine gascon... i auré avut chic de circulacion end’aqueth mot... perqué ?

  • jo disi : acojolada e aporolado tanben !

  • Com ic dishot PJM, qu’i a dif’renças semanticas enter los mots. Que dirí mèma un mot qu’es un concèpt, ua fèiçon de véder lo monde a un moment dat de l’istòria. Que disen los mots gascons entà esprimir lo mòt francés "s’accroupir" que son haut o baish "ruraus". O-be, mes lo quite mòt en francés, çò qu’es ? S’accroupir = se mettre sur la croupe... Que n’es tabé !

    Les dif’renças lexicaus enter l’un parçan e l’aut que son sovent divuts a dif’renças de concèpt... "era cadiera" e "l’escabèla" : dus mòts per díser le medisha causa (chaise) mes dus concèpts !

  • E mèma dab un diccionari plan precís atau, ne puiré pas arremplaçar le pratica. Pr’exemple, un debutant, en tot espiar lo diccionari, s’a le causida entre dus mòts entà díser "écureuil" : esquiròu e gat esquiròu. Çò que va préner ? Lo mòt qui mè s’i sembla au francés percè que’s va díser l’aut que diu estar arreservat en ua situacion bien particulara. E non !

    Pr’exemple, tabé, se vei "collonne vertébrale" e que tròbi "arrestèth dera esquia" com ic entinori quauques còps en Comenge, s’at legissi, que vau dobtar e n’at vau pas emplegar... E pr’aquò, qu’es perfèitament valedeir. Idem entà "ausèth dera net" entà díser "chauve-souris" o "hoec deth cèu" entà díser "éclair"...
    O alavetz, que carré un diccionari qui’s preiré lo tèms. Un diccionari descriptiu, hornit entà cada mòt. Mes entà jo, l’urgéncia mage ne son pas los diccionaris mes les gramaticas...

  • Que m’adui sonque en part dab çò que ditz Renaud, au menx se parlam d’un gascon comun on aurem daun de causir doncas d’eliminar quauques fòrmas per un usatge generau (tà l’emplec locau, que caleré haut o baix tot aceptar, e’m sembla). E causir mots qui corresponen a diferencias claras de concepte çò qui n’es pas tostems lo cas.
    Per cadèira o escabèla non sèi pas : lo darrer mot m’es desconeixut e ignorat des diccionaris qu’èi a man ; s’es estrictament locau, rai ; que’ s pòt acceptar en usatge locau e pas en usatge comun. Se vòu diser quaucarren mèi coma sinonime d’escabèth per exemple que seré un aute ahar. Mes ua cadèira n’es pas un escabèth.
    Ecureuil : tort o rason que sui convençut lo mot mèi gascon que seré "gat esquiròu" : qu’es la nòste faiçon de veder los "ecureuils" (que’m brembi d’un vielh lanusquet quarante ans a qui parlava tostems en francès deus "chats écureuils") ; qu’ei pour que "esquiròu " e sia ua concession au francès o a l’occitan, la vertat.

  • Questioûs coumplicades. Que-v bàlhi aquiu debat l’article accroupir d’û dicciounàri persounau sus qui tribàlhi quoan me vague lou tems e despuix hère ! Qu’ey û diccionàri centrat suu biarnés.

    accroupir (s’) : ayocà-s/ajocà-s § s’accroupir, se blottir : acocolà-s v § abriter (comme la poule son poussin) : acocolar v, acocoracar v § se recroqueviller ; s’accroupir ; se pelotonner : acruchoà-s v § s’accroupir, tomber sur ses talons, s’affaisser, s’effondrer : aclapà-s v § la maison s’est affaissée, effondrée, la maysoô que s’ey aclapada § tombé, accablé de coups, aclapat de patacs § s’accroupir, s’assoir par terre sur les genoux : aporrocoà-s § s’accroupir ; se couvrir en parlant du temps : acropì-s v (Navarrot qui l’emploie pour le temps : « lo tems èra acropit ») § s’accroupir, se blottir : acocanhar (Lapassada) § s’accroupir comme la cloca, la poule glousse : aclocà-s v § s’accroupir, se recroqueviller, se pelotonner : acrucà-s § s’accroupir, se recroqueviller, se ratatiner, se pelotonner : agorrudà-s § s’accroupir en français vient de croupe, le mot signifie s’assoir sur les talons ou, en parlant des animaux, s’assoir sur la croupe. Il ne semble pas avoir vraiment d’équivalent. § L’enfant s’accroupit pour ramasser ses billes. Lo maynat que s’ajoquè enta arrecaptà-s las canicas.

  • E be òc, mes... Gat-esquiròu qu’es tabé un mòt horviat, se pòden díser...
    Escabèla que’s dit sus hòrt un gran territòri totun (Bigòrra ; Comenge, e Coserans) mes tostèm en concurréncia dab "cadièra". Òc, "escabèla" o "escabèth" qu’es un "escabeau". Mes le mage partida deus mòts au començament, s’i calculan, qu’es emplegat tòrt, com ua pèca semantica... E atau parièr per "gat-esquiròu" !

    Après, plan solide, ne disi pas, i avossi un gascon globau, que carré díser "arrestèth dera esquia" entà parlar de l’òs esquiau. Qu’es ua question de reparticion mè que mè.

  • Qu’em d’acòrdi:ua cadèira n’es pas un escabèth(o un trubès).E "auseth de net"(o de nuèit) qu’es de doble sens:lo tinhahust n’es pas un auseth mes un mamifère e los auseths de nuèit que son numeros:tohoho,chaveca,etc... Doncas "auseth de net" n’es pas recebeder en un gascon comun per "tinhahust" mes qu’es legitimat locaument per un usatge ancian,que supausi..
    Au contre "gat esquiròu " na pas arren de doble sens,de horviat,que s’emplega sonque par l’animau aperat peus latins "scuriolus"(a maugrat que lo gat esquiròu non sii pas un gat !)


Un gran de sau ?

modération a priori

Contributions et grans de sau sont soumis à validation des webmèstes.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document