Notre région, c’est la Gascogne !


vendredi 16 septembre 2011

Mamè

français : Mamie

Nom affectueux donné à la grand-mère.
Memè existe aussi.

Menina (prononcer "Ménino") est attesté en Lomagne.

"Mair-bona" (prononcer entre "Maÿ-boune" et "Maÿ-bouno") a existé pour dire "grand-mère", au moins en Béarn et Landes.
Il serait avisé de le remettre en usage, avec un sens affectueux.

Autrement, en gascon "moderne", "grand-mère" peut aussi se dire gran-mair (prononcer "gran-maÿ").

voir aussi :

Papè / Papi

Nom affectueux donné au grand_père.
Pepin et Pipin ont aussi existé. Les prononcer "Pépi" et "Pipi" (enfin, à peu près). Le premier est attesté en Lomagne, le deuxième dans les Landes (Arnaudin).

"Pair-bon" (prononcer entre "Paÿ-bou" et "Paÿ-boung") a existé pour dire "grand-père", au moins en Béarn et Landes.
Il serait avisé de le remettre en usage, avec un sens affectueux.

Autrement, en gascon "moderne", "grand-père" peut aussi se dire gran-pair (prononcer "gran-paÿ").




Grans de sau

  • Avec l’espérance de vie de plus en plus longue et les familles recomposées, les enfants vont être amenés à trouver un large éventail de petits noms pour les grands parents.
    Alors il va falloir puiser dans les langues régionales, les patois et les langues étrangères.
    Mon mari étant landais, Papè lui ira très bien pour notre petit enfant à venir.
    Ce petit aura 3 grands pères et 1 arrière G.Père, 3 grand-mères et 4 arrières grand-mères.

    S’il y a d’autres propositions de petits noms, je suis preneuse.

    Réponse de Gasconha.com :
    Merci de nous faire penser à cette nécessité nouvelle !
    Trouver des "petits noms" adaptés aux grands parents désormais plus nombreux, c’est un bel exercice de créativité, et c’est aussi l’occasion de penser aux rapports entre générations, dans ce nouveau contexte.


  • Pour les grands parents, on disait également mamair, papair (phonétiquement mamaï, papaï).

  • la gran mail

    Réponse de Gasconha.com :
    Attention, "mail" trancrit bien la prononciation, mais fait penser à autre chose.
    Ecrire de préférence "maï", tout en sachant que la graphie alibertine garde comme d’habitude des traces de l’étymologie, et donc ici le "r" du latin "mater" : donc "mair" (prononcer toujours "maÿ", le "r" final est muet depuis de nombreux siècles !).


  • Bonjour,
    nous avons choisi "bounamaï" et "boupaï".
    Mon mari est né dans les Hautes-Pyrénées, quant à moi bien que parisienne mon père est palois...

    Réponse de Gasconha.com :
    Hère plan !


  • E’m pensi qu’i a ua carta per’quò en l’ALG. Qu’i védem que "maibona" o pair bon" qu’èra pro rale (que’m sembla n’i a pas sonqu’un punt o dus qu’at disèn). Que’m demandi se n’es pas ua espression popularisada preus occitanistes.

    Pipin (o pepin) n’es pas forçadament landés, qu’ic èi collectat tabé en Coserans (dab Memina, o "mimi" au feminin). Qu’i a tabé com dit un chic mè ensús "papai" e "mamai"

    A Massat tabé, ua fèiçon completament archaïca d’at díser "papai le vielh" o "mamai la vielha". E entà díser "arrière grand-père" : "papai l’arrèr vielh" e "mamai l’arrèr-vielha" ! Cool !

  • papair e mamair : sin. de papà e mamà en vasadò-garonés

  • J’aime bien papair, mamair (papaÿ, mamaÿ), mais je rejoins Gaby, sans avoir de référence à donner : il me semblait que ça voulait dire papa, maman et non grand-papa, grand-maman.

  • Où je l’ai entendu, toujours dans le sens de grand-parents. Après, ça peut être une déformation sémantique. Quand on sait qu’à Gavarnie (?), "tomata" veut dire "patate", plus rien ne vous étonne !!

  • Comme références :
    - Dico de Laffargue (d’après elle, papair a été remplacé par papà)
    - L’Armanac Garounés
    - Dico de Vigneau (il dit que papair est plus respectueux)


Un gran de sau ?

modération a priori

Contributions et grans de sau sont soumis à validation des webmèstes.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document