Notre région, c’est la Gascogne !


 
Navèth nom !

 

vendredi 20 novembre 2009

guà

français : gué

La forme guat a aussi existé, il en existe des traces dans la toponymie (ex : Le Moulin du Gouat à Habas (40) sur l’Arrigan).
[Vincent.P]

La rivière du Gat mort porte aussi le "t" final, mais a perdu le "u".
[Tederic]

"« goua », comme « gué » vient de ‘vadum’ ;
phonétiquement, à la française :
wadum > wadu > wad > gwad > gwat > gwa ; en français, … gwat > gat > gué
comme pratum […] prat > pré.
Mais le français a aussi le toponyme « Gois » dans le « passage du Gois » entre le continent et l’ile de Noirmoutier.
Le -d final se maintient en dérivation ; on a le patronyme Gouazé, où le -d- intervocalique passe à -z-
comme dans videre > védë > vésë etc. [...]
Mais en finale absolue, le -d devient muet, comme dans pedem > pè. Mais
pas partout, car de même qu’en Aspe on dit « lou pèt » pour "le pied",
Palay atteste des formes « ga, goà, goàt, goàu et goè ». Je ne saurais
les localiser et l’ALG n’a pas de carte "gué’."
[Dr Y. Lafitte]

"pourrait provenir du
francique wad qui a une signification moins spécialisée que vadum, car il peut désigner des cours d’eau, des mares.
Le mot wad est
conservé en néerlandais.
Le
francique wat e le latin vadum se ressemblent, et ont évidemment une
étymologie indo-européenne commune."
[Gérard Loison]




Grans de sau

  • oua en haute Lane

  • Le "gat mort" que cite Y.Lafitte n’a, très probablement, rien à voir avec un chat mort.
    C’est une des évolutions du latin "vadu(m)" qui, entre autres, a abouti au diminutif "gazelle" que l’on retrouve un peu partout comme toponyme et comme hydronyme en Languedoc et en Auvergne, et qui n’a rien à voir avec l’antilope africaine.
    A Virazeil, à côté de Marmande, à la limite du gascon et du languedocien, on trouve le lieu-dit "La Gazelle".

  • Guà : dans le patronyme (béarnais surtout, me semble-t-il) Guadebaigt (lo guà devath : le gué d’en bas).
    Autre chose : n’oublions pas qu’il existait une frontière linguistique occitano-bretonne au XIIème siècle : la route, submergée à marée basse, qui relie Noirmoutiers au continent s’appelle... le gois (!)

    Amistats.

  • Aucun, je découvre votre site. Indépendamment des à-priori idéologiques, qu’est-ce qu’il est beau ! Mais je vais me coucher. Adishatz.


Un gran de sau ?

modération a priori

Contributions et grans de sau sont soumis à validation des webmèstes.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document