Notre région, c’est la Gascogne !

 
 

Barène


 
Variante(s) graphique(s) :

Barennes

Présent comme nom de famille et nom de lieu notamment en Brulhois.
Le s final n’est peut-être pas justifié.

Barènes

(de) Varennes

« Marguerite VARENNES ou VARENES
Née vers 1671 - paroise de Bistauzac, Gontaud-de-Nogaret, 47110 » [Geneanet]
Généanet donne aussi des de Raygnac de Varennes, de Lallyman de Varennes... en Marmandais et Agenais.

Varènes

Varène

Barenne



Un gran de sau ?

modération a priori

Contributions et grans de sau sont soumis à validation des webmèstes.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document

En graphie alibertine :

(La) Barena

Prononcer "Baréne", Baréno"...
Semble avoir été francisé en "Varenne(s)" en plus d’un endroit ; pour certains lieux, les attestations anciennes de "Barène" sont remplacées par "Varennes" sur les cartes plus récentes.
La question pour Gasconha.com est celle d’une racine autochtone confondue tardivement avec le "Varenne" d’oïl, et qui serait le féminin du mot baren (voir plus bas).
Le mot se retrouve dans des toponymes gascons, guyennais (ex : Cambes en Agenais, Bourg de Visa en Quercy...), et au delà.
Mais attention : « Bareno (terro de) : terrain granitique (terre de varenne) - Aveyron » (IGN- André Pégorier)

Le FANTOIR donne ceci :
33248 Listrac-Médoc LA BARENNE EST
33248 Listrac-Médoc LA BARENNE OUEST
33297 Moulis-en-Médoc LA BARENNE OUEST
Mais ces lieu-dits n’ont pas pu être localisés par Gasconha.com.

baren / marais desséché, lande marécageuse, bas-fond interdunaire

Prononcer "barén".
La graphie alibertine varen peut-être envisagée selon l’étymologie.
La forme féminine barena (baréne, barenne...) semble exister.
Une concentration de lòcs portant ce mot existe en pointe médoquine, écrits "Baren" ou "Barin".
Jusqu’à quand ce mot était-il en usage ?
Origine celtique var (eau) ?
Mais les barene sont les parties marécageuses à fleur d’eau de la lagune de Venise... Si le mot est de la même famille, cela justifie la graphie avec un b, parce qu’à notre connaissance, le vénitien ne transforme pas le v en b.