Notre région, c’est la Gascogne !


Azera

Beaucoup moins fréquent que Hazera, semble avoir la même origine, et être le même nom écrit sans le "H" initial (ce qui n’est pas mal puisque celui-ci n’est probablement pas étymologique) : Geneanet en donne l’attestation la plus ancienne au Barp (AZERA 1677 - 1759 Le-Barp).

Tederic M.

 
Variante(s) graphique(s) :

Hazera

Présent en Gironde et Nord-Landes.
D’après les explications dont on dispose pour l’instant, le "H" de début est inutile.
Si le nom existe aussi hors de la zone "negue", on peut aussi l’écrire en français, pour ce cas là, avec un accent aigu sur le "e" : Hazéra.

Hasera

Geneanet :
HASERA 1764 - 1766 Parentis-en-Born
HASERA (DE) 1692 - 1692 Teste de Buch (la)
HASERA 1732 - 1732 Barp (le)




Grans de sau

  • Bonjour,

    Je suis en désaccord avec votre proposition d’infliger un accent aigu au "e" dans la graphie française du nom "Hazera" (mon nom).

    En Gironde et dans les Landes, il existe de nombreuses familles portant le nom de Hazera. Ces familles peuvent n’avoir aucun lien de parenté (simplement dans Hostens, où je vis et suis né, il y en a au moins trois et, vers la génération de mes arrière grands-parents, je crois qu’un jeune-homme de la maison Paul Hazera avait même épousé une jeune-fille de la maison Georges Hazera). Il doit également exister quelques toponymes, en tous cas il y en a un à Saint-Magne. Dans certains cas (très rares à ma connaissance), le nom s’écrit bien avec un accent aigu sur le "e" mais, à mon avis, c’est soit une exception soit une déformation. Pour ce qui concerne ma famille, je peux vous assurer qu’il n’y a pas d’accent. Les gens d’ici le savent d’ailleurs bien et prononcent spontanément sans accent, alors que le moindre Parisien qui débarque m’en colle un d’emblée et je suis alors obligé de me battre pour le lui faire enlever.

    Quant à l’origine du nom, mes aïeux évoquaient autrefois soit la piste basque, soit la piste turque. Or j’ai appris il y a quelques années qu’il s’agit d’un nom extrêmement courant en Israël (et d’ailleurs on en trouve la confirmation sur Internet : Hazera Genetics par exemple). Il me semble que c’est à ce jour la meilleure piste, ce qui détruit du même coup les liens avec aubépines, érables et autres étymologies végétales.

    Qu’en pensez-vous ?

    Jacques Hazera

    Réponse de Gasconha.com :

    Adishatz Jacques !

    Je ne comprend pas votre désaccord présent puisque "Hazera" figure bien ici sans accent aigu. J’avais retiré l’accent aigu il y a longtemps déjà à la suite d’une première intervention, justifiée, de votre part.
    Puisqu’ Hostens est en zone "negue" dont la caractéristique principale est de ne pas pratiquer le "é" et de le prononcer "e", si Hazera est un nom d’Hostens, il faut bien sûr le prononcer sans accent aigu.
    Si ce nom existait aussi hors zone negue, il faudrait le prononcer dans ces zones avec l’accent aigu si on veut coller au terrain.
    Mais je viens de vérifier à nouveau par Geneanet : "Hazera" semble très anciennement et exclusivement implanté en pays "negue".
    En graphie alibertine, utilisée sur ce site comme graphie de référence, on n’écrit jamais l’accent aigu dans ce cas là, mais on le prononce hors zone negue.
    Je rappelle aussi que le gascon comme la plupart des parlers d’oc ne prononce pas les "r" finaux, ce qui fait que les noms officiels français qui ont un nom d’oc sous-jacent en "ar" ne sont pas écrits avec le "r" final.

    La probabilité d’une piste turque ou hébraïque de ce nom me parait infime. Basque, je n’y avais pas pensé, mais je ne vois aucun argument pour.
    Il faut rester terre à terre, ce nom enraciné en Gascogne et de physionomie gasconne a toutes les chances d’être gascon et de plus issu d’une espèce végétale, dans l’emblématique et prolifique série Castagnéra/Castanherar, Lauga/Laugar, Tuja/Tujar, Brouca/Brocar, Moura/Morar, Brana/Branar, Junca/Juncar.... Reste à trouver laquelle...

    Je suis habitué à ce que des porteurs de noms gascons subodorent des origines non gasconnes plus ou moins exotiques (ex : arabe pour "Méda", espagnole pour "Lauga", hébraïque pour "Abadie"...), et je sais que c’est très difficile de les convaincre.
    La connaissance intime ou intellectuelle du gascon est devenue rare, et l’aura de la gasconitat n’est pas encore suffisante pour encourager les gens à accepter des explications par le gascon. Mais enfin, vous, Jacques, je suis sûr que vous avez la capacité et la force !

    Siatz hardit !
    Tederic M.


  • Très souvent, les mythes familiaux autour du patronyme ont pour origine l’érudition un peu pédante d’un ancêtre passé par le moule scolaire qui a élaboré une théorie qui se transmet de génération en génération.

    Il est assez net que ces mythes marquent un début d’acculturation parallèle d’une perte de maîtrise totale du gascon.

    Il y aurait également à dire sur la recherche d’ancêtres lointains, comme si nous ne pouvions tout simplement pas être d’ici, banalement d’ici.

  • Carte du "gascon noir".

    JPEG - 565.3 ko
    Carte du gascon noir ou "negue"

    Mais qui sait ? le gascon noir, ou "negue" a pu se réduire au fil du temps, une carte fondée sur l’ALG fixe les limites à l’époque où l’ALG a pris ses relevés.

  • Bonjour,

    Je sors exceptionnellement de ma réserve pour préciser que j’ai conçu cette carte d’après une enquête personnelle de 1990-1992, de l’enquête Bourciez, de l’étude de Millardet et l’ALG n’a été que d’un secours assez secondaire car le maillage est trop large. Elle est une de celles qui illustrent mon DEA.

    Amitiés

    P.Lartigue

    Word - 9.5 Mo
    Le vocalisme du gascon maritime
    Travail de Halip Lartiga, Université de Toulouse-Le Mirail, sur le "parler noir" ou "parlar negue" (parla negue).
    Halip Lartiga
  • Dans le roman de Bernat Manciet "lo gojat de novemer"la famille du héros,visiblement très ramifiée dans toute la Lande et au delà,est la famille Hazar.N’ayant jamais noté ce patronyme dans la Lande(est-ce que je me trompe ?) j’ai toujours pensé qu’il s’agissait d’une transcription volontaire du nom"Hazera",peut-être pour des raisons de discrétion vis à vis des porteurs de ce nom.En tous les cas, c’est peut-être une occasion de lire ou relire l’oeuvre splendide qu’est "lo gojat",peut-être épuisée aujourd’hui .

  • Merci Tédéric (et les autres) pour ces précisions et toutes ces explications bienvenues.

    Je considère cependant qu’il n’y a pour l’instant que des hypothèses, et que la question de l’origine du nom "Hazera" n’est pas close. Je me réjouirais que cette origine soit gasconne, mais en fait je n’ai aucune susceptibilité à ce sujet. J’ai juste un peu de curiosité, comme ça, de loin.

    Quelqu’un a récemment soulevé une autre hypothèse : cette personne prétendait que ce pourrait être un nom Sarrazin remontant à la fameuse invasion du 8ème siècle.

    En fait, ça m’est égal car je ne manque pas de racines, et mes racines sont ici, au cœur de la lande girondine, dans la pinède.

    Réponse de Gasconha.com :
    C’est vrai : la question de l’origine du nom "Hazera" n’est pas close.



Un gran de sau ?

modération a priori

Contributions et grans de sau sont soumis à validation des webmèstes.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document

En graphie alibertine :

Aserar

Selon Philippe Soussieux ["Les noms de famille en Gascogne"], ce nom est en rapport avec l’azérolier (aubépine fruitière -espagnol "acerola").
Un lieu où il y a des azéroliers, donc.
Reste à trouver le nom gascon de l’arbre isolé : "asèr" ?
Les noms de famille Azé, Hazé, Lazeras, existent.
Géopatronyme signale aussi LASERAR comme "nom disparu".

On aurait pu penser aussi à aseròu" (érable).
Y a-t-il un rapport avec hasedura, ou hasenvath, ce qui infirmerait totalement la première explication ?