Notre région, c’est la Gascogne !


Lòcs

Lomagne

Maubec

Aicí

Aicí l’autan bufo

"Ici l’autan souffle" : mais est-ce vraiment ainsi que l’on disait localement à Maubec ? Il n’y a aucune raison de croire que la forme plus gasconne n’était pas bohar, face au languedocien bufar, mais c’est à confirmer.

Il est certain que le "que" énonciatif n’était plus usité en Lomagne à date récente. "Aicí" est également une forme plutôt languedocienne. La présence d’un -n final marque cependant qu’il s’agit là d’une forme gasconne, face à ce qui aurait été l’autà en parler languedocien de Toulouse.

Bref, il conviendrait de vérifier, si cela est encore possible, qu’il s’agissait vraiment de la façon de dire localement, et s’il n’y aurait pas concession au parler toulousain.

prepausat per Vincent P. ;

 

Gabardan

Landes de Gascogne

Rimbez-et-Baudiets

Chounatot

Chounatot

D’après les anciennes cartes, il y avait au moins une autre bastisse, probablement la principale, qui nous aurait surement intéressés !

Le nom Chounatot se réfère à Chounat, lòc voisin. Le cadastre napoléonien écrit d’ailleurs "Petit Chouna", et la carte d’état major du 19e "Petit Chounat".
"Chounatot" signifie "Petit Chounat" sur un mode plus gascon, donc tant mieux que cette forme soit retenue par l’IGN !

Je propose la décomposition suivante : Choun (aphérèse de Bidauchon, Arnauchon, Bernachoun...) + suffixe -at (à valeur probablement diminutive) + suffixe -òt
Donc, une formation très gasconne, qui justifie à elle seule la présence de cette grange parmi les lòcs de Gasconha.com !
Au passage, je remarque que ces noms de lieux sont écrits "ch" et "tch" alors que je sens qu’il y a une prononciation "tch" ou plutôt "ty" (t mouillé).

Ue listòte :
LE CHOUN [MANT - 40]
LE CHOUN [CAME - 64]
Chounerat, Grand et Petit Chon,
CHOUNAR [LANNEPAX - 32]
CHOUNAT [RIMBEZ-ET-BAUDIETS - 40]
CHOUNAT [SAINTE-COLOMBE - 40]
CHOUNATOT [RIMBEZ-ET-BAUDIETS - 40]
TCHOUN [SOUPROSSE - 40]
THION [AYGUEMORTE-LES-GRAVES - 33]

prepausat per Tederic Merger ;

 

Armagnac

Gascogne médiane

Cazaubon

Kem’

Kem’ Boss

Il y a bien un substrat gascon chez certains boss de la rue commerciale de Barbotan !

prepausat per Tederic Merger ;

 

Graves & Cernès

Pays negue

Landes de Gascogne

Hostens

Le

Le lac de Bousquey

Nous savons depuis l’article de notre ami Gaby que le suffixe -ey des terres bordelaises et bazadaises peut servir de collectif végétal : cela doit être l’origine du lieu-dit Bousquey, un ensemble de bois, désignant une zone boisée, à une époque où la lande ne l’était pas autant.


Toponymes en -ey

Pour le reste, ce lac est artificiel, constitué sur d’anciennes mines de lignite, mais la sensation n’est pas bien différente que face à des lagunes naturelles.

Ces lacs, surtout par temps chaud, comme on les connaît à compter du mois de mai sous nos latitudes, ont dans tous les cas toutes les apparences de lieux tropicaux, quelque chose qui relève de l’étouffement.

prepausat per Vincent P. ;

 

Queyran

Fourques-sur-Garonne

Samson

Samson

Les canaux m’ennuient terriblement, mais cela ménage tout de même de jolies photos. Samson, c’est la maison en arrière-plan, de l’autre côté du canal des Deux Mers : il s’agit très vraisemblablement du prénom gascon Sans.

prepausat per Vincent P. ;
En "normalizat" :

Sanson

Sans

Ce nom se retrouve probablement en Espagne dans le nom "Sanz".
Il pourrait venir du latin Sanctius.
Il a été porté par des rois vascons.
"L’utilisation du double nom* (Guilhem-Sans, Bernat-Guilhem, Sans-Guilhem...)
expliquait la filiation : Guilhem-Sans veut dire Guilhem fils de Sans, Sans-
Guilhem, Sans fils de Guilhem, Bernat-Guilhem : Bernat fils de Guilhem ou
encore un autre exemple Sans-Lop, Sans fils de Lop (pron. Loupp)." [G. Pepin]

Sanset, qui existe comme nom de famille, doit provenir de Sans.

*A l’origine, les vascons suffixaient probablement le deuxième nom par une terminaison (probablement "ez" ou "etz" ou "itz", exprimant le génitif, et qui se retrouve dans les noms espagnols actuels Sanchez etc...).


 

Blayais

Berson

Lomède

Lomède

Le nom ne figure plus sur les cartes IGN actuelles, il faut aller le chercher sur les cartes anciennes. Dans tous les cas, il prouve l’abondance d’ormaies dans l’ancien Blayais pré-viticole, tant le toponyme est transparent en gascon, langue qui n’était plus parlée sur les lieux lors des premières enquêtes linguistiques à disposition.


Blaye - Loumède

prepausat per Vincent P. ;
En "normalizat" :

Lomeda

olom / orme

Prononcer "ouloum".
Variante : om (prononcer "oum")


 

0 | 6 | 12 | 18 | 24 | 30 | 36 | 42 | 48 | ... | 1176

Bastisses

Pour envoyer quelque chose à Gasconha.com sans passer par l' Espace privé...
Se connecter est facultatif mais utile.
modération a priori

Contributions et grans de sau sont soumis à validation des webmèstes.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document

Enregistrement

Vous inscrire sur ce site

Une fois enregistré (une fois pour toutes), vous pourrez vous connecter à l'Espace privé du site, ou Souillarde, pour proposer des lòcs, des ligams, des banèras, des articles..., leur associer des documents, etc.

Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.