Lòcs (toponymie, paysage...) de Marmande

Bésaume Queyran Rive droite gasconne Anneau gascon Marmandais

Marmande

Rue de Lolya
Carrèra de l'Aolhar ? / Carrère de l'Aouilhà ?

en graphie alibertine :

(l')Aolhar, (l')Aoelhar
Prononcer respectivement "L’Aoulyà", "L’Awélyà".

aolha / brebis

Prononcer entre "aouille" et "aouillo" ;
Autres formes :
agolha, oelha, aoelha, olha...
dérivés :
aolhèir, aolhèr, aoelhèr, agolhèir... (berger)

MP3 - 51.5 ko
Quan las aolhas mian l’aolhèr, s’entecan.


Lolya est un quartier pavillonnaire, avec principalement des "maisons cubes".
Ce style de maison ne prenait guère à la tradition, sauf les tuiles et la pente du toit.
Ce mode d’habitat pavillonnaire, avec des maisons en milieu de parcelle, n’avait non plus jamais existé auparavant.
Ces maisons tiennent le coup, et ne sont guère modifiées dans leur aspect extérieur, sauf pour abriter d’éventuelles terrasses ou changer les huisseries.
En matière d’adaptation au milieu et à un contexte d’énergie chère, elles ne sont pas optimales.
A rebours de leur aspect peu enraciné en Gascogne, elles portent ou portaient parfois un nom gascon.

Quant au nom du quartier, "Lolya", j’ai lu que certains, à Marmande, disaient qu’il était gascon. Hélas, la signification gasconne n’était pas mentionnée, mais je fais l’hypothèse l’Aolhar, en me fondant sur l’existence d’un lieu Laoulia, dans le domaine landais, à Barbaste.

Mise à jour 2019 :
"Lolya" figure au cadastre napoléonien, feuille A1 "La Porte Sainte Bazeille" (1812). Son caractère gascon est très probable, et l’explication "l’aolhar" tient la corde. Sauf qu’il ne cadre pas avec le "Laulie" de Belleyme (voir plus bas)...
[Tederic M.]

prepausat per Tederic Merger ;

 

 
Bésaume Queyran Rive droite gasconne Anneau gascon Marmandais

Marmande

Placiot
Placiòt

en graphie alibertine :

(lo) Placiòt
Prononcer "(lou) Placiòtt".


Ne peut s’expliquer que par une double suffixation -in et -òt avec chute du n intervocalique. Le latin platea donne normalement plaça. A noter qu’en toponymie saintongeaise, une forme masculine "placin" semble exister. Ou alors placiot noterait une tendance chuintante ?

prepausat per Vincent P. ;

 

 
Bésaume Queyran Rive droite gasconne Anneau gascon Marmandais

Marmande

Mestrot

en graphie alibertine :

Mestròt
Prononcer Mestròtt, Mesteròtt... mèste(r) + suffixe diminutif -òt

mèste / maître

Ou patron.


 

 
Bésaume Queyran Rive droite gasconne Anneau gascon Marmandais

Marmande

Maurin

en graphie alibertine :

Maurin

Maurin prenom mascle

Courant en Gascogne, mais aussi ailleurs en Occitanie et Catalogne.
Prononcer entre "Maouri" et "Maouring".
Selon J.Tosti, sur son site des noms :
"Plus qu’aux Maures, il faut ici penser à un nom de baptême. Issu du latin Maurinus, dérivé de Maurus. Saint Maurin fut un martyr du VIe siècle."


 

 
Bésaume Queyran Rive droite gasconne Anneau gascon Marmandais

Marmande

Oustalots

en graphie alibertine :

Lostalòt + L'Ostalòt
Prononcer "Loustalòt".

ostau / maison

Se rencontre souvent dans les noms de lieu, écrit à la française : Loustau, Loustaou...
diminutifs : ostalòt, ostalet...


 

 
Bésaume Queyran Rive droite gasconne Anneau gascon Marmandais

Marmande

Lescour

en graphie alibertine :

(las) Corts
Prononcer "Courts"

cort / cour

Prononcer "court".

synonyme : pati (accent tonique sur "pa")

dérivé :
cortiu : courtil, parc couvert en chaume, bergerie (P. Morèu)
cortia (courtie, courtìo) : id.

MP3 - 72.7 ko
Vau mei un cortiu que sie lo vòste
... qu’un castèth que ne sie pas !

Le "Dictionnaire de la langue gauloise" (Xavier Delamarre, Editions Errance, 30 euros) donne une piste sur l’origine :
"GORTIA : haie , enclos
Des mots des dialectes romans, provençal "gorsa" haie, buisson epais",
limousin "gorso", lombard "gorz" id.
etc. et surtout les toponymes Gorses (Lot), Gorze
(Moselle), Gorcy (Meurthe-et-Moselle), Lagorce
(Ardeche, Gironde, 1171 "de Gorcia"), Gorzone en
Italie (de gortione) remontent à une forme gauloise
"gortia" haie, designation metonymique de l’enclos
"gorto-" de "ghorto" continué par le vieil irlandais
gort "champ" gallois "garth" "champ, enclos", vieux
breton "(g)orth" "enclos".
Même provenance que le latin "hortus", grec "khortos", enclos.


 

 
Bésaume Queyran Rive droite gasconne Anneau gascon Marmandais

Marmande

Laubaney ? Laulaney ?

en graphie alibertine :

Lobanèir
Deux hypothèses pour ce nom surtout présent en Médoc : Lop-Anèir : nom de (...)

Lop prenom mascle / Loup

"Lop" estot tanben lo nom de mantuns princis vascons o ducs de Gasconha.
"Lop" qu’era la version romana deu basco "Otsoa".
Prononcer "Loup", en faisant entendre le "p".
Semble venir du nom de l’animal appelé "loup" en français et "lop" en occitan.

Anèir prenom mascle / Aneÿ

Prononcer "Anèÿ".
Le prénom a probablement été utilisé au Moyen-âge sous la forme Aney.
Gasconha.com suggère de remettre en circulation le prénom, sous cette forme, plus facile pour le grand public que "Anèir", la graphie occitane normalisée.

Laulanèir + (l')Aulanèir
Prononcer "Laoulanèÿ".

aulan / noisette

variantes : auran, aurana, averan, auglan (en Bordelais)
Le nom de famille "Laulan" (la noisette) est assez répandu, ce qui est un peu étrange : On s’attendrait plutôt à trouver comme nom de famille le nom de l’arbre : "Laulaney"...
Est-ce que "aulan" ne veut pas dire aussi "noisetier" ?

aulanèir, auranèr, averanèr... : noisetier.

mots nommant des lieux caractérisés par la présence de noisetiers :
auranar ("aouranà")
auraet
averaet
aulanet

"Arbuste atteignant au maximum une quinzaine de mètres, fréquent dans les haies et les boisements feuillus. Fruitier forestier."
[Gilles Granereau]

Carte d’état major du 19e s. (en moyenne peu fiable) : Laulaney
Cad. napo. (K3 Coussan) : Laubaney


 

 
Bésaume Queyran Rive droite gasconne Anneau gascon Marmandais

Marmande

Laclavéte

en graphie alibertine :

La Claveta
Prononcer "La Clawéte", "La Clawéto"...

clau / clou, clef

Prononcer "claou" ("aou" étant une diphtongue).
Si "clau" est masculin, c’est un clou, sinon, c’est une clef.
barrat a clau : fermé à clef

Dérivés :
clavèir (prononcer "claoueï") ou clavèr : cloutier
claveria : atelier de fabrication de clous ou de clés ?
clavetèr (prononcer "clawétè" ou "clabétè" : cloutier

(lo) Clavet
Prononcer "(lou) Clawétt"...

clau / clou, clef

Prononcer "claou" ("aou" étant une diphtongue).
Si "clau" est masculin, c’est un clou, sinon, c’est une clef.
barrat a clau : fermé à clef

Dérivés :
clavèir (prononcer "claoueï") ou clavèr : cloutier
claveria : atelier de fabrication de clous ou de clés ?
clavetèr (prononcer "clawétè" ou "clabétè" : cloutier

Carte d’état major du 19e s. : Clavet et Lasclaves (deux lieux distincts mais voisins)
Cad. napo. (A1) : Clavet


 

 
Bésaume Queyran Rive droite gasconne Anneau gascon Marmandais

Marmande

La Grave

en graphie alibertine :

Lagrava + (la) Grava
Prononcer "La Grawe", "La Grabe", "La Grawo"...

grava / grève, gravier

Au sens minéral, bien sûr...

Prononcer entre "grabe", "grabo", "grawe", "grawo"...
dérivés :
gravèira (prononcer "graweÿre"), ou gravèra : gravière.
graveiron (prononcer "graweÿroung") : banc de gravier.
gravèr (prononcer "grabè", "grawè") : gravier.
gravissa (prononcer "grawisse, grawisso") : petit gravier.

Le pays des Graves, au Sud de Bordeaux, tire de là son nom. C’est une zone où la Garonne déposa jadis de nombreux cailloux.


 

 
Bésaume Queyran Rive droite gasconne Anneau gascon Marmandais

Marmande

Laclote

en graphie alibertine :

Laclòta + La Clòta
Prononcer "Laclòte", "Laclòto"...

clòta / creux avec de l'eau au fond

Le masculin clòt semble exister aussi, avec un sens identique.