Lòcs (toponymie, paysage...) de Lamontjoie

Brulhois / Brulhés Esprit Bastide Gascogne médiane

Lamontjoie

Brun
Brun / Brun

en graphie alibertine :

(lo) Brun
Prononcer entre "(lou) Bru" et "Brung". En France, dans toutes les régions (...)


En France, dans toutes les régions linguistiques romanes, le terme "Brun" a été utilisé : il y a donc homonymie, ce dans tout le pays.

Il y a vraisemblablement des foyers autochtones gascons de famille Brun, même si le nom de famille est comparativement plus rare qu’en Provence ou en Auvergne, ce qui marque la spécificité des patronymes gascons, souvent en lien avec la maison d’origine plus qu’avec des caractéristiques physiques d’un ancêtre.

Le foyer en Bordelais est particulièrement intense, ce qui peut refléter à la fois le fait que les patronymes autochtones du Bordelais sont souvent moins typés qu’ailleurs, relativement à ce qui a été exposé ci-avant, d’autre part que les migrations gavaches au sens large ont parfois été importantes, en provenance notamment du Limousin où le patronyme est particulièrement répandu.

La forme "Bru" est typique des zones qui dénasalisent -n final, elle est clairement non-gasconne par sa distribution : Quercy, Rouergue, Périgord, ... sauf un foyer béarnais autour de Monein.

prepausat per Vincent P. ;

 

 
Brulhois / Brulhés Esprit Bastide Gascogne médiane

Lamontjoie

Latché
?


Quasi homonyme du lieu-dit du Marensin bien connu, du moins, qui l’était dans les années 80-90, ce Latché du Condomois est tout aussi énigmatique.

Outre le problème de l’étymologie (qui doit être pleinement latine : on pouvait douter pour le Latche de Soustons mais l’existence en Condomois d’un toponyme similaire invite à privilégier l’explication romane), c’est surtout celui de savoir ce que "tch" représentait comme son en gascon : une mouillure ?

prepausat per Vincent P. ;

 

 
Brulhois / Brulhés Esprit Bastide Gascogne médiane

Lamontjoie

La vallée du Pradet
La vath deu Pradet / La bat dou Pradét

en graphie alibertine :

(lo) Pradet
Prononcer "(lou) Pradétt". Diminutif de "prat".

prat / pré

dérivés :
prada, pradèra : prairie
pradèu : airial
pradina (prononcer "pradine"...) est présent en toponymie nord-gasconne, et devait avoir un sens précis qui nous échappe.


prepausat per Vincent P. ;

 

 
Brulhois / Brulhés Esprit Bastide Gascogne médiane

Lamontjoie

Coujet

en graphie alibertine :

(lo) Cojet ? Cojèth ?
Prononcer "Coujétt", "Couyèth" selon les cas (on est ici dans un ensemble de (...)

còi / panier, bergerie ?

Prononcer "coÿ". Attesté par "le Palay".

Attention, on trouve en toponymie un "coy" qui pourrait être un homonyme et dont le sens serait (attention, ce n’est qu’une hypothèse !) bergerie, qui serait de la famille de cujalar. cujalar, cojalar, cojolar

coi / tondu, chauve, dénudé

Prononcer "couÿ".
Palay :
« couy,-e adj. Tondu, chauve ; dénudé ; brebis ou mouton sans cornes ; blé sans barbes. V. cap couy. »
Multidiccionari francés-occitan

« cap-couy,-jàt,-jade adj. Chauve, chenu, qui a la tête rasée »

Palay :
« couyèu sm. – Parc où l’on tond. »


 

 
Brulhois / Brulhés Esprit Bastide Gascogne médiane

Lamontjoie

Rue du Trouil

en graphie alibertine :

(lo) Trolh
Prononcer "(lou) Trouilh".

trulh, trolh / pressoir

Variantes :
trolh (prononcer "trouÿ"), truelh
dérivé :
trolhèr : « Fabricant de pressoirs. N. de p. Trouillé, Trouilhét. Pintà coum û troulhè, boire ferme. »
ou « Ce qui a été foulé, piétiné ; rebut. »
[Palay]
Multidiccionari francés-occitan


 

 
Brulhois / Brulhés Esprit Bastide Gascogne médiane

Lamontjoie

Arnaudin

en graphie alibertine :

Arnaudin
Prononcer entre "Arnaoudi" et "Arnaouding".

Arnaut Arnauda / Arnaude / Arnaud

Comme le dit J.Tosti, sur son site des noms, "nom de personne d’origine germanique (arn = aigle + wald < waldan = gouverner)".


 

 
Brulhois / Brulhés Esprit Bastide Gascogne médiane

Lamontjoie

Artigaux

en graphie alibertine :

(los) Artigaus
Prononcer "(lous) Artigàws". "artigau" est un dérivé de "artiga", avec un sens (...)

artiga / friche

Beaucoup de noms de lieu et de personne sont composés avec "artiga" francisé en "artigue" (ex : Artiguevieille).
Les lieux ainsi nommés ont parfois été défrichés au Moyen-Age pour faire face à une augmentation de population.
Le verbe "artigar" veut dire "défricher" en castillan, de même que "eishartigar" en gascon.

Ce mot appartient à une couche lingüistique très ancienne, peut-être ligure.
Le toponyme "artigue" et les défrichements médiévaux


 

 
Brulhois / Brulhés Esprit Bastide Gascogne médiane

Lamontjoie

Averon

en graphie alibertine :

Laveron + L'Averon ?
Prononcer "Labérou". "L’averon" : petit noisetier ?

aulan / noisette

variantes : auran, aurana, averan, auglan (en Bordelais)
Le nom de famille "Laulan" (la noisette) est assez répandu, ce qui est un peu étrange : On s’attendrait plutôt à trouver comme nom de famille le nom de l’arbre : "Laulaney"...
Est-ce que "aulan" ne veut pas dire aussi "noisetier" ?

aulanèir, auranèr, averanèr... : noisetier.

mots nommant des lieux caractérisés par la présence de noisetiers :
auranar ("aouranà")
auraet
averaet
aulanet

"Arbuste atteignant au maximum une quinzaine de mètres, fréquent dans les haies et les boisements feuillus. Fruitier forestier."
[Gilles Granereau]


 

 
Brulhois / Brulhés Esprit Bastide Gascogne médiane

Lamontjoie

Barail

en graphie alibertine :

(lo) Barralh
Prononcer "(lou) Barrailh".

barralh / pré clôturé, clos

Ou la clôture elle-même ? Prononcer "barrailh".


 

 
Brulhois / Brulhés Esprit Bastide Gascogne médiane

Lamontjoie

Berge

en graphie alibertine :

(lo) Vergèr
Prononcer "(lou) Bergè"...

vergèr, vergèir / verger

Prononcer respectivement "bergè", "bergèÿ".
Gascogne intérieure : vergèr (prononcer entre "bergè" et "bergé")