Lòcs (toponymie, paysage...) de Couthures-sur-Garonne

Bazadais Gascogne médiane Marmandais

Couthures-sur-Garonne

Larioste
L'Ariòsta

L’ALG donne ariòsta "terre compacte" à Aiguillon ! Un dérivé d’arena serait donc étonnant.

prepausat per Gaby ;

 

 
Bazadais Gascogne médiane Marmandais

Couthures-sur-Garonne

chemin de Bébés

en graphie alibertine :

(Los) Vivèrs
Prononcer "(Lous) Biwès".

vivèir + vivèr / vivier

Prononcer respectivement "bibèÿ" ou "biwèÿ" (forme nord-gasconne) et "bibè" ou "biwè" (ailleurs).

Google Maps et IGN : chemin de Bébés
FANTOIR : rue des Bibes ; le FANTOIR nous met donc sur la voie d’un toponyme Bibè (Vivèr = Vivier) ; on aurait plutôt "Bibey(s)" à Couthures, mais il y a un peu de brassage entre les terminaisons èr et èir (ex : Riousabathé).


 

 
Bazadais Gascogne médiane Marmandais

Couthures-sur-Garonne

Sigueyron

Un dérivé de seguèir ?

prepausat per Vincent P. ;

 

 
Bazadais Gascogne médiane Marmandais

Couthures-sur-Garonne

Lahile

en graphie alibertine :

La Hilha
Prononcer "La Hilho".

hilha / fille

Prononcer entre "hilye" et "hilyo"...

IGN : la Hile
FANTOIR : Lahile
Cad. napo. (TA) : La hille
hille/hilha (fille) est une hypothèse.


 

 
Bazadais Gascogne médiane Marmandais

Couthures-sur-Garonne

Jeantilleau

Cad. napo. B2 : Jantileou
La racine Jantilh se trouve en toponymie gasconne (plutôt garonnaise peut-être) ; le suffixe éou (éw), pas rare, reste un peu mystérieux.


 

 
Bazadais Gascogne médiane Marmandais

Couthures-sur-Garonne

Malestey

en graphie alibertine :

Malestèir
Prononcer "Malesteÿ".

estèir / estey

Prononcer "estèÿ".
Affluent de la Garonne, de la Gironde, et du bassin d’Arcachon (?), qui généralement grossit à marée haute.
Même racine latine que les mots français "étier" ou "étiage".

Mauvais estey ?


 

 
Bazadais Gascogne médiane Marmandais

Couthures-sur-Garonne

Le Surget ?
(lo) Surget ? Surgèth ?

FANTOIR : Les Scurguet (impossible tel quel en gascon !)
L’IGN connait "aux Scurguet" (impossible aussi, d’ailleurs c’est le même que le précédent !)
Cad. napo. (ça se corse !) : aux Scruguet (impossible tel quel en gascon !), mais aussi "au Surgets" (possible en gascon, il doit y avoir un mot surget ou surgèth, ou sorgèth... avec le sens de source ? le s final est à prendre avec prudence : ts peut noter th comme dans castets pour castèth)


 

 
Bazadais Gascogne médiane Marmandais

Couthures-sur-Garonne

Lahonaire

en graphie alibertine :

(la) Honèira
Prononcer "Hounèÿre"


 

 
Bazadais Gascogne médiane Marmandais

Couthures-sur-Garonne

Vilotte

en graphie alibertine :

(la) Vilòta
Prononcer "Bilòto"...


 

 
Bazadais Gascogne médiane Marmandais

Couthures-sur-Garonne

rue Ménauton

en graphie alibertine :

Menauton
Prononcer entre "Ménaoutou" et "Ménaoutoung".

Menaut Menauda / Ménaude

Prononcer "Ménaout" ("aou" étant une diphtongue).
La forme "Manaut" existe aussi.
Comme les prénoms en "aut", Menaut est d’origine germanique ("aut" vient de "wald" = "qui gouverne").
C’est un nom qui a dû faire fureur jadis, à en juger par le nombre de lieux qui le portent, lui ou ses dérivés.

Jean-Louis Dega nous précise sur la liste Noms_Rouergue :
"Le prenom MENAUD, MANAUD ou MANAUT etait assez frequent dans les
Pyrenées au Moyen-Age. Plusieurs membres de la famille d’AURE
vicomtes de Larboust (65) l’ont par exemple porté.
La finale -AUD devenue -AUT ou -AU, le D final evoluant en T
classiquement au niveau phonetique ou pouvant s’amuir, pourrait faire
penser à une origine germanique comme dans Arnaud / Arnaut et venir
de "wald" signifiant "gouverner".

Quant à la racine MAN-, elle évoque pour moi le radical
germanique "MAGIN" signifiant "force" et MANAUD pourrait donc
provenir du germanique MAGINWALD et signifier "qui gouverne avec
force".

Comme attestation probable du prénom au féminin, l’IGN donne un lieu MENAOUDE [LAHOSSE - 40].