Lòcs (toponymie, paysage...) de Saint-Germain-de-Grave / Sent German de Grava

Haut Entre-deux-Mers

Saint-Germain-de-Grave / Sent German de Grava

Nouguey
Noguèir / Nouguèy

en graphie alibertine :

(lo) Noguèir
Prononcer "(lou) Nougueÿ".

nòga / noix

Prononcer entre "nogue" et "nogo".
variante : notz (prononcer "nouts")

dérivés :
en nord-gascon, noguèir (prononcer "nouguèÿ") ou notzèir (prononcer "noutsèÿ")
hors nord-gascon, noguèr (prononcer "nouguè") ou notzèr (prononcer "noutsè") ou nosèr (prononcer "nouzè") : noyer
nogueirèda (nord-gascon ; prononcer "nouguèÿrède") ou notzarèda (nord-gascon ; prononcer "noutsarède"), nogarèda (nord-gascon ; prononcer "nougarède") : endret plantat de noguèirs o de notzèirs

Noyer. Je crois même qu’il y a un noyer à cet endroit !
Lieu avec une seule maison, pas loin de la Pierre Tremblante.

prepausat per Gaby ;

 

 
Haut Entre-deux-Mers

Saint-Germain-de-Grave / Sent German de Grava

Fougassey
Lo Hogacèir / Lou Ougassèy

Vendeur ou amateur de fougasses.
Le Hougassey au XVIIIe s.
On y trouve une sorte de manoir, le "château Fougassey".

prepausat per Gaby ;

 

 
Haut Entre-deux-Mers

Saint-Germain-de-Grave / Sent German de Grava

à Tue Tête
Tutèth ?

Semble bien être un Tutèth mal compris ! Dans la lignée des Pas d’Ouens, l’Eau Barreyde et autres Bois d’Aouès...

prepausat per Gaby ;

 

 
Haut Entre-deux-Mers

Saint-Martial

Pierre Tremblante / Peyre Plantade
Pèira Tremblanta / Pèira Plantada

Anciennement Peyre-Plantade. Vieille borne discrète à une bifurcation (juste au nord de Nouguey). Le chemin de Pierre Tremblante existe encore sur le cadastre moderne.

Légendes liées à cette pierre :
 au coucher du soleil, elle fait plusieurs tours sur elle-même
 elle tremble tous les 107 ans
 elle tremble quand sonne midi
 elle tremble quand l’angélus sonne en même temps à St-André, St-Germain, Semens e St-Martial
 elle tremble pour annoncer des catastrophes (guerre de 1870 , de 1914)

prepausat per Gaby ;

 
Haut Entre-deux-Mers

Saint-Germain-de-Grave / Sent German de Grava

Pierre Tremblante / Peyre Plantade
Pèira Tremblanta / Pèira Plantada

Anciennement Peyre-Plantade. Vieille borne discrète à une bifurcation (juste au nord de Nouguey). Le chemin de Pierre Tremblante existe encore sur le cadastre moderne.

Légendes liées à cette pierre :
 au coucher du soleil, elle fait plusieurs tours sur elle-même
 elle tremble tous les 107 ans
 elle tremble quand sonne midi
 elle tremble quand l’angélus sonne en même temps à St-André, St-Germain, Semens e St-Martial
 elle tremble pour annoncer des catastrophes (guerre de 1870 , de 1914)

prepausat per Gaby ;

 
Haut Entre-deux-Mers Entre-deux-Mers

Saint-André-du-Bois / Sent Andriu deu Bòsc

Pierre Tremblante / Peyre Plantade
Pèira Tremblanta / Pèira Plantada

Anciennement Peyre-Plantade. Vieille borne discrète à une bifurcation (juste au nord de Nouguey). Le chemin de Pierre Tremblante existe encore sur le cadastre moderne.

Légendes liées à cette pierre :
 au coucher du soleil, elle fait plusieurs tours sur elle-même
 elle tremble tous les 107 ans
 elle tremble quand sonne midi
 elle tremble quand l’angélus sonne en même temps à St-André, St-Germain, Semens e St-Martial
 elle tremble pour annoncer des catastrophes (guerre de 1870 , de 1914)

prepausat per Gaby ;

 

 
Haut Entre-deux-Mers

Saint-Germain-de-Grave / Sent German de Grava

Peyradeyres

On voit ici la racine pèira, et aussi le suffixe -ad et le suffixe -èir, mis au féminin, mais pour quelle signification ? Peyradey ou Peyradeyre sont absents du FANTOIR à part celui-ci, mais le FANTOIR donne 40249 Saint-Aubin PEYRADERE...


 

 
Haut Entre-deux-Mers

Saint-Germain-de-Grave / Sent German de Grava

La Rouille de Sourbey

en graphie alibertine :

L'Arrolha
Prononcer "L’Arrouilhe".

arrolha, arrulha, arrelha / rouille, ruisseau

Le mot "rouille" est une mauvaise francisation, semble-t-il. Peut-être que la couleur rouille de certains ruisseaux landais a facilité l’erreur ?
Le "a" de début de "arrolha" a aussi été confondu avec le "a" de "la" rouille...
"arrolha" viendrait du bas-latin "arrogium" (Nicolaï) ou du latin "arrugia" (Fenié).
On peut penser que le mot castillan arroyo est de la même origine.
Et probablement aussi le basque arroila.

Il semble que le masculin "arrolh" (prononcer "arrouil") existe aussi, avec le même sens de rigole, ruisseau, fossé.

LA PALABRA DEL DÍA (www.elcastellano.org) donne la préférence à une origine prélatine :
"arroyo
Es uno de los pocos vocablos hispánicos prerromanos, que sobrevivieron a la latinización de la Península Ibérica.
En su origen, se refería a un ’canal artificial para el paso del agua’ y más tarde las ’largas galerías de las minas’, generalmente túneles muy estrechos por los que apenas podían pasar los mineros y con esa denotación fue acogido por los romanos y empleado por Plinio.

La palabra castellana se extendió al portugués arroio y se mantuvo en el vasco arroil (foso, desfiladero entre montes).
En varios dialectos italianos aparecen formas como ruga, roggia, con el sentido de ’acequia’ o ’canal’.

Sin embargo, Covarrubias supone en su diccionario (1611) que la palabra está formada por el artículo árabe al antepuesto a la voz latina rivus, o a su diminutivo rivulus o, tal vez, el griego ryo (yo fluyo). Esta hipótesis se descarta actualmente."

Le bas-latin a pu adopter et diffuser ce mot pré-latin, hispanique. Pour le mot espagnol arroyo, l’explication donnée plus haut suggère son entrée directe dans le lexique, à partir du mot pré-latin.
Pour ce qui concerne l’espace aquitain, nous n’avons aucun élément pour affirmer que cette racine existait avant la latinisation, et donc le gascon l’aurait reçu par ricochet.

Palay :
Multidiccionari francés-occitan

« arroulhe sf. Rigole ; ornière ; fossé ; canal ; l’outil appelé arroulh. Syn. arrélhe. »
Remarque : la forme arrélhe a un homonyme, soc (pièce de charrue) qui, justement, sert à creuser un sillon !

Lespy :
« ARROULHE, Arrolhe, Arrulhe rigole, ornière profonde, fossé, canal »
Les exemples donnés par Lespy utilisent beaucoup la forme arrulhe.
Lespy signale aussi une extension du sens à un terrain limité par des arrulhes, par exemple "un verger conquis sur le marais".

PNG - 864.9 ko
arrolha, arrulha, arrelha à partir de arrugula

(lo) Sorbèir
Prononcer "Lou Sourbeÿ".

sorbèr, sorbèir / sorbier

Prononcer respectivement "sourbè", "sourbèï".
sorbèr en gascon central et méridional.

Un sorbet (prononcer "sourbét") devrait être un bois planté de sorbiers.

Puisqu’il y a "Le Sourbey" à Saint Germain, on devrait plutôt dire "La Rouille du Sourbey" !


 

 
Haut Entre-deux-Mers

Saint-Germain-de-Grave / Sent German de Grava

Jean de Lait
Jan Delet ?

"de Lait" et bizarre, et Cassini écrit "Delet" ; or, Delet est bien attesté comme patronyme par Geneanet à Arbis, Entre-deux-Mers.
Une attestation de Geneanet établit une passerelle avec Dillet, or Dillet et Dilet existent comme patronyme en Grande Gabacherie (Saint Savin).


 

 
Haut Entre-deux-Mers

Saint-Germain-de-Grave / Sent German de Grava

Guillemet


 

 
Haut Entre-deux-Mers

Saint-Germain-de-Grave / Sent German de Grava

Bournac

en graphie alibertine :

(lo) Bornac
Prononcer "(lou) Bournac".

bornac / ruche

Prononcer "bournac".
"ruche ancienne enduite de boue et coiffée de chaume" [Y. Vidal].

Le dictionnaire de "La Civada-Per Noste" donne aussi "caven m. ; abelhèr m (vic-Bilh)", mais ne donne pas "bornac".


 

 
Haut Entre-deux-Mers

Saint-Germain-de-Grave / Sent German de Grava

Barbot

en graphie alibertine :

Barbòt
Prononcer le t final.