Lòcs (toponymie, paysage...) de Saint-Germain-d’Esteuil / Sent German d’Estulh

Médoc

Saint-Germain-d'Esteuil / Sent German d’Estulh

La Clidde

en graphie alibertine :

(la) Clida
clida pourrait être une variante de cleda (cléde).

cleda, clida / barrière, portail

Prononcer entre "clede" et "cledo", ou "cleude" en parlar negue.

dérivés :
cledòt ou cledon (prononcer entre "clédou" et "clédoung") : petit portail

Médoc, Buch... (Dictionnaire du patois de La Teste de Pierre Moureau) :
clida : grande porte pour fermer les chemins de service dans les champs
clidon : porte de jardin


 

 
Médoc

Saint-Germain-d'Esteuil / Sent German d’Estulh

les Pudagneys
los Pudanhèirs

A rapprocher du langudocien posandièr "celui qui va chercher de l’eau" ? Verbe pudar "puiser", en tout cas.


 

 
Médoc

Saint-Germain-d'Esteuil / Sent German d’Estulh

Taste-Corneille

Lòc partagé par Vendays, Naujac et Gaillan.


 

 
Médoc

Saint-Germain-d'Esteuil / Sent German d’Estulh

Pécayron

en graphie alibertine :

(lo) Queiron ? Cairon ? Coairon ?
"queiron" (prononcer entre "queÿrou" et "queÿroung") doit venir de la racine (...)

Pe Cairon : "pied" (début ?) du Cayron


 

 
Médoc

Saint-Germain-d'Esteuil / Sent German d’Estulh

Lucbeil

en graphie alibertine :

Lucvelh
LUCBEIL signifie « bois vieux », à comprendre sans doute dans le sens de « (...)

luc / forêt

Et plus exactement bois sacré.
Vient du latin "lucus" (bois, forêt). Présent dans de nombreux noms de lieu gascons (Lucmau par exemple), mais le mot semble avoir disparu de l’usage depuis longtemps, peut-être en même temps que les croyances qui lui étaient associées.
J. Tosti signale une forme féminine de "luc" : luque (luca en normalizat) ; luga (lugue) existe aussi.

dérivé fréquent en toponymie gasconne : lugat

vielh / vieux

Prononcer "bieÿ".
vielha (prononcer entre "bieÿe" et"bieÿo") : vieille
vielhòt (prononcer "bieÿòt") : petit vieux


 

 
Médoc

Saint-Germain-d'Esteuil / Sent German d’Estulh

Le Gay

en graphie alibertine :

(lo) Gai
Prononcer "(lou) Gaÿ". Nom de famille qui existe aux franges nord et est de (...)

gai / geai

Prononcer "gaÿ".
Nom d’oiseau
Mais veut dire aussi "la gaieté, le plaisir", et c’est probablement le sens des nombreux lieux dits "Le Gay" (Lou Gaÿ/Lo Gai).
En gascon moderne, "gai" pourrait aussi être adopté pour dire "gay" au sens anglo-saxon de "homosexuel". Il se peut d’ailleurs que ce "gay" anglais ait pour origine le mot gascon "gai" (plaisir).


 

 
Médoc

Saint-Germain-d'Esteuil / Sent German d’Estulh

L’Houmet

en graphie alibertine :

(l')Omet
Prononcer "Oumétt".

olom, alom, aulom, om / orme

Prononcer "ouloum".
Variante : om (prononcer "oum") ; peut-être aussi òm (prononcer "om") ?

omet, aumet : ormeau

Berganton (p. 91) donne "oumerac" (omerac) pour ormaie, en considérant un suffixe -ac au sens collectif.


 

 
Médoc

Saint-Germain-d'Esteuil / Sent German d’Estulh

(le ?) Zic

Cadastre napoléonien de Saint Trélody (entre C3 et D5) : ruisseau de la Fontaine du Zic
La Fontaine du Zic est à la limite des communes de Saint Germain d’Esteuil et Saint Trélody (maintenant Lesparre), mais la carte d’état major du 19e siècle montre un lieu Zic côté Saint Germain.

Un nom commençant par Z est rare. On pourrait envisager une mauvaise coupure, mais laquelle ?


 

 
Médoc

Saint-Germain-d'Esteuil / Sent German d’Estulh

Font Bardin

en graphie alibertine :

Bardin

bart / boue

Palay écrivait bard pour une prononciation bart obligatoire en gascon (pas de son d en finale !).
dérivés :
barda (prononcer "barde"),
bardòc,
bardin,
bardinat, bardinada : terrain très boueux.
bardís : boue, saleté.
bardèr, bardèra :
« bardè,-re s. – Bourbier ; cours d’eau bourbeux. » [Palay]

bartòc : tampon, mélange de glaise et de paille
bardís, bardish : torchis

La parenté avec "barta" (barthe -zone humide auprès d’une rivière) est à étudier.

Lahont + La Hont + Era Hont

hont / fontaine, source

hontan ou hondan seraient d’autres formes, féminines aussi, de ce mot.

MP3 - 63.8 ko
Cau pas diser de nada hont "n’aurei pas besonh de çò de ton" !
Il ne faut dire de nulle fontaine "je n’aurai pas besoin de ce qui est tien" !

 

 
Médoc

Saint-Germain-d'Esteuil / Sent German d’Estulh

bois de Haures

en graphie alibertine :

(los) Haures
Pourrait être le nom "Faure" mis au pluriel, comme la pratique en exista (...)

haur / forgeron

Attention, le "r" final ne se prononce pas en général en graphie occitane normalisée.
Prononcer "haou" ou "aou" est une diphtongue.

hauressa (prononcer "hoouresso") : hauresse, femme de forgeron [Fauché, dialecte gascon de Tonneins] ?
En toponymie, on peut envisager des confusions entre hauresse, fauresse et (a)horest (forêt...). ahorest = forêt

(la) Haurest

ahorest / forêt

Mot féminin ? "la més escuro ahourést" [Poésies gasconnes de J.-G. d’Astros]
Pour Palay, c’est masculin : « ahourè, ahourèch, ahourès, ahourìu, hourèst sm. – Terrains couverts de bois, fourrés, hallier, pacage dans le bois. N. de l. et de p. Forest. »
Multidiccionari francés-occitan

Remarquons que Palay donne dans la liste précédente une forme sans a initial : hourèst (horest).

Je fais l’hypothèse que ce mot se retrouve en toponymie gasconne sous différents déguisements : L’AOURET, FAOURES, FAURES, LAURES,
LAURETS, HAOURES, LAHOURES, HOUREST, HAURETS, HOURES, FAURESSE, HAURESSE, LAFOURESSE...
Seule la forme "Faoures" irait dans le sens d’un mot haures(t) qui serait horest diphtongué. Mais le F initial peut avoir été restauré au mauvais endroit ?
Je subodore des confusions avec "haur/forgeron" et "laurèr/laurier".
Le "a" initial de "ahorest" a souvent dû être pris pour le "a" de l’article féminin.
[Tederic]

Cadastre napoléonien Section A feuille 1 : Bos de Haures