Lòcs (toponymie, paysage...) de Tresses

Créonnais Entre-deux-Mers

Tresses

Le Peychon

en graphie alibertine :

Peion, Pejon ?

pei, poei, poi, pui / colline, hauteur

Prononcer " puï ".

Ce mot, sous ses nombreuses variantes, est une source inépuisable de noms propres, dans tout le domaine occitano-catalan.

variantes : poi (prononcer " pouï "), puèi, poèi, pèi (très fréquent en Bordelais et Médoc dans les noms de lieux, sous la forme "pey"), pèch (variante orthographique de "pèi").
"puch" semble être de la même famille, probablement une variante orthographique de "pui".
Signalons enfin puèg (languedocien) et puig (catalan), qui se prononcent plutôt "puech" et "poutch"...

Tout cela vient du latin "podium" (hauteur).
Dérivés :
pojòu, pujòu, qu’on retrouve sous les formes francisées "Poujeau" ou "Puyôo" et en languedocien sous les formes "poujol" et "pujol"
Berganton (p. 119) parle d’une "interchangeabilité" entre "puyau, puyèu, puyò" (pujau, pujèu, pujòu).
pojada (montée -fr. "poujade", "pouyade")

Le chemin du Peychon (qui s’est urbanisé !) :


 

 
Créonnais Entre-deux-Mers

Tresses

La Perrière

en graphie alibertine :

La Peirèira

pèira / pierre

Apparait généralement sous la forme "peyre" dans les noms propres.
dérivés :
peirós (pierreux), peirèra ou peirèira (carrière*)
peiruisha : résidu de pierres [G. Balloux]
peirèr (prononcer "peÿrè") ou peirèir : tailleur de pierre

* "carrèra" ne veut pas dire "carrière", mais "rue".


"La Peirière" sur la carte d’État-Major du XIXème siècle : la francisation est déjà là, mais seulement sur le suffixe. C’est évidemment "La Peyreyre", peut-être difficile à prononcer dans des bouches françaises.

prepausat per Vincent P. ;

 

 
Créonnais Entre-deux-Mers

Tresses

Le Camp
Lo Camp / Lou Cam

en graphie alibertine :

(lo) Camp
Prononcer "(lou) Cam". Du latin campu(s) "champ".

camp / champ

Souvent prononcé "cam", sans faire entendre le p final.
campanha : campagne


Rare exemple de campagne bordelaise encore intacte au plus près de la rocade de Bordeaux, rive droite de la Garonne, en un pays soumis à la pavillonnite la plus aigüe et intense, qui étend démesurément la métropole bordelaise, bien trop à l’Est.


 

 
Créonnais Entre-deux-Mers

Tresses

lotissement Dufau

en graphie alibertine :

Deuhau

hau, hai, hac / hêtre, forêt destinée à l'affouage

Prononcer "haou" ou "aou" est une diphtongue.
Autres formes gasconnes :
hai (prononcer "haÿ")
hac (moins répandu ; écrit éventuellement "hag", notamment en graphie fébusienne ; plus proche de la racine latine fagusprononcer "hac" ; )
havoth, havora (prononcer "habouth, haboure" - le premier est masculin, l’autre féminin)
"haboure sf. Hêtre (fagus sylvatica). V. habout. Syn. hag, hau, hay." [Palay]
Multidiccionari francés-occitan

havoret (prononcer "habourét")
diminutif (mais surtout collectif : bois de hêtres) : haget et aussi haveda (prononcer "hawéde", "hawédo"...) : Bois planté de hêtre
"Se trouve dans les Pyrénées (forêt d’Iraty...), quelques localités reliques en Chalosse, Lot et Garonne…
Arbre pouvant atteindre 40 à 50 m, et vivre jusqu’à 500 ans.
Fruit : la faine, appréciée par les porcs ; on en tirait également de l’huile alimentaire.
Distillé à sec, le bois fournit la créosote.
Bois d’œuvre recherché (menuiserie, chaises…)"
[Gilles Granereau]

Le hau/hai a été important dans la Gascogne d’hier, si on en juge par le nombre des noms de lieu (et donc de personne) qui contiennent ce mot.


 

 
Créonnais Entre-deux-Mers

Tresses

Marès


 

 
Créonnais Entre-deux-Mers

Tresses

La Clyde

en graphie alibertine :

(la) Clida
clida pourrait être une variante de cleda (cléde).

cleda, clida / barrière, portail

Prononcer entre "clede" et "cledo", ou "cleude" en parlar negue.

dérivés :
cledòt ou cledon (prononcer entre "clédou" et "clédoung") : petit portail

Médoc, Buch... (Dictionnaire du patois de La Teste de Pierre Moureau) :
clida : grande porte pour fermer les chemins de service dans les champs
clidon : porte de jardin

Cassini : La Clide

prepausat per Tederic Merger ;

 

 
Créonnais Entre-deux-Mers

Tresses

ruisseau Desclaux

en graphie alibertine :

Desclau + Desclaus
Prononcer "Desclàw(s)". Comme nom de famille, Desclau ne parait pas gascon. (...)

claus / clos

Prononcer "claous" (ou "aou" est une diphtongue).
Espace fermé.
A été aussi utilisé come adjectif : lo trobar claus = les compositions hermétiques des troubadours

esclaus / écluse ? (mot à préciser)

Attesté par un nom comme LESCLAOUS [MAGESCQ - 40] et les "Pedesclaux", Lesclaux...
"esclausa" trouvé dans un texte gascon ancien (Riscle), pourrait être la forme féminine, qu’on trouve dans le NF Lesclause.
Il y a la racine "claus" (clos).

FANTOIR : av du Desclaud


 

 
Créonnais Entre-deux-Mers

Tresses

Le Biré

Cad. napo. (TA) : Du Biré


 

 
Créonnais Entre-deux-Mers

Tresses

Queyron

en graphie alibertine :

(lo) Queiron ? Cairon ? Coairon ?
"queiron" (prononcer entre "queÿrou" et "queÿroung") doit venir de la racine (...)


 

 
Créonnais Entre-deux-Mers

Tresses

allée de Paludey

en graphie alibertine :

(lo) Paludèir
Prononcer "(lou) Paludeÿ". « Paludey (habitant des marais) »

palud / marais

Prononcer "palu". Mot féminin ?
Dans la toponymie gasconne, il apparait comme "la Palu".
Le dictionnaire "Tot en gascon" le donne masculin (palud, palús).