Lòcs (toponymie, paysage...) de Budos

Graves & Cernès

Budos

Le Houdiou
Lo Hodiu

Cad. napo. (Section D feuille 1 : Médouc) : Le Houdiou

 

Dérivé de hodir, désigne un lieu mis en culture. Les toponymes en Houd-/Hous- se retrouvent souvent dans la Lande girondine.
[Gaby]


 

 
Graves & Cernès

Budos

Lassuscorre
La Suscòrra

Dérivé de *susca come dans Suscouse. Cela semble être une variante de sesca dans la Lande bordelaise.
[Gaby]


 

 
Graves & Cernès

Budos

L’Eau Barreyde
L'Aubareda

Ce nom bizarre n’est-il pas une tentative pour écrire "L’Aubarède" ?
Cad. napo. (Section E feuille 2 : Paulin
Date : 1849) : Eau Barreyde, L’Eau Barreyde

 

Cela semble évident ! Dans la lignée des "Pas d’Ouens" et autres "au Glanats" ou "au Lanney".
[Gaby]


 

 
Graves & Cernès

Budos

Fouit

Un toponyme de sens fuyant. Est-il gascon ? Serait-ce une adaptation d’un terme français ? Je ne vois pas.

prepausat per Vincent P. ;

 

 
Graves & Cernès

Budos

Pujau

en graphie alibertine :

(lo) Pujòu
Prononcer "(lou) Puyoou" ("oou" étant une diphtongue - òw).

pei, poei, poi, pui / colline, hauteur

Prononcer " puï ".

Ce mot, sous ses nombreuses variantes, est une source inépuisable de noms propres, dans tout le domaine occitano-catalan.

variantes : poi (prononcer " pouï "), puèi, poèi, pèi (très fréquent en Bordelais et Médoc dans les noms de lieux, sous la forme "pey"), pèch (variante orthographique de "pèi").
"puch" semble être de la même famille, probablement une variante orthographique de "pui".
Signalons enfin puèg (languedocien) et puig (catalan), qui se prononcent plutôt "puech" et "poutch"...

Tout cela vient du latin "podium" (hauteur).
Dérivés :
pojòu, pujòu, qu’on retrouve sous les formes francisées "Poujeau" ou "Puyôo" et en languedocien sous les formes "poujol" et "pujol"
Berganton (p. 119) parle d’une "interchangeabilité" entre "puyau, puyèu, puyò" (pujau, pujèu, pujòu).
pojada (montée -fr. "poujade", "pouyade")

(lo) Pujau
Variante de pojau. Lo Pojau

pei, poei, poi, pui / colline, hauteur

Prononcer " puï ".

Ce mot, sous ses nombreuses variantes, est une source inépuisable de noms propres, dans tout le domaine occitano-catalan.

variantes : poi (prononcer " pouï "), puèi, poèi, pèi (très fréquent en Bordelais et Médoc dans les noms de lieux, sous la forme "pey"), pèch (variante orthographique de "pèi").
"puch" semble être de la même famille, probablement une variante orthographique de "pui".
Signalons enfin puèg (languedocien) et puig (catalan), qui se prononcent plutôt "puech" et "poutch"...

Tout cela vient du latin "podium" (hauteur).
Dérivés :
pojòu, pujòu, qu’on retrouve sous les formes francisées "Poujeau" ou "Puyôo" et en languedocien sous les formes "poujol" et "pujol"
Berganton (p. 119) parle d’une "interchangeabilité" entre "puyau, puyèu, puyò" (pujau, pujèu, pujòu).
pojada (montée -fr. "poujade", "pouyade")

Cela ne monte pas beaucoup !

prepausat per Vincent P. ;

 

 
Graves & Cernès

Budos

Couchire

Gasconha.com ne sait toujours pas l’expliquer !


Couchire

prepausat per Vincent P. ;

 

 
Graves & Cernès

Budos

Cazenave

en graphie alibertine :

Casanava, Casanèva
Prononcer entre "Casenabe" et "Cazonawo".

casa / maison

Mais dans la plus grande partie de la Gascogne, "maison" ou "ostau" ont remplacé "casa", sauf peut-être dans l’expression "a casa" (à la maison).

dérivé : casèr (prononcer "cazè"), casèra (prononcer "cazèro, cazère") ; c’est probablement un adjectif signifiant une appartenance à la maison, mais Palay le donne en substantif :
Multidiccionari francés-occitan

casère sf. – Lieu d’habitation (vx) ; employé comme lieu dit ; cahute ; planche à pain, étagère. N. de p. et de l. Casères, Lascazères.

nau, nèu / neuf

prononcer "naw"
neuve : nava (prononcer "nawe", "nabe", "nabo", "nawo"...) ou parfois nau comme le masculin
Les formes nèu et nèva existent aussi.
Le couple navèth/navèra correspond à nouveau/nouvelle ; variante pour les Landes, et peut-être aussi pour le Médoc et autres : « noèt, nouèt,-ère (L.) », donc novèth/novèra [Palay]

Que les communes de Gascogne sans Cazenave se dénoncent !

prepausat per Vincent P. ;

 

 
Graves & Cernès

Budos

Lioy

en graphie alibertine :

Lo Liòi ?
Prononcer "Lou Lioÿ ?"

Une énigme toponymique, à rapprocher du Loil de Villeton (47), peut-être.


Le Loil

[Cad. napo. (Section F feuille unique : Lapeyrouse) : Lioï
Tederic M.]

prepausat per Vincent P. ;

 

 
Graves & Cernès

Budos

Le Roc

en graphie alibertine :

Larròc + (l')Arròc
Prononcer "L’Arroc".

arròc, ròc / roc, rocher

En gascon, on a plutôt arròc
arròca (prononcer "arroque") : roche

Lo Ròc

arròc, ròc / roc, rocher

En gascon, on a plutôt arròc
arròca (prononcer "arroque") : roche

Il doit être possible de restituer l’ar- prosthétique.

prepausat per Vincent P. ;

 

 
Graves & Cernès

Budos

La Peyrouse

en graphie alibertine :

(la) Peirosa
Prononcer "Peÿrouze, Peÿrouzo"... Rare en Gascogne, et y existe seulement (...)

pèira / pierre

Apparait généralement sous la forme "peyre" dans les noms propres.
dérivés :
peirós (pierreux), peirèra ou peirèira (carrière*)
peiruisha : résidu de pierres [G. Balloux]
peirèr (prononcer "peÿrè") ou peirèir : tailleur de pierre

* "carrèra" ne veut pas dire "carrière", mais "rue".

Vous avez des nouvelles de La Peyrouse ?

prepausat per Vincent P. ;