Lòcs (toponymie, paysage...) de Villegouge

Bourgeais, Cubzaguais, Fronsadais

Villegouge

Boutinet

On pense assez vite à un toponyme gavache : "petit Boutin", le patronyme Boutin étant très répandu entre Gironde et Loire.

Cependant, la carte d’État Major du XIXème siècle comme Cassini mentionne, si je ne me trompe pas dans ma lecture, Boulinet, autrement dit "petit Boulin". Cela ne change pas démesurément l’analyse, Boulin semble également plutôt de distribution poitevine-saintongeaise, avec cependant un foyer en Lot-et-Garonne qui correspond assez bien aux communes que l’on sait avoir connu plus intensément qu’ailleurs un phénomène migratoire gavache (dans la vallée de la Gupie notamment).

Pourquoi proposer ce toponyme alors, aux racines oïliques ? C’est qu’assez bizarrement, en toponymie, on ne trouve pas de Boutinet dans tout l’espace oïlique précité, comme si ce n’était pas un tour d’oïl en toponymie de suffixer de la sorte. On trouve bien un patronyme Boutinet en revanche, en Saintonge.

L’on touche à une problématique complexe en toponymie régionale : pour quelle raison une forme "petit Boutin" avec suffixe -et s’ancre-t-elle en toponymie en Bordelais, mais pas là d’où le patronyme est originaire ? Idem "Le Boutineau" à Marsas (33), sans correspondants. Est-ce à dire qu’en Bordelais, le patronyme des migrants a été donné aux toponymes, tandis que dans le pays-souche, l’on ne nommait pas les lieux en fonction des patronymes ?

prepausat per Vincent P. ;

 

 
Bourgeais, Cubzaguais, Fronsadais

Villegouge

La maison au figuier
L'ostau dau higuèir / L'oustàu dàu higueÿ

Sèi jou qui l’apèri "maÿzoun dàu higueÿ" !higa = figue
L’arbre à gauche est un figuier.

prepausat per Tederic Merger ;

 

 
Bourgeais, Cubzaguais, Fronsadais

Villegouge

Laroucaud

en graphie alibertine :

Larrocau
L’arrocau... Voir Rocau.


Laroucaud est un petit quartier en contrebas de Villegouge, orthographié Larroucaud sur la carte d’État-Major.

On pourrait imaginer un lieu-dit "La + nom de famille", notamment en ces terres proches des terres gavaches, mais l’on attendrait alors un féminin "La Roucaude". Le nom de famille Roucaud est d’ailleurs attesté en Gironde, mais avec des naissances autour de Bordeaux, peut-être en lien avec le foyer en Lauragais.

Les experts en gascon comprendront vite où je veux en venir : s’agit-il d’un reste fossilisé d’une forme hyper-gasconne L’Arrocau, ce qui serait incroyable et fascinant en ces terres fronsadaises qui ne connaissent plus le phénomène de l’ar- prosthétique, ou bien existait-il une forme féminine La Rocau (cf Lapourcaud, qui est La Porcau) ? Il peut également s’agir d’un migrant sud-gascon nommé Larroucau.

Ce débat se pose dans des termes similaires pour le lieu-dit "A la Roquau" de Cambes (33).


à la Roquau

prepausat per Vincent P. ;

 

 
Bourgeais, Cubzaguais, Fronsadais

Villegouge

La Font des Cerisiers

en graphie alibertine :

Lahont + La Hont + Era Hont

hont / fontaine, source

hontan ou hondan seraient d’autres formes, féminines aussi, de ce mot.

MP3 - 63.8 ko
Cau pas diser de nada hont "n’aurei pas besonh de çò de ton" !
Il ne faut dire de nulle fontaine "je n’aurai pas besoin de ce qui est tien" !

 

 
Bourgeais, Cubzaguais, Fronsadais

Villegouge

La Vergne

en graphie alibertine :

(la) Vernha
Prononcer "(la) Bergne"...

vèrn / vergne, aulne

Prononcer "bèrn".
Viendrait du gaulois "vernos".
dérivés :
Vernet, verneda, vernhet, vernheda
= aulnaie
Le masculin "vernet" désigne un bois plus petit que le féminin :
vernhet < vernheda
(explication de L. Vernhet)
Le "vèrn" était autrefois planté en bord de rivière pour bien le tenir par ses racines.
Et de son bois, on faisait des "esclòps " (d’où l’expression "arbre aux sabots").
"bois léger et imputrescible, il servit à confectionner jougs de boeuf et esclops. Avec l’écorce, on peut faire de la teinture brun-oranger et avec le bois un chauffage qui laisse très peu de cendres". [Guy Suire]

"Bois rouge, arbre de 25 à 30 m. Bois recherché en menuiserie, ébénisterie. Ecorce utilisée en décoctions contre l’angine et pharyngites."
[Gilles Granereau]


 

 
Bourgeais, Cubzaguais, Fronsadais

Villegouge

Lamongie

en graphie alibertine :

(la) Mongia
Prononcer "La Moungïe".

monge, monja / moine

Prononcer un peu comme "moundjé".
monja (prononcer "mounje", "mounjo"...) = nonne

monje et monja en espagnol signifient moine au masculin et féminin [M. Lacrampe]

dérivés :
mongia : monastère (mot un peu ancien, peut-être, qui a donné des noms de lòcs).
mongeta (haricot) aurait pour origine l’image des religieuses enfermées dans leur cellule comme les grains du haricot.

MP3 - 48.3 ko
Cau deishar héser lo qu’a pintrat las mongetas !
Il faut laisser faire celui qui a peint les haricots [Dieu] !

variante : moine (en graphie alibertine, se prononce "moùynẹ".)
« Palay :
Multidiccionari francés-occitan

« moùynẹ C. moùnjẹ, moine. » »


 

 
Bourgeais, Cubzaguais, Fronsadais

Villegouge

La Garenne

en graphie alibertine :

La Garena
Prononcer "La Garéne", "La Garéno"...

garena / garenne

Prononcer "garéne", "garéno"...
L’origine de ce mot, probablement importé en Gascogne il y a longtemps, et présent dans la toponymie surtout en périphérie gasconne, est controversée.
Multidiccionari francés-occitan

Mistral semble avoir hésité entre le sens français de forêt réservée (et peut-être dédiée à la chasse) et un sens lié à une racine gar qui serait en rapport avec le chêne et qu’on retrouverait dans garrigue.
Palay donne le sens de chênaie.


 

 
Bourgeais, Cubzaguais, Fronsadais

Villegouge

La Fosse

en graphie alibertine :

La Hòssa
Prononcer "La Hòsse"...

hòssa / fosse

Prononcer "hòsse", "hòsso"... hossat = fossé


 

 
Bourgeais, Cubzaguais, Fronsadais

Villegouge

Mongaillard

en graphie alibertine :

Mongualhard
Prononcer "Moungwailhart".

Gualhard prenom mascle / Gaillard

Selon J.Tosti, sur son site des noms, "il doit plutôt s’agir d’un nom de personne d’origine germanique, composé des racines gail (= joyeux) et hard (= dur). Une certitude en tout cas, il s’agissait au Moyen Âge d’un prénom très répandu de l’Italie à l’Espagne."

Galhard est un équivalent qui semble avoir perdu le "u", comme "Guasconha" est devenue "Gasconha"...

Ramon prenom mascle / Raymond

Prononcer entre "Ramou" et "Ramoung".

Attesté dans les registres de la Jurada de Bordèu en 1406 (Ramon Guarssias ou Ramon Guassias) et en 1407 (Ramon d’Orinha*).
Nombreux diminutifs ou "hypocoristiques" (dérivés où la première syllabe a été perdue) : Monic, Monon...

*Orinha : peut-être la localité orthographiée de nos jours "Origne"


 

 
Bourgeais, Cubzaguais, Fronsadais

Villegouge

Peyréton

en graphie alibertine :

Peireton
Prononcer "Peÿrétou(ng)". Pèir + suffixe et + suffixe on

Pèir, Pèr Pèira / Peÿ / Pierre

Pèir Berland defenot la libertat de Bordèu !

Dérivés :

Dérivés ou variantes [Alis-Aiguillon] : Peyre Peyroton Peychot

Futurs parents amoureux de Bordeaux et de sa région, vous souhaitez que votre fils s’attache lui aussi à ce pays et défende ses couleurs...
Appelez-le Pey ou Pèir* !
C’est "Pierre" en gascon de la région de Bordeaux.
C’est le prénom de Pey Berland, homme d’Etat, homme du peuple, homme de coeur et homme de religion, qui a défendu la liberté de Bordeaux contre le roi de France.

*"Pèir" est la graphie occitane normalisée de "Pey".
Il s’agit d’un seul et unique prénom qui se prononce " Pèÿ ".

La forme "Pey" est plus connue, et attestée officiellement. Vous n’aurez aucune difficulté à la faire enregistrer par l’Etat Civil : sinon, il devrait suffire d’invoquer Pey Berland et les multiples "Saint Pey" de la région...

La forme graphique Pèir, plus moderne et audacieuse, est moins évidente à prononcer pour la majorité des gens.
Il vous faudra donc faire, si vous la choisissez, l’effort pédagogique pour qu’ils ne prononcent pas "Pèrr"...

Pèir est la version nord-gasconne (en gros, département de la Gironde nord du département des Landes) de "Pèr" (ne pas prononcer le "r") qu’on trouve dans le reste de la Gascogne (voir les multiples "Saint Pé...").

A noter pour finir : le gascon permet une forme féminine différente du masculin, "Pèira", à prononcer entre "Pèïre" et "Pèïro". Profitons-en ?-)