Lòcs (toponymie, paysage...) de Salignac

Bourgeais, Cubzaguais, Fronsadais Pays gabaye

Salignac

chemin de Bicou

Bicou est à expliquer. Mais il ne figure pas sur les cartes anciennes consultées (à Coutras non plus).
Toponymes ressemblants :
33138 Coutras BICOU
47107 Galapian BICOU
47199 Pardaillan BICOU
82002 Albias BICOUS
82149 Réalville CAMP DES BICOUS
24129 Condat-sur-Trincou MONBICOUT
24534 Sigoulès RTE DU BICOUTY


 

 
Bourgeais, Cubzaguais, Fronsadais Pays gabaye

Salignac

Peyralle

en graphie alibertine :

Peirala

pèira / pierre

Apparait généralement sous la forme "peyre" dans les noms propres.
dérivés :
peirós (pierreux), peirèra ou peirèira (carrière*)
peiruisha : résidu de pierres [G. Balloux]
peirèr (prononcer "peÿrè") ou peirèir : tailleur de pierre

* "carrèra" ne veut pas dire "carrière", mais "rue".

Une maison provençaloïde bien laide à l’arrière-plan, qui domine la grande lande des bords de Dordogne, d’où le nom de La Lande-de-Fronsac, la paroisse qui se trouve en contre-bas, devenue commune.

Un peu plus loin sur la route, des ruines, également nommées Peyrale, qui constituent vraisemblablement la maison originelle.

Pour ce qui est de la signification, l’on a de toute évidence un dérivé de pèira "pierre", reste à comprendre la suffixation, qui n’est pas tout à fait standard.

prepausat per Vincent P. ;

 

 
Bourgeais, Cubzaguais, Fronsadais Pays gabaye

Salignac

Au Merla

en graphie alibertine :

(lo) Merlar
Prononcer "Lou Merlà".

merla, marla / marne

Prononcer entre "merle" et "merlo".
Mot féminin.
Dérivé :
merlèra : marnière
[La Lomagne n°1]
Ces mots sont très présents dans la toponymie, et souvent confondus avec l’oiseau le merle.

Les sonorités très "dégénérées" du nord-gascon à Salignac ont probablement fait sauter une consonne finale dans le mot "Merla", mais laquelle ? Car je vois mal sinon ce que le suffixe -ar, généralement botanique, viendrait définir ici ...

prepausat per Vincent P. ;

 

 
Bourgeais, Cubzaguais, Fronsadais Pays gabaye

Salignac

Maison ancienne au hameau d’Ambaud

Bon, là, on a clairement ce que nous appelons une "vasconne", par exemple en Marmandais ou en Bazadais, avec un auvent de bois. La présence de ce style me fait penser que du coup, même sans présence d’emban, le style est identique sur des maisons similaires de pierre, de forme basilicale.


Maison ancienne dans le quartier du Puy

prepausat per Vincent P. ;

 

 
Bourgeais, Cubzaguais, Fronsadais Pays gabaye

Salignac

Chemin de l’Esteyrot
Camin de l'Esteiròt / Camïn de l'Esteÿròt

en graphie alibertine :

L'Esteiròt
Prononcer "L’Esteÿròt"

estèir / estey

Prononcer "estèÿ".
Affluent de la Garonne, de la Gironde, et du bassin d’Arcachon (?), qui généralement grossit à marée haute.
Même racine latine que les mots français "étier" ou "étiage".

L’Esteÿròt = Le petit esteÿ
Il semble que ça donne quelque chose comme "Steyrau" chez Cassini !

prepausat per Tederic Merger ;

 

 
Bourgeais, Cubzaguais, Fronsadais Pays gabaye

Salignac

Peychey

en graphie alibertine :

(lo) Peishèir
Prononcer "(lou) Peÿcheÿ". (lo) Pèisher Prononcer "(lou) Pèishe". Des (...)

péisher / paître

peisheder : pacage, pâturage


 

 
Bourgeais, Cubzaguais, Fronsadais Pays gabaye

Salignac

Les Nauves

en graphie alibertine :

(la) Nauva
Prononcer "Nàwbe", "Nàwbo", "Nawe"... ?

nausa, nauda, nauva / lieu inondable

Prononcer "nàwze", "nàwzo"...

Tresor dóu Felibrige :
Multidiccionari francés-occitan

NAUDO, NAUSO NAUVO (L), (périg.), (rom. b. lat. nausa, lat. nautea, eau croupie), s. f. Noue, mare d’eau, lagune, dépression au sol, prairie aquatique, terre exposée à être couverte d’eaux stagnantes, en Gascogne et Querci


 

 
Bourgeais, Cubzaguais, Fronsadais Pays gabaye

Salignac

Le Cluzet

en graphie alibertine :

(lo) Clusèth, Clusèu
Prononcer "(lou) Cluzèt".

clusèth, clusèu / grotte ou vallée resserrée

En occitan central : clusèl
En fait, "clusèu" semble très périphérique par rapport au domaine gascon, et doit sa place dans ce lexique gascon à la nécessité d’expliquer quelques noms de châteaux du Bordelais, vers Libourne et St-Emilion, donc justement aux confins de la grande Gascogne.

Mise à jour 2020 :
La poursuite du travail sur la toponymie nord-gasconne fait apparaitre des Cluset... qui semblent attester la forme clusèth, pendant gascon logique du languedocien clusèl.

Tresor dóu Felibrige :
Multidiccionari francés-occitan

CLUSÈU (rom. clusel, cluzel, b. lat. clusellum),s. m. Grotte à découvert, en Périgord, v. cauno, ràfi ; Le Cluseau, Le Clusel, nom de lieu fréquent dans la Dordogne.

clusèu serait la forme nord-occitane (limousine) correspondante, et pourrait avoir pénétré les confins nord de la Gascogne bordelaise.


 

 
Bourgeais, Cubzaguais, Fronsadais Pays gabaye

Salignac

Fombardeau

en graphie alibertine :

Lahont + La Hont + Era Hont

hont / fontaine, source

hontan ou hondan seraient d’autres formes, féminines aussi, de ce mot.

MP3 - 63.8 ko
Cau pas diser de nada hont "n’aurei pas besonh de çò de ton" !
Il ne faut dire de nulle fontaine "je n’aurai pas besoin de ce qui est tien" !

IGN : le Fond Bardeau


 

 
Bourgeais, Cubzaguais, Fronsadais Pays gabaye

Salignac

La Garène

en graphie alibertine :

La Garena
Prononcer "La Garéne", "La Garéno"...

garena / garenne

Prononcer "garéne", "garéno"...
L’origine de ce mot, probablement importé en Gascogne il y a longtemps, et présent dans la toponymie surtout en périphérie gasconne, est controversée.
Multidiccionari francés-occitan

Mistral semble avoir hésité entre le sens français de forêt réservée (et peut-être dédiée à la chasse) et un sens lié à une racine gar qui serait en rapport avec le chêne et qu’on retrouverait dans garrigue.
Palay donne le sens de chênaie.