Lòcs (toponymie, paysage...) de Estigarde

Gabardan Marsan Landes de Gascogne

Estigarde

Hillet
Hilhet / Hillét

en graphie alibertine :

(lo) Hilhet
Prononcer "(lou) Hilyét" en faisant entendre le t final.

hilh / fils

hilhòu (prononcer "hiyow") : filleul


Prononcer le t final.
J’ai parlé longtemps avec le mèste, que je remercie pour son accueil, et dont c’est la maison natale, et du coup le soleil n’éclairait plus l’emban. Mais je regrette pas...
Elle a été "la maison du meunier".

Le nom est manifestement hilh + suffixe -et. Fils cadet ? terminaison affectueuse ?

prepausat per Tederic Merger ;

 

 
Gabardan Marsan Landes de Gascogne

Estigarde

Maison à emban


Mais cet emban est orienté nord-nord-est face à la route. emban = auvent
Il y en a un autre derrière, donc orienté sud, qui sera peut-être plutôt l’emban à vivre.
La logique de cette maison se comprendrait mieux en en faisant le tour, et en parlant avec son bâtisseur !

prepausat per Tederic Merger ;

 

 
Gabardan Marsan Landes de Gascogne

Estigarde

Gabardane mutante


Le bleu utilisé pour le rez-de-chaussée de l’emban est inhabituel. Probablement une référence au Portugal.

prepausat per Tederic Merger ;

 

 
Gabardan Marsan Landes de Gascogne

Estigarde

Maison à colombage
Maison de colanar / Maÿsoun de coulanà


Cette maison est au bourg moderne d’Estigarde, entre Pouton et Marchand.
Avec son toit à quatre pentes, elle ne suit pas le modèle basilical du type vascon, mais elle s’en rapproche par ses ajouts latéraux sans rupture de toit.

prepausat per Tederic Merger ;

 

 
Gabardan Marsan Landes de Gascogne

Estigarde

Néo-gabardane au Peyré
au Peirèr

en graphie alibertine :

(le/lo) Peirèr
Prononcer "(lé/lou) Peÿrè".

pèira / pierre

Apparait généralement sous la forme "peyre" dans les noms propres.
dérivés :
peirós (pierreux), peirèra ou peirèira (carrière*)
peiruisha : résidu de pierres [G. Balloux]
peirèr (prononcer "peÿrè") ou peirèir : tailleur de pierre

* "carrèra" ne veut pas dire "carrière", mais "rue".


Encore une maison qui a dû être construite après la construction de la grand route, mais dans un quartier déjà nommé "Peyre" ou "Peyré".
Les vieilles cartes indiquent "Peyre" mais je penche pour "Le Peyré". A creuser ; ça peut être aussi un nom de personne.

prepausat per Tederic Merger ;

 

 
Gabardan Marsan Landes de Gascogne

Estigarde

Grande néo-gasconne


Elle est presque emblématique de la façade d’Estigarde sur la grand route.

prepausat per Tederic Merger ;

 

 
Gabardan Marsan Landes de Gascogne

Estigarde

Périnon

en graphie alibertine :

(lo) Perinon
Prononcer "(lou) Périnou(ng)".

Perin Peria / Périn / Périe / Perrine

Prononcer le féminin entre "Périe" et "Pério", le masculin entre "Péri" et "Péring". Pèira Pèir, Pèr


 

 
Gabardan Marsan Landes de Gascogne

Estigarde

Monturon

en graphie alibertine :

Monturon
Prononcer "Mounturoun".

mont / mont

Prononcer "moun", avec un "n" final qui se prononce diversement à travers la Gascogne.

turon / tertre, élévation du terrain

Prononcer entre "turou" et "turoung".
Plutôt pyrénéen.

Certaines voix nord-gasconnes voient dans "turon" le sens de fontaine. Homonymie ?


 

 
Gabardan Marsan Landes de Gascogne

Estigarde

Traqué

en graphie alibertine :

(lo) Traquèr
Prononcer "(lou) Traquè". Pourquoi nommer un lieu "le Gourdin" ou "le Gros (...)

traquèr / gourdin, (gros) bâton


 

 
Gabardan Marsan Landes de Gascogne

Estigarde

Pouyblanc

en graphie alibertine :

(lo) Poi blanc, Pui blanc, Pei blanc

pei, poei, poi, pui / colline, hauteur

Prononcer " puï ".

Ce mot, sous ses nombreuses variantes, est une source inépuisable de noms propres, dans tout le domaine occitano-catalan.

variantes : poi (prononcer " pouï "), puèi, poèi, pèi (très fréquent en Bordelais et Médoc dans les noms de lieux, sous la forme "pey"), pèch (variante orthographique de "pèi").
"puch" semble être de la même famille, probablement une variante orthographique de "pui".
Signalons enfin puèg (languedocien) et puig (catalan), qui se prononcent plutôt "puech" et "poutch"...

Tout cela vient du latin "podium" (hauteur).
Dérivés :
pojòu, pujòu, qu’on retrouve sous les formes francisées "Poujeau" ou "Puyôo" et en languedocien sous les formes "poujol" et "pujol"
Berganton (p. 119) parle d’une "interchangeabilité" entre "puyau, puyèu, puyò" (pujau, pujèu, pujòu).
pojada (montée -fr. "poujade", "pouyade")

blanc / blanc

blanca (prononcer "blanque", "blanco"...) : blanche

blanquir (prononcer "blanqui") : blanchir