Notre région, c’est la Gascogne !

 
 

Marsan

Landes de Gascogne

Retjons

Lugaut / Lugaut / Lugawt

En "normalizat" :

Lugaut
Prononcer "Lugàwt". Luc haut ?

luc / forêt

Et plus exactement bois sacré.
Vient du latin "lucus" (bois, forêt). Présent dans de nombreux noms de lieu gascons (Lucmau par exemple), mais le mot semble avoir disparu de l’usage depuis longtemps, peut-être en même temps que les croyances qui lui étaient associées.
J. Tosti signale une forme féminine de "luc" : luque (luca en normalizat)

border=0

Encore un clocher-mur ! Ils se ressemblent tous, et assurent l’unité de la lande et des coteaux : pareilles églises pourraient se trouver insensiblement dans les "Landes" ou le "Gers".

L’on reconnaît le terme initial luc "forêt", mais la seconde partie, faute d’attestations anciennes en ma possession, est plus mystérieuse. Tout simplement aut "haut", directement du latin alt(um), sans passage par une forme romane influencée par le germanique (introduction d’un h- aspiré initial) ? Mais qu’est-ce qu’une "forêt haute" ?

prepausat per Vincent P.



Grans de sau

  • - Dans mon expérience (dans les Pyrénées) le "h" soufflé sur ce mot ’haut’ n’est pas si net ni systématique : fort dans la-Hawt (là-haut) mais absent dans keros awdus (ces hauteurs) et faible dans trop hawt (trop haut). Alors Lük (h)awt —> Lügawt (haut-bois), bien possible. Est-il en hauteur ce lieu ?

    - En voyant cette fin en -aut -awt, je pense à luc aub le "bois blanc", prononcé Lük awp —> lügawp —> lügawt. Parce que c’est pile la variation de prononciation d’un nom de famille que je connais en -aup/-aut.

  • La fin en -aut -awt s’explique bien par -aub (blanc) pour les lòcs Réaut (Canenx et Réaut) et Réaup (Réaup-Lisse)*.
    Donc cette piste me parait possible pour "Lugaut".

    *Pour ce dernier, le "p" de la forme écrite officielle est bien le "b" prononcé à la gasconne, mais la transformation en "t" était déjà faite dans la prononciation des locuteurs que j’ai entendus.

  • Les clocher-murs se ressemblent tous ? Oui et non... Peut-être que la zone "Landes-Gers" en abrite un type particulier.
    Wikipedia ne mentionne pas explicitement la Gascogne, quant aux clochers murs, mais parle du "Midi toulousain" ; mais les exemples qui sont donnés sont des bâtisses plus imposantes que les petites églises de campagne que Gasconha.com a diffusées ces dernier temps.
    Wikipedia dit aussi qu’« Il existait en Picardie une tradition de campenards (clocher-mur). » Des campenards... le mot ressemble à notre campanar !

  • Cela ne pourrait-il pas avoir un rapport avec le mot "astre" "lugà,lugrà" ? astre haut, ou lueur haute, ou haute clarté.....?

  • je pense que -aut peut être une hypercorrection de -au, du latin -ale (ou -alis ?) et que lugau signifierait par conséquent ’’lieu boisé’’. Qui dit église dit habitat ancien donc le nom peut venir de la strate latine.

  • Entà jou, qu’es "Luc Aut". Que sàbem (véder lou dicciounari de Palay) que "haut" qu’èra prounounciat "aut" bèth tèms a. Lou "h" n’i èra pas, dounc. Coum en "alto", etc...
    Belèu aqueth bosc qu’èra sus un tuc, o quauquarré atau. Be diu estar açò, un "luc aut".


Un gran de sau ?

modération a priori

Contributions et grans de sau sont soumis à validation des webmèstes.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document