Notre région, c’est la Gascogne !


 
Navèth nom !

 

Grande Lande / Lanegran

Pays negue

Landes de Gascogne

Lüe

Maison de Grué / Ostau de Gruèr / Oustaou de Gruè

En "normalizat" :

Gruèr

gruèr / affiloir, arêtier de toit

En toponymie gasconne, on trouve des noms (le) Gruè et (la) Gruère.
Il doit donc y avoir un mot gruèr au masculin et sa forme féminine gruèra. Il y a peut-être des homonymes.
Multidiccionari francés-occitan

Palay :
- gruè sm. Arétier de charrette (Gers).
- gruè, gruét (G.) sm. Affiloir, affileur. N. de p. V. ahieloû.
- gruè,-sè,-soè,-re s. Grenaille, menus grains, fines parcelles. V. griualhe.

Tresor dóu Felibrige :
GRUÈ(g.), S. m. Affiloir, pierre à aiguiser, grès ; arêtier d’un toit, chevron d’arête, v. calaman ; enfaîteau, tuilée
Tèule grudiè, tuile faîtière

Lo 1/01/2015.
Ua de les duas darrèiras vasconas de Lua.

JPEG - 460.1 ko
Ostau de Gruèr. Fin deu sègle XIXau
Arnaudin
JPEG - 159.1 ko
JPEG - 207.5 ko
JPEG - 197.3 ko
JPEG - 144.5 ko
prepausat per Halip Lartiga



Grans de sau

  • Si vous voulez voir cette maison photographiée par Arnaudin, il faut aller sur le site du musée d’Aquitaine et taper "maison et borde Grué", n° d’inventaire 66 27 232. A moins que Tederic mette en ligne celle qu j’ai envoyée.

  • Benlèu que caleré diser "Ostau deu Gruèr" ? que vòu diser "gruèr" ?
    En parlar de las "duas darrèiras vasconas de Lua"... damb "L’Auberge Landaise" que pòdetz véder a costat, e son tres, non ?

  • Les droits d’auteur s’éteignent 70 ans après la mort de l’auteur.

    Arnaudin est mort en 1921. Son œuvre, dont les photographies, est tombée dans le domaine public en 1991.

    Nous avons donc tous les droits de reproduction et de publication et nous devons en abuser.

  • Gruer,ostau mès qu’a mieitat arroinat adara …quina pietat ! Se sap qui’n es lo meste adara (vergonhos benlèu d’aver deixat cader lo ben ) ? E la comuna non gauseré pas prener quauqua iniciativa entà lo sauvar ?
    Aqueras fòtòs qu’em bremban lo temps passat on los quartiers de Lua e d’autes vilatges lanusquets n’eran pas desfigurats com adara : Gruer, Hidèu (lo lòc,credi on un aulhèr tuèt lo « maixant senhor de Lua « (un Pic de Blais) , lo Petit Ligautens tan misterios, Porteteni, Gualhard susquetot on passèi tant e tant d’estius quan eri gojatòt , un lòc austère - que diserem « monsòrre » se lo mot e’s podeva emplegar quan parlam de lòcs - , mes autentic on lo mager plaser qu’era de passar longas òras de nuèit a mirar las estelas d’agost , ajaçats sus cadeiras longas a l’airiau ombrejat de cassos centenaris . Gualhard que non podòi pas reconeixer vint ans après quan estatjants secondaris o retirats o hòrevienguts de tot escantilh avèn guaireben transformat l’endret en zòna de pavilhons de banlega com s’en tròba pertot en França .
    Desencusatz la nòstalgia,qui n’es pas en lo mon registre abituau !

  • Grué : patronyme landais.
    Signification :
    - (a)grèu "houx" > (a)greuèr "houssaie" > (a)gruuèr (cf. Lagruère -47)
    - signifie aussi "petits morceaux, petits grains"
    - qqch en rapport avec les cailloux ??

    N’èi pas lo dicò de la Lana Grand devath la man :(

  • Chez S.Palay on trouve ceci :
    "gruè,gruet" (G) ; sm.-affiloir, affileur.N.de p. V.ahieloû.

    et à "ahieloû" ; sm. -Affûteur. C. ahialoû.

    Je suis peut-être hors sujet mais cela pourrait être "la maison de l’affûteur".....?

  • En-hardit peus arguments juridics de Vincent :

    JPEG - 460.1 ko
    Ostau de Gruèr. Fin deu sègle XIXau
    Arnaudin
  • Gaby, ne creses pas que lo "l" "jos-jasent" dens "agreu" e torna totjorn dens los derivats, coma dens "agreular"...?
    agreu

  • Òc, d’acòrd. M’avèva pertant semblat que BBF avèva interpretat entau "Lagruère". Donc pòdem concluser que "Grué" vòu diser benlèu "affûteur" , mès fadré véser d’abòrd dens lo dicò d’Arnaudin. Qui l’a ?
    @ Joan-Pèir : plutôt la maison des Grué que la maison de l’affûteur.

  • Celle-ci est clairement en ruine. Que faire ?

    Il faudrait savoir dans un premier temps si elle appartient à quelqu’un. Très probablement qu’il y a des héritiers, quelque part à Bordeaux ou Paris. La mairie le sait probablement.

    A mon sens, ce serait son rôle de se mettre en lien avec les propriétaires et de racheter le bien, pour mettre en branle une opération de sauvegarde de la maison (la formule juridique, c’est à la mairie de faire preuve d’inventivité).

    Ce projet pourrait introduire une dynamique identitaire positive à Lue, malheureusement en proie à la pavillonite, pour faire prendre conscience aux derniers autochtones acculturés et aux nouveaux venus de la beauté des formes architecturales landaises.

    On rêve : la population de Lue se réveille identitairement, elle regarde à nouveau ce qu’elle a été, ou à tout le moins, ce que furent ces lieux, hop, on fait un PLU restrictif, hop, on construit à nouveau des néo-landaises, ... Les communes voisines du Born jalousent les initiatives de Lue et embraient également. Tout ça favorise le tourisme, culturel, au-delà du tout-Océan.

    Ce n’est pas autrement qu’au Pays Basque français, dans des micro-pays assez touchés par l’acculturation comme la Soule ou le Mixe, les oripeaux basques sont revenus sur le devant de la scène : telle commune qui a mis un ikurriña en façade de la mairie, telle autre qui a restauré son église avec un bel enduit à la chaux blanche.

  • C’est exactement dans ce sens que j’ai envoyé hier un courriel à la mairie de Lue.On verra bien la réponse ;plusieurs courriels seraient plus efficaces qu’un seul,bien sûr(mairiedelue@wanadoo.fr).
    Je compte sensibiliser aussi Maisons Paysannes de France (qui risquent de me répondre que les éventuels restaurateurs de la maison pourront concourrir à un des 6 prix qu’ils distribuent annuellement ...).

  • Que’m hesi lo messatgèr de Halip :
    « Que vei totun le fòto de lua que hèi pleitejar.
    Que cau totun qu’àgitz irèia de çò qu’es. Le meitat de le maison qu’es tot desbartenida e çò dond sobra que se’n va a tròç i a trenas. Tot qu’es poirit e, tà jo, n’i a pas arré a har. »

    JPEG - 159.1 ko
    JPEG - 207.5 ko
    JPEG - 197.3 ko
    JPEG - 144.5 ko
  • La révélation de ces dernières photos semble avoir glacé tout le monde et aucun de nous n’a réagi... La première photo,hélas, cachait un peu l’étendue du désastre.
    Reste qu’il ne faudrait pas relâcher la pression (tiens au fait, la mairie de Lue ne m’a pas répondu à ce jour, et à vous ?). Sinon ladite mairie pourrait bien se dire qu’une destruction en bonne et due forme (une ruine, ça devient dangereux pour les promeneurs, non ?) résoudrait le problème et évacuerait des questions éventuelles à venir ...
    Voir le fil sur La Parguère que je viens de retrouver en lisant (relisant) le fil de discussion sur la Lande remis en première ligne par Tédéric...

  • Y a-t-il du neuf*,un an et demi après ?

    *se’s pòt diser atau en beth parlar d’un ostau arroinat ...


Un gran de sau ?

modération a priori

Contributions et grans de sau sont soumis à validation des webmèstes.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document

Bastisses