Notre région, c’est la Gascogne !


Albret néracais

Armagnac

Gascogne médiane

Poudenas

Le

Le Cousseau / Lo Cossòu / Lou Coussòw

En "normalizat" :

Cossòu

còs / tertre, côteau, monticule

Palay : cos (l), còu sm. – Coteau, monticule. V. coste, coustalàt. N. de p. Ducos

Le nom Cossium est une latinisation de l’aquitanique *koiz, gascon coç, cos ’tertre’, basque goiz ’en hauteur’
https://fr.wikipedia.org/wiki/Vasates

Ce même "cos" semble dépasser le domaine gascon puisqu’on le trouve au nord de Montauban : L’Honor-de-Cos, Cos, Piquecos...
« Le terme " Cos" signifie hauteur ou colline dominant l’Aveyron. »
https://fr.wikipedia.org/wiki/L’Honor-de-Cos

On trouve aussi des "Le Cosse" (Mourens, Mongauzy, Moissac) qui pourraient être des "Le Cos".

Une hypothèse : que les nombreux "Cousso" ou "Cousseau" gascons dérivent de "cos", comme les "Poujo, Pouyo..." dérivent de "pouy" et les "Tuco" (Tucòu) dérivent de tuc.
Attention : en Bordelais, il pourrait y avoir des "Cousseau" originaires d’oïl.
En fait, ce sont surtout les "Cousso" qui semblent franchement gascons.

Un homonyme : còs = français corps

Lo Cossòu

còs / tertre, côteau, monticule

Palay : cos (l), còu sm. – Coteau, monticule. V. coste, coustalàt. N. de p. Ducos

Le nom Cossium est une latinisation de l’aquitanique *koiz, gascon coç, cos ’tertre’, basque goiz ’en hauteur’
https://fr.wikipedia.org/wiki/Vasates

Ce même "cos" semble dépasser le domaine gascon puisqu’on le trouve au nord de Montauban : L’Honor-de-Cos, Cos, Piquecos...
« Le terme " Cos" signifie hauteur ou colline dominant l’Aveyron. »
https://fr.wikipedia.org/wiki/L’Honor-de-Cos

On trouve aussi des "Le Cosse" (Mourens, Mongauzy, Moissac) qui pourraient être des "Le Cos".

Une hypothèse : que les nombreux "Cousso" ou "Cousseau" gascons dérivent de "cos", comme les "Poujo, Pouyo..." dérivent de "pouy" et les "Tuco" (Tucòu) dérivent de tuc.
Attention : en Bordelais, il pourrait y avoir des "Cousseau" originaires d’oïl.
En fait, ce sont surtout les "Cousso" qui semblent franchement gascons.

Un homonyme : còs = français corps

L’état actuel cadre peut-être mal avec l’idée de "consolation" que j’avais envisagée pour "Cossòu" :-)
Curieusement, à côté de ce "Cousseau", il y a un "Coussoulet" dont la bâtisse est bien plus ample, alors que le nom, lui, est manifestement un diminutif, peut-être affectueux.

JPEG - 31.3 ko
Poudenas - Pancarte Coussoulet, Le Cousseau, Pellegrain
Coussoulet = le petit Cousseau
Pellegrain : plutôt Pélegrin (pélerin) !
Tederic M.
prepausat per Tederic M.



Grans de sau

  • Hens los "fòrs de Biarn" (L. Batcave Ortés) balha l’explic de Cossou (o Coussou) : jurat, oficièr municipau, membre de la Jurada, notable : "Cade Biarnès poudè bade yurat, cossou, membre dou counselh de la parropi (Jurade) ; labets qu’ou calé esta yutye, da lou dret aus dou bilatye".
    Qu’èra donc un notable de l’Atge Mejan, (dens aquesta tempora qu’èra a l’encòp maire, jutge, oficièr de policia...).
    Quina ligason dab l’ostau dont es question ? Solide la maison n’es pas pro vielha per estar la d’un jurat, d’un còsso. Mès benlhèu aquera maison s’es poduda bastir sus ua auta maison mei anciana, o représ lo nom deu "quartier" ? Tot aquò sonque ipotèsis.
    Lo "Cossou/coussou" deu Batcave, que’s diurè escriver en alibertin : Còsso.

  • Adiu Lo Pèir !
    N’arrehusi pas l’idea qu’aqueste lòc e sia suu lòc ancian d’ua auta maison "deu Còsso".
    Çò qui m’estona en generau damb tots aquestes noms Cousseau, Cousso, Ducousso... es que ne sian pas estats transcrits en francés Cossou, Ducossou...
    Ua inversion qu’es totjorn possible, mès que sia tant sistematica...

  • On peut s’interroger sur la permanence de cette orthographe Cousseau. A noter que cette orthographe est due au français aussi bien pour les patronymes que pour les toponymes. Mais qu’en gascon, il semblerait que à l’origine du mot il y ait le mot consòu (fr. consul), ce que Batcave a noté ( et les fors de Bearn) : cossou o coussou. Selon l’endroit la diphtongaison "òu" est atténuée et réduite a "ou". Par ailleurs il faut noter que le français répugne à cette diphtongaison. Pour ces deux raisons la transcription en français a pu réduire consòu à cousseau. Un peu tiré par les cheveux ?....

  • En Nébouzan et haut Comminges, le cousso, c’était le consul.

    Il était désigné en principe par le seigneur. En réalité la communauté tenait un rôle strict pour son élection et le seigneur se conformait à la chronologie qui lui était soumise.
    La durée de l’exercice était d’un an (en attendant la prochaine nomination).
    Le subdélégué de l’Intendant écrit à un nouvel héritier qui veut passer outre (c’était à Valentine) : "si vous vous risquez dans semblable aventure, je crains une émeute".

  • Une autre idée :
    un dérivé de còs*, avec le suffixe gascon -òu, de même que tuc, qui a justement le même sens que còs, dérive en tucòu.còs

  • Non, ne’m pensi pas, entà jo qu’es còsso (consul, jurat...). E s’aqueth tèmps es pro lunhèc, que s’a podut sauvar lo nòm capvath los atges, n’es pas briga impossible, qu’ac védem en los shafres de mèisons o en le toponimia.

    Quauquarré qu’es sovent e mèma quasi tostèm botat de parts quèn cau interpretar un toponime o un sobriquet d’ostau, qu’es l’ironia. Qüan de nòms com "rei", "prince" o "l’abesque" en le toponimia ? Que hèn partir bèths uns sus interpretacions fantasistas quèn ne son pas sonque mercas de trufandisas. Un tau que’s prenè per un mossur, qu’èra hòrt sus eth, que’u hadèn "lo prince" o lo "rei" entà arríder d’eth. Un aut que’s prenè per un sant, "l’abesque". Un tau que volè mandar tot lo monde, qu’èra "lo còsso".

    Aqueth shafre de "còsso" que pòt tabe estar ironic, n’ic cau pas desbrombar.

  • Adixatz

    Lou mê vesî, e la case soue, que s’apèren Caussou. Coùssou e pot esta ue variacioû de caùssou ? û au vadut ou qu’ey courrent (depausa, depousa, aunou, ounou...). Caùssou que hè pensa à caus, souche en francés, ou causse de la familhe de caussade...
    Autescops lous noums de las maysoûs que hasèn referénci à las particularitats geougrafics ou à las de la vegetacioû.
    Permou d’aquo e de la prounounciacioû còssou (e noû pas coùssou), consul, que-m pareix drin estranh.

  • Puslèu que non pas "còsso", seré "cossòu", non ?

  • Probable Gaby. Qu’escrivi "còsso" percè qu’es atau que l’èi entinut manàver capvath les mias arrecèrcas en Bigòrra, Comenge e Coseran. Qu’i pòt aver un cambiement d’accènt.

  • cossòu / coussòu que va plâ dab l’idée d’û caussòu vadut coussòu/cossòu permou que l’accent tonic n’ey pas sus lou au.
    Après ço qui vòu dìse...

  • Lo passatge de "còsso" a "cossòu" ne’m pareish pas normau. Tròp diferent per l’accent tonic e la prononciacion !

    Je trouve ceci par Google livres, sans accéder au contexte :
    Nouvelle revue d’onomastique - Numéros 21 à 24 - Page 226
    https://books.google.fr/books?id=ojpcAAAAMAAJ
    1993 - ‎Extraits - ‎Autres éditions
    ... Mengelatte doivent quitter la famille de Domenge pour rejoindre Menvielle < MEDIANA VILLA. - La phonétique (accent tonique) doit faire écarter tout rapprochement entre Cossou [kôsu] < CONSULE(M) et Cousso [kuso], qui est autre chose.


Un gran de sau ?

modération a priori

Contributions et grans de sau sont soumis à validation des webmèstes.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document