Notre région, c’est la Gascogne !


 
Navèth nom !

 

Languedoc voisin

Baulou

Pey Thomas / Pèir Tomàs / Peÿ Toumas

En "normalizat" :

Pèir Tomàs
Prononcer "Peÿ Toumas"

Pèir Pèira / Peÿ / Pierre

Prenom Pèir/Peÿ

Pèir Berland defenot la libertat de Bordèu !

Dérivés :

Dérivés ou variantes [Alis-Aiguillon] : Peyre Peyroton Peychot

Futurs parents amoureux de Bordeaux et de sa région, vous souhaitez que votre fils s’attache lui aussi à ce pays et défende ses couleurs...
Appelez-le Pey ou Pèir* !
C’est "Pierre" en gascon de la région de Bordeaux.
C’est le prénom de Pey Berland, homme d’Etat, homme du peuple, homme de coeur et homme de religion, qui a défendu la liberté de Bordeaux contre le roi de France.

*"Pèir" est la graphie occitane normalisée de "Pey".
Il s’agit d’un seul et unique prénom qui se prononce " Pèÿ ".

La forme "Pey" est plus connue, et attestée officiellement. Vous n’aurez aucune difficulté à la faire enregistrer par l’Etat Civil : sinon, il devrait suffire d’invoquer Pey Berland et les multiples "Saint Pey" de la région...

La forme graphique Pèir, plus moderne et audacieuse, est moins évidente à prononcer pour la majorité des gens.
Il vous faudra donc faire, si vous la choisissez, l’effort pédagogique pour qu’ils ne prononcent pas "Pèrr"...

Pèir est la version nord-gasconne (en gros, département de la Gironde nord du département des Landes) de "Pèr" (ne pas prononcer le "r") qu’on trouve dans le reste de la Gascogne (voir les multiples "Saint Pé...").

A noter pour finir : le gascon permet une forme féminine différente du masculin, "Pèira", à prononcer entre "Pèïre" et "Pèïro". Profitons-en ?-)

Tomàs prenom mascle / Thomas

Prononcer "Toumàs".

border=0

(à Baulou, Pays de Foix)
Jolies vaches gasconnes au premier plan. On ne le voit pas mais la partie en avant du bâtiment est à colombages et d’allure gasconne du coup.

prepausat per Vincent.P



Grans de sau

  • Au passage, Baulou est bien en Pays de Foix, plus en Séronais qui commence à Cadarcet.

    La toponymie de Baulou est bien fuxéo-languedocienne : suffixe -ièr (Banlaurière, Carbonnière, ...), pas de vocalisation de l (Cap del Bosc, Carol, La Boulbène, ...), ll final latin devient l (Le Castel), n final est éliminé (Cemy, Marcou, Minjou, ...).

    Cependant, en conformité avec les caractéristiques de l’ibéro-languedocien, le son "ish" est connu : Lechart, Les Echartades, ...
    Et puis on trouve des formes étranges avec le suffixe -èr qui peut laisser songer à un recul de formes aujourd’hui proprement gasconnes : Le Soulé, Camp Darré, ...


Un gran de sau ?

modération a priori

Contributions et grans de sau sont soumis à validation des webmèstes.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document