Notre région, c’est la Gascogne !

 
 

Bazadais

Langon

La Bidanne / la Bidana

En "normalizat" :

La Bidana
Prononcer "La Bidane".

bidana, bisana / borne

Voir les explications de ce mot ancien sur le lòc La Bidanne.

border=0

Nom de l’hippodrome de Langon.
L’image est celle d’une maison en construction proche de l’hippodrome.

Explication de "bidanne" :
bidana, parmi quelques variantes (bridana...), signifiait "borne" ; « bidaneyar : marquer par des bornes »
https://apps.atilf.fr/lecteurFEW/index.php/page/lire/e/41806
ou
Recueil des actes de l’Académie nationale des sciences, belles-lettres et arts de Bordeaux
« Et d’aquera bridana entro a la bridana qui es au guarrau devert Ferron. »
https://archive.org/stream/provenzalischess04levyuoft/provenzalischess04levyuoft_djvu.txt
bridane sf. – Borne (Médoc). Palay (version provisoire) http://www.locongres.org/fr/applications/dicodoc-fr/dicodoc-recherche




Grans de sau

  • Rapin a proposé comme source "la Bidauna", formé sur le nom "Vidau"

  • Dans le cas d’un féminin de Vidau, on aurait plutôt ’’la Bidale’’.

  • Il existe le château de Bidane sur la commune de Vérignon dans le Var...

  • La signification ’’borne’’ est confirmée par les toponymes Peyrebidane (Léogeats) et Peyrebizanne (Bieujac) !

  • Et aussi Peyrebidane (Pujols/Ciron) et la Bisane (St Pierre de Mons). Ce [d] transformé en [z] est amusant, comme cela semble être le cas des patronymes Buzos (< Budos) et Labrèze (< La Brède) originaires de la même région.

  • Il faudrait chercher si bidana/bisana existe sous ces formes hors des environs de Langon. On trouve ’’les Bidanes’’ à St Savin (33).

    Au niveau géographique :
    - Peyrebidane (Léogeats) se trouve à la limite Léogeats/Noaillan/Balizac.
    - la Bisane (St Pey) se trouve sur une route à la limite St Pey/St Pardon.
    - la Bidanne (Langon) se trouve à la limite Langon/Coimères/Mazères.

    (Pour Peyrebidane (Pujols) et Peyrebizanne (Bieujac), ils ne sont pas sur Géoportail et un bug sur le site des Archives départementales de la Gironde m’empêche de voir le cadastre)

    Etymologie : si l’on n’avait que bidana/bisana, on pourrait supposer :
    bita (var. de hita) > bidana. Le problème est qu’on a bridana/blidana. Mais peut-être que ces derniers sont issus secondairement de bidana, car l’insertion d’un r/l non étymologique existe en gascon.

  • Autres attestations glanées sur le site des Archives départementales de la Gironde et qui confirment ce sens :

    - ’’sicut est disterminata per bidzanas’’ (Grand Cartulaire de La Sauve-Majeure, XIIe s.) (où l’on voit l’hésitation b/z !)
    - ’’des bydannes en hors vers la motta’’ (1270)
    - ’’ou a une vidana qui despart les seigneuries de Benauges et s’en va a une dougue ou foussé’’ (1483)

  • J’ai vu ceci dans le FEW à l’entrée fictus :

    ’’bearn. peyre fitane ’’borne’’ Laur 1704. ’’ Ce que je supposais sur l’étymologie se confirme.


    A Croignon, bizarrement, LA VIDANE ne se trouve pas sur une limite paroissiale mais sur un tarrey (colline) au milieu de la paroisse.

    Quant à BLIDANE, toponyme en Duraquois, j’ai déjà dû le mentionner, mais bon, je le remets ici : il correspond précisément à la limite entre Savignac (en Agenais) et Esclottes (en Bazadais) !

    Et comme le site des archives ne bugue plus, voici où se trouvent :
    - PEYREBIDANE (Pujols/Ciron) : à la limite Pujols/Illats/Barsac... c’est-à-dire au milieu de l’autoroute ! Correspond au BOIS DE PEYRE BIDANE qui est sur la commune d’Illats.
    - PEYREBIZANNE (Bieujac) : à la limite Bieujac/St Pardon sur la petite route allant de Dubourg au lac de Seguin.

  • Nous aurions donc un exemple archi-rare de passage du f- initial latin vers b- et non h-, qui est la transformation gasconne classique, contrairement au basque qui a b-. Cela me semble très improbable, et pourtant, tout semble coller.

    • On peut aussi faire l’hypothèse de l’attraction de mots venant de deux racines distinctes mais qui s’approchent sémantiquement et phoniquement. Ici on pourrait imaginer deux scénarios de ce genre :
      1) pèira hitana (adjectif formé sur hita) devient pèira bidana sous l’effet d’un mot bidana ou blidana qui ne serait pas de la famille de hita
      2) pèira hitana serait une déformation de pèira bidana sous l’attraction de hita

  • Attestation dans la monographie sur Landiras (XVIIe s) :

    ’’comprenant le Mayne et héritage appellé de Troupins jusqu’à une vidanne qui est posée dans le tuco’’

  • Notons que le Peyrebidane de Pujols/Illats/Barsac correspond à l’endroit où se rejoignaient 5 voies romaines, dont celle encore visible à Barsac !


Un gran de sau ?

modération a priori

Contributions et grans de sau sont soumis à validation des webmèstes.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document