Notre région, c’est la Gascogne !

 
 

Rive droite gasconne

Gascogne médiane

Tonneinquais

Varès

Le Roc de Chaban

border=0

On est près de Mèste Peyrou(x).
Derrière ce roc ou ce tuc c’est la Guyenne.
ORIGINE ET LIMITES DE LA LANGUE GASCONNE

D’ailleurs le nom "Chaban" ne sonne-t-il pas bien "nordique" déjà ? limousin plus que guyennais !
« Chaban : Surtout porté dans la Creuse et les Charentes, c’est sans doute une forme masculine de Chabane (= cabane) » nous dit Geneanet.
Mais la bastisse est vasconne !
Quant aux hangars au premier plan, je ne sais pas comment on les appelle. Un mot anglais pourquoi pas ?

prepausat per Tederic Merger



Grans de sau

  • Ce qui est certain est que "Chaban", le maire de Bordeaux, avait pris son pseudonyme de guerre en référence au château du Périgord du même nom, sur la commune de Saint-Léon-sur-Vézère (24), en Sarladais, mais la toponyme montre que nous sommes déjà en zone limousine, avec la palatisation de ca- initial en cha- : En Chamenon, Chanteloube, Longueroche, ... et son pendant ga- en ja- : Le Jarrissou, Les Jarthes, ...

  • Méfions-nous de ce que dit Geneanet. Ce site est loin d’être une référence absolue en matière d’étymologie et d’origine des patronymes.
    Chavan (chaban) est le nom du hibou en limousin.

  • Le ’’v’’ ne se prononce pas ’’b’’ en limousin.
    En limousin : ’’tsovon/chovan/chavan/tchavan’’
    En guyennais : ’’cobon’’

  • De mémoire j’ai un exemple, sur Généanet J.Tosti apparente Boudey à Boudet, ignorant la prononciation du -ey.

  • C’est exact, Gaby, le bétacisme, qui consiste à prononcer le "v" comme un "b", n’existe pas en limousin. Mais, par contre, il était pratiqué dans la région sarladaise, comme dans le restant de l’aire guyennaise. Donc, une prononciation tsaban/tsoban/shaban/shoban n’est pas du domaine de l’impossible aux abords de la langue limousine.

  • Oui mais en Sarladais on avait ch- et pas c-, me semble-t-il ?

  • Il faudrait avoir un Atlas linguistique sous les yeux pour être absolument certain des formes et variantes guyennaises en général, sarladaises en particulier, qui pouvaient fluctuer d’un village à l’autre et même d’un hameau à l’autre.


Un gran de sau ?

modération a priori

Contributions et grans de sau sont soumis à validation des webmèstes.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document