Notre région, c’est la Gascogne !

 
 

Albret néracais

Gascogne médiane

Vianne

Bourdineau / Bourdiunau / Bourdinàw

En "normalizat" :

(Eth / Lo) Bordiunau
Prononcer "(Eth / Lou) Bourdiwnàw"

bòrda / ferme, métairie

Ou grange.
Prononcer entre "bordo" et "borde" ;
Dérivés :
bordeta (prononcer "bourdette" ; petite bòrda), bordilèr (métayer),
bordiu (ferme ou métaierie) et ses dérivés bordilèr (métayer), bordilòt (diminutif de "bordiu")
bordau ("bourdaou" indiqué comme "grange-étable" (p.40) par "Quand l’Ariège changea de siècle", de Pierre Salies aux éditions Milan/Résonances (1982))
bordalat (hameau)
bordèra : regroupement de bòrdas ?

JPEG - 21 ko

nau / neuf

prononcer "naw"
neuve : nava (prononcer "nawe", "nabe", "nabo", "nawo"...) ou parfois nau comme le masculin
Les formes nèu et nèva existent aussi.
Le couple navèth/navèra correspond à nouveau/nouvelle ; variante pour les Landes, et peut-être aussi pour le Médoc et autres : « noèt, nouèt,-ère (L.) », donc novèth/novèra [Palay]

border=0

Mais pourquoi un nom aussi classique et emblématique que Bordiu Nau (Bourdiw Nàw) est-il aussi maltraité, à l’écrit comme à l’oral ?
Pour celui-ci à Vianne, on a même "Bourdieu-Naud" dans le cadastre napoléonien, hélas repris sur le plan actuellement exposé sur la façade de la Mairie !

Une réponse est peut-être l’incapacité du français à noter et à prononcer les diphtongues iu, au... si fréquentes en gascon.

prepausat per Tederic Merger



Grans de sau

  • Il y a aussi une tendance comme naturelle aux locuteurs de français, ou plus précisément à ceux qui l’écrivent (dont nous-mêmes !) de faire cadrer les choses en référence à des modèles.

    Le lieu-dit ou patronyme en -eau, c’est un grand classique du "monde" francophone, comme des oripeaux un peu aristocratiques. Je suis persuadé de l’influence de ce ressenti, y-compris phonétique, la diphtongue perçue comme vulgaire, une graphie -aou rejetée.

    • Ben oui, c’est ça.
      « la diphtongue perçue comme vulgaire »... Nous avons un combat esthétique à mener, pour inverser la hiérarchie : que ces diphtongues absentes du français (moderne) soient enfin chéries de notre public !
      Une voie de traverse : utiliser la vogue de l’anglais qui a certaines de ces diphtongues : il a au moins au dans how ; mais il n’a pas òu, iu, èu, eu, uu...
      Utiliser le w (bourdiw, naw...) me parait indiqué, et je le fais de plus en plus, bien que le w soit en principe étranger dans le monde latin (mais n’avons-nous pas "Wasconia", et un petit héritage goth ?) : c’est la seule façon que ce soit lu correctement par les jeunes. Pour naw, ils risquent cependant de lire "no" à l’anglaise, et c’est pour ça que j’écris nàw.


Un gran de sau ?

modération a priori

Contributions et grans de sau sont soumis à validation des webmèstes.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document