Notre région, c’est la Gascogne !


 
Navèth nom !

 

Gabardan

Marsan

Landes de Gascogne

Losse

Meinjon Baqué / Menjon Vaquèr / Mendjoun Baquè

En "normalizat" :

Vaquèr
Prononcer "Baquè".

vaca / vache

Prononcer "baque" ou "baco".
vaquèir (voir le nom "Baquey") ou vaquèr : vacher
vacada (prononcer "bacade") : troupeau de vaches landaises (on dit aussi élevage, ganaderia ou manade)*

*Merci aux Coursayres des Arrigans.

JPEG - 87.1 ko
Vaches / vacas / bacos au sud de Montréal d’Armagnac
Tederic M. - Junh 2016

Menjon
Prononcer entre "Ménjou" et "Ménjoung". Hypochoristique de Domenge.

Domenge Domenja / Dominique / Dominique

Pour Domenja, prononcer entre "Doumenje" et Doumenjo".
Pour Domenge, prononcer "Doumenjé", mais sans mettre l’accent tonique sur le "é" final.

"Domenge" est attesté vers 1600 à Ladaux (Entre-deux-Mers).
Evolution occitane du latin Dominicus.

L’occitan a l’avantage de distinguer le masculin du féminin.

border=0

Il s’agit évidemment d’une maison "vasconne", orientée de telle façon à éviter les vents d’ouest. Je n’ai pas pu aller prendre en photo la façade, ou plutôt je n’ai pas osé, alors qu’il est manifeste qu’il s’agit là de la partie qui nous intéresse évidemment le plus, avec l’emban et tutti quanti.

prepausat per Vincent P.



Grans de sau

  • Je m’arrête sur ce genre de noms de lieu qui semblent suivre un modèle prénom gascon + nom d’un métier d’autrefois (ici baqué/vaquèr = vacher).
    Pebayle serait aussi sur ce modèle (Pèr Baile).

    Je viens de me "promener" dans le FANTOIR et voici ma moisson de noms de lieu formés par un prénom + vaquèr (écrit BAQUE ou BAQUEY) :

    09007 Allières TREYTOUS ET PEYBAQUE
    32047 Berrac A PEBAQUE
    32119 Eauze BIDAUBAQUE
    32244 Maulichères A MENGEBAQUE
    32268 Monferran-Savès A ENPEBAQUE (doit être En Pebaqué)
    33076 Budos BERNARD BAQUEY
    33077 Cabanac-et-Villagrains CHAMPS DE GUILHEM BAQUEY
    33508 Savignac PEBAQUEY
    40229 Pontenx-les-Forges JEAN BAQUE
    40252 Sainte-Colombe JEANBAQUE
    47197 Nomdieu BERNARD BAQUE
    47238 Sainte-Colombe-en-Bruilhois PEBAQUE
    64315 Laroin LOT CLOS GUILHEMBAQUE
    64335 Lescar PEBAQUE
    65006 Ancizan SEN BIE DE PEBAQUE

    Comme toujours avec "pe", il peut y avoir des intrus qui n’ont pas le sens du prénom Pè(i)r. Mais je fais l’hypothèse qu’ils sont minoritaires.
    Ressortent ici d’autres prénoms classiques en Gascogne : Bidau, Bernard (Bernat en gascon), Guilhem, Jean.
    Menge pourrait être l’abrégé de Domenge, comme d’ailleurs le Meinjon du présent lòc.

    Ces noms attestent une société moins foisonnante que la nôtre, où les métiers comme les prénoms étaient en série limitée !

  • Je relève en plus des Pébaqué ou Pébaquey ci-dessus :
    Pébaqué à 40 Labastide d’Armagnac, Pébacqué à 64 Castetpugon,
    ainsi que Pouycrabé à 40 Estigarde, Pouybaquedis à 40 Lencouacq, Pouey Bacou à 65 Cauterets, qui sont à comparer aux Pech baquier, Pech crabier en zone Guyennaise. Tous ces lieux visibles sur
    www.geoportail.gouv.fr/donnees/carte-ign
    paraissent situés sur des collines, à l’exception de celui de Lescar.
    Peut-on penser que certains ne soient pas composés avec le prénom Pèir, mais comme une évolution particulière du latin podium lorsqu’il ne se trouve plus sur l’accent tonique, même si en gascon les formes normales sont pouy, pouey et au nord puch  ?
    Tout comme Roquefort se prononce « réquehòrt » ? et plus loin Rocamadour « récomadou ».

  • Adiu e bona annada Andriu !
    Les "Pouy" ou "Pouey" que tu signales sont bien sûr des collines.
    Les interférences entre les dérivés de podium et le prénom Pèir paraissent faciles surtout là où la colline est pei (pey) et le prénom Pèir, donc en nord-Gascogne.
    J’ai l’exemple de Pédaugé à Birac sur Trec (rive droite gasconne entre Marmande et Tonneins), que Cassini écrit "Pechdauge".

    Le premier de ma liste, PEYBAQUE dans le département de l’Ariège - je n’ai pas vérifié si c’est en zone gasconne, pourrait avoir podium et non le prénom Pèir, mais je ne sais pas les formes que peuvent prendre là-bas ces deux mots.

    Tiens, justement, pas loin du Pédaugé de Birac, je vois chez Cassini un Jeanpourquey (Jan Porquèir = Jean le porcher) qui suit le modèle que j’ai signalé à votre attention (prénom + vieux métier).
    Et je vous redonne aussi le joli Bernadhau (Bernat Haur = Bernard le forgeron).
    Loubieng - Bernadhau

  • Je me range à ton avis Tederic que, à l’exception de l’extrême nord-gascon, ces PÉ... sont presque uniquement des composés d’un prénom Pèir suivi d’un nom de famille ou d’un qualificatif.
    Idem pour PEYBAQUÉ (< Pèir baquè) du 09 gascon, à proximité de Jean Moune , du Pouech, et non situé sur une hauteur particulière.

    Mais, l’exception infirmant la règle, on a :
    PÉCOS 65140 Monfaucon, étant situé en contrebas d’un côteau et de LA HONT DU COS, le sens qui s’impose ici est "au pied du cos" ;
    et peut-être
    PÉTAPAU 32420 Monbardon, situé sur une hauteur isolée (< pèg-tap-au) ?

    E bona annada Tederic.

  • D’accord pour Pécos = "au pied du cos" !
    Je vois avec plaisir mentionné par Andriu ce mot còs còs dont je fais dériver Cossòu (Cousseau etc.).
    C’est un mot qui, comme beaucoup d’autres (artiga par exemple), est bien présent en onomastique gasconne (les nombreux Ducos...), mais je ne l’ai jamais relevé dans l’usage des derniers locuteurs, ni même dans des textes anciens ou moins anciens.

    Quant à Pétapau, je pense qu’il faut y voir comme le rappelle Gaby, peta-pòur ou peta-paur qui est un nom de lieu emblématique en Gascogne.

  • 1- Effectivement on a en effet avec le verbe petar des qualificatifs plaisants appliqués à l’encontre de personnes, et devenus noms de lieu : Petaboure à 64200 Bassussarry, Pétafort à 32170 Sainte-Dode, Pétabach à 31420 Peyrouzet
    Les Pète-Crabe et le Pète-bouc du 47 étaient-ils des herbages causant des flatulences aux chèvres, ou plus simplement comme les Pète-lèbe des lieux où abondent leurs crottes.

    2- Avec un sens complètement différent et cette fois oronymique,
    l’ALG carte 795 TAPP/TEPP donne des noms communs et toujours vivants pour désigner des hauteurs, relevés en Gascogne orientale non Pyrénéenne :
    tap 47 SE, 32 N, 09 N
    tapet 82 S
    tèp 31 NO
    tupè, tépè, tœpè 31 W, 32 E,SE

    et toujours la même carte TAPP/TEPP de l’ALG donne pour quelques relevés situés plus à l’ouest ce qui parait être une métathèse entre les consonnes T et P de cette racine :
    petè 32 au NW d’Auch
    pétara, petèra (finale non accentuée prononcée -o) 32 S

    Pour ces derniers mots, il serait mieux de faire référence à la racine PITT
    https://apps.atilf.fr/lecteurFEW/lire/20/548 vol.8 p.612
    qu’on pourrait bien voir comme étant la métathèse de la racine TEPP - et sa version plus occidentale  :

    en effet on trouve comme lieux-dits plus sur
    www.geoportail.gouv.fr/donnees/carte-ign (et 1 ou 2 clics sur le dézoomage donne la meilleure idée du relief du lieu) :
    le Pété à 32320 Montesquiou (tout proche de Pété du lin et de Pété d’en Laurrau), et à 32300 Ponsampère, 32320 Castelnau-d’Anglès, 32320 Pouylebon, 32190 Roquebrune, les deux premiers étant sur des sommets, les 4 suivants sur des flancs de côteaux, le Pité à 32150 Cazaubon, Pité à 32110 Arblade-le-Haut , 32460 Le Houga , Pitet à 64800 Haut-de-Bosdarros et les Pité landais dont la configuration topographique est moins évidente.

    Vincent dans http://www.gasconha.com/spip.php?loc5702#forum62958
    mentionnait déjà pitèr = éminence.
    Et le mot français piton au sens de "gros clou" vient du gascon : http://www.cnrtl.fr/etymologie/piton.

    Tout celà au départ pour dire que les lieux en PÉ- ne proviennent pas tous du prénom Pèir, et il en est de même des Pétapáur qui étaient en effet des pétochards.

  • A propos des toponymes PET* ayant trait au relief, Gasconha.com avait déjà Petemale à Biscarrosse qui a donné un hiu de discussion et le Petey à Marimbault.
    Biscarrosse - Petemale

    Marimbault - Au Petey

    J’ai remarqué récemment un "Péto" en Armagnac, et je m’aperçois qu’il y a à la fois ce Péto dans la commune de Condom, et "Le Péto" dans la commune de Larroque sur l’Osse. Les deux sont distants d’environ 3 km.
    Il y a aussi Le Petho à Calignac (47600).

    Or, un nom masculin en "o" final est le plus souvent en gascon un nom en -òu. J’analyse donc ces "Péto" comme Petòu, et j’ai alors la joie d’augmenter ma série d’oronymes* pojòu, tucòu, cossòu... tous des mots que je pense collectifs et indiquant des ensembles de mamelons, de collines ou d’ondulations diverses...

    * oronymes : Andriu a employé le mot ; ce sont des mots qui ont trait au relief


Un gran de sau ?

modération a priori

Contributions et grans de sau sont soumis à validation des webmèstes.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document

Bastisses