Médoc

Saint-Vivien-de-Médoc


 
en graphie alibertine :

Sent Vivian
Prononcer "Sén-Bibian".

Vivian Viviana / Vivien / Vivienne

Pour Vivian, prononcer entre "Bibian" et "Bibianng".
Pour Viviana, prononcer entre "Bibiane" et "Bibiano".
C’est probablement un prénom pan-occitan.

Toponymie :
 Avec le H gascon : Les Gahets, Le Hayet, Le Hourquet
 Noms en a(r) ou a(r)s et assimilés : le Marlat, le Champinat (?), Caillavat, le Moulinat, le Lucat (?)
 Noms en eÿ(re) : le Broustey
 Noms en ac : Grognac, Bertessac,
 Curieux ou inexpliqués : L’Aigue renne
 Mauvaises coupures ou cacographies : Déesse (Déhès), La Ribalès (?)
 dé-gasconnisation abusive :
 Très imagés ou très médoquins : Lou Puscayre, Camparédon
 Forme "lane" rare en Médoc : Barrail des Lanes


 

Articles


 

Lòcs (toponymie, paysage...) de Saint-Vivien-de-Médoc :


 

 

 

Grans de sau

  • Il s’agit probablement de mon église médoquine préférée. Le Médoc a eu la malchance d’être une terre de mission au 19ème siècle : cette terre s’est couverte de déplorables églises "Donnet", qui ont remplacé souvent de beaux édifices romans girondins.

    Je dis la malchance, car quelques décennies plus tard, les mouvements architecturaux ont permis de vraies beautés (grosso-modo des années 20 aux années 60).

    Vue d’ensemble du village en illustration.

  • La glèisa de Galhan es tot a fèit remercabla. Shens oblidar la basilica de Solac, la glèisa romana de la Canau (se me sovèni bien), las de Prinhac, de la Barda, la comandaria de Benon, la glèisa de St Laurens, e quauquas autas dens la lana medoquina...

     
    A prepaus deu nom : disen SEMEVIAN. (Sent Vevian, se vòletz)

  • La basilique de Soulac est beaucoup trop restaurée. Elle exige également une sensibilité à l’art roman girondin que je n’ai pas. Il est indéniable que le roman girondin est une version moins virtuose de l’art poitevin-saintongeais, c’est très beau, surtout en ce qui concerne la décoration des portails, or c’est justement sur ce point que l’art girondin est déficient, en comparaison des merveilles saintongeaises ou angoumoisines.

    Pour le reste, je suis d’accord qu’il existe de belles églises médoquines, mais tout de même trop rares compte tenu du grand nombre de paroisses.

  • Belles églises trop rares en Médoc, bien d’accord.

  • Cette photo, que j’ai faite au début de l’automne, montre nettement que la peinture s’écaille. Je trouve l’effet sympa mais c’est inquiétant pour la bonne santé de l’édifice.

    Je maintiens ce que j’écrivais l’an dernier du reste, cette église est une merveille. La Gascogne a eu de la chance au XXème siècle, des gens de talent y ont créé.


Un gran de sau ?

(connexion facultative)

  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document