Notre région, c’est la Gascogne !


 
Variante(s) graphique(s) :

Labrèze

Var. LABRAISE, LABRÈGE

Nom du sud Gironde signifiant à mon avis "La Brède". Cf Buzos pour l’explication.




Grans de sau

  • L’IGN donne :
    - Brèze, 33210, Saint-Loubert, donc près de Langon pour un lòc noté Labreze par Cassini,
    - Labrèze, 40240, Vielle-Soubiran, noté La Breze par Cassini
    - La Brèze à Brannens (33)
    - Brèze à Etaules (17, près de Royan dans un environnement franchement d’oïl)

  • - Brèze à Étaules (17) est une ancienne île entre l’estuaire de la Gironde et la Seudre, son nom peut donc être ancien et précéder largement l’oïlisation de la Saintonge, du temps où la contrée parlait une langue proche du limousin actuel.

    - Pour le reste, le phénomène auquel Gaby fait allusion est la mutation du latin c + e ou i vers "d" en deux zones gasconnes.

    Il est exact que la région de Bazas échappe à ce phénomène de telle sorte que c’est bien Brèze qui est localement la forme que l’on trouve.

    Reste qu’à titre personnel, je méconnais l’étymologie de ce terme brèze/brède.


Un gran de sau ?

modération a priori

Contributions et grans de sau sont soumis à validation des webmèstes.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document

En graphie alibertine :

Labresa

breda / buisson épineux

Prononcer entre "bréde" et "brédo".

Il semble que le mot ait la forme masculine bret.

Le Bret

Variante : bresa

bresic / aubépine

Dans la lande bazadaise. Se rattache a brèda. breda

En toponymie :
- La Brésiguère (Préchac, Escaudes)
- La Brésigueyre (Cazalis)
- Le Brésiga (Bernos-Beaulac)

J’en profite pour donner la notice correspondante du FEW, avis aux germanistes :

Agask. breda f. ‘’buisson, épine’’ (Bordeaux 1262, LB 368, 490 ; LvP), Gir. brede ‘’aubépine’’ (p 650), bredU (p 548), brède (p 653), Médoc bredo ‘’buisson, épine, piquant d’aubépine’’ M, Teste brède ‘’épine de l’aubépine’’. Land. brè m. ‘’aubépine’’, brœ (p 664, 672), Teste brè ‘’aubépine, prunellier sauvage’’. Übertragen Gers brèdos f. pl. ‘’fourmillement, démangeaisons, particulièrement aux pieds’’. - Ablt. LotG. brézik m. ‘’aubépine’’ (p 656), land. bresic. - RlFl 6, 148.
Ortsnamen bei Longnon 642 ; vgl. auch la Breda (1285, AHGir 7, 157), heute Labrède bei Bordeaux ; Stephano de Brea (1131, CartSaintonge 2, 30). Hieher auch saint. brée f. ‘’tige (de bois ; de fer)’’ (1673) mit dem ortsnamen la Brée, CharI.? Wohl vorromanischen ursprungs.
(FEW 21, p. 99)