Albret néracais Gascogne médiane Landes de Gascogne

Boussès

- Tederic Merger


 

Lamouterie


Merci à la Daune pour son accueil.

Lamouterie est dans la commune de Boussès, donc dans le département 47, mais je l’étiquette "Landes-Adour-Chalosse"*. La frontière avec le département des Landes passe à 1 km au sud. Je remarque que la carte de Cassini indique une frontière administrative au même endroit. Vincent pourrait sans doute nous expliquer les deux entités de l’Ancien régime qu’elle séparait.

Cassini écrivait "La Motherie", ce qui indique au passage l’ancienneté du lòc. Le nom est à expliquer ; même racine que "La Motte" ? pourquoi un "h" ? j’ai toujours à l’esprit une racine "moth" (terrain mou...), mais le "h" de la graphie de Cassini n’est pas à surinterpréter...

L’emban de cette jolie maison vasconne a été refait, on le voit à la rectitude des poutres.

*Dans le cas présent, je m’aperçois que ce classement n’a aucune incidence, c’est le classement de Boussès en "Gascogne médiane" qui l’emporte à l’affichage... Vais-je reclasser aussi Boussès ? suspense... Boussès est un archétype de la commune landaise à l’habitat dispersé, et au centre bourg réduit à quelques bâtiments (église, mairie...) autour d’un carrefour.


 

Grans de sau

  • Boussès semble se situer dans l’évêché de Bazas, à la frontière avec celui de Condom (qui n’est pas antique) dont la géographie était complexe mais dont on peut dire qu’il correspond à un ensemble Marsan-Gabardan-Condomois.

  • Carte de Belleyme ?
    Merci Vincent.
    La frontière qui figure sur cette carte et celle de Cassini est donc une frontière d’évêchés. Je suis très inculte sur le sujet.
    Je remarque sur cet extrait de carte, que je n’ai pu agrandir que dans la souillarde, des graphies de noms de lieu intéressantes, parfois proches de la prononciation populaire (La Bardat pour Lavardac, Sintrailles pour Xaintrailles, Biane pour Vianne, Capcioux pour Captieux...) parfois peut-être de graphies anciennes (Giscotz pour Giscos, Lucbon pour Lubbon).
    Certaines rendent mieux le gascon (ou au moins le nom authentique) que les graphies officielles actuelles : Sengor pour Saint-Gor, S. Pe pour Saint Pierre.

  • Je comprends mal ce que la carte de Vaugondy représente : son Bazadais et son Codomois sont épiscopaux mais elle figure des contrées nettement administratives comme le Béarn, voire d’autres qui n’ont jamais eu d’existence autre que géographique comme la Chalosse !

    Pour la partie Nord :

    Partie septentrionale du gouvernement général de la Guienne ou se trouvent le Bourdelois, le Perigord, l’Agenois, le Bazadois, et une partie du Condomois et de la Lomagne / par le Sr Robert

  • Juste une toute petite remarque :
    L’abord de la maison, ces fleurs, ces pots, les couleurs sont tout à fait en harmonie avec la maison, à la fois l’ordonnance de tout cela et les grandes fleurs et herbes un peu sauvages font un très bel ensemble.
    L’autre fois j’avais mis un petit grain de sel sur les jardins autour des maisons de Gascogne, on avait parlé des essences des plantes, mais en voyant cette photo on voit bien que quelque chose de "moderne" tout en étant dans la "touche" proprement gasconne peut être trouvé tout "naturellement" (et je suis bien consciente du travail de "culture" et pas simplement de "nature" que cela a du demander pour ce beau résultat !).
    Félicitations à la Daune !

  • Peut-être la Daune lira-t-elle vos louanges, Dominique. Je lui ai laissé, comme toujours, un paperòt du site.
    J’en profite pour la remercier d’avoir retiré de la vue un petit seau en plastique blanc, pour ne pas gâcher la photo...
    J’aurais pris la photo 30 secondes plus tard, on aurait eu un rayon de soleil.
    Le temps était mitigé, je venais de m’abriter d’une petite averse à Cantechorles* (photos à venir mais plutôt sombres dans cette cirsconstance) ; c’était une exploration à vélo comme je les aime. La météo était incertaine, mais il fallait que j’y aille.
    Je voulais approfondir "Mouchic" en face de Lahon, à Arx ; je ne crois pas à l’hypothèse "Mont chic" qui ne correspond ni au terrain ni, surtout à une construction que je connaisse en gascon ("chic" comme adjectif) ni même aux sons du gascon que je connais.
    Je suis toujours avec mon hypothèse "moth" + suffixe -ic ("mout" avec "t" mouillé) qui voudrait dire terrain mou, mais comme je suis le seul à dire ça, j’en arrive à douter...

    Je vous reparlerai peut-être plus en détail des nombreux projets de "fermes photovoltaïques" (25 ha par ci, 30 ha par là...) qui s’affichent dans ces landes qui en ont connu d’autres...

    *Qu’es acò, ua chòrla ? un ausèth, pensi... mès loquin ?

  • La Chòrla : varianta localizada (Arm. Tursan) de l’alauda, lauseta ; (Basco Txori). Autas fòrmas : Chorra, Charla (Gir.) ; Arag. Charreta.
    Mès tanben :Chorla (L.) qu’es la trida (grive draine), (Castilhan : Charlo), (Arag. Charra).
    Tirat de : Ausèths F. Beigbeder.

  • La Carte de Vaugondy donne "La Hitte" pour Lafitte sur Lot, ce qui y confirme la présence ancienne du "h" gascon, que les collecteurs de l’ALG n’ont plus trouvé, il me semble.
    Certes la carte est entâchée d’erreurs, mais "La Hitte" peut difficilement être arrivé par erreur...


Un gran de sau ?

(connexion facultative)

  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document