Bordeaux / Bordèu Anneau gascon Entre-deux-Mers

Bordeaux

- Tederic Merger


 

Euratlantique : le Jardin de l’Ars

D’abord une photo prise en juin 2021 depuis l’autre rive, à Floirac, de ce quartier de Bordeaux jadis arraché à Bègles, et appelé sur le Cadastre napoléonien le "Pont de Brienne", pont sur l’Estey majou (Cadastre Napoléonien Bègles Section A feuille unique : Pont-de-Brienne) :


L’Estey Majou

L’Estey majou conflue avec la Garonne un peu à droite de la photo, qui sera bientôt vintage, car ce quartier va être métamorphosé (on voit déjà les grues et quelques premières réalisations) par la gigantesque opération Euratlantique. Il va devenir Les Jardins de l’Ars.
Le ruisseau d’Ars

L’Ars conflue avec l’Estey majou un peu en amont de ce quartier, qui aurait donc dû s’appeler "les Jardins de l’Estey majou" ! Trop long ? trop gascon ?

Euratlantique - Nouveau quartier des Jardins de l’Ars - Photo de l’Atelier Caumes

Bon, ce n’est pas encore New York !

Manhattan - en souvenir de Wendy, new-yorkaise avec 1/64 de gènes basques !

 

Grans de sau

  • Je trouve que c’est le défaut majeur de ces nouveaux quartiers : quitte à construire en hauteur, alors qu’il soit construit véritablement en hauteur, avec de vraies tours, dépassant les 100 mètres.

    Je passe souvent dans le quartier Armagnac (je me refuse à dire Euratlantique), je me demande comment ces espaces sont vivables à pied, car malgré l’impératif de densification, la distance des bâtiments les uns aux autres fait que le moindre trajet me semble très long, outre l’aspect fournaise chaque année aux beaux jours.

    Je fais le pari que ces quartiers vieilliront malheureusement très mal. La tendance semble d’ailleurs être à la fin de cette expérience.

    https://www.sudouest.fr/politique/urbanisme/bordeaux-la-construction-en-chute-libre-les-professionnels-tirent-le-signal-d-alarme-3658626.php

  • Et que penses-tu, Vincent, du renommage du quartier de Paludate ("la Paludate" pour Cassini) en "Corto Maltese" ?-)

    Quant à émettre un jugement tout de suite sur Euratlantique, je ne vais pas m’y risquer.
    Le projet est énorme, c’est comme une ville nouvelle (je me demande d’où vient l’argent) avec différents quartiers de chaque côté de Garonne - je viens de découvrir celui de Floirac.
    A première vue, je n’ai pas un ressenti complètement négatif.
    Mais comment juger la création d’une ville ? architecture, économie, transports, viographie (les noms de rue)...
    Je pense donner des grans de sau chic a chic dans les jours, semaines, mois qui viennent, dans le cadre de notre mission d’observation du triangle gascon !

  • Une question : Euratlantique recouvre-t-il tout le quartier Armagnac ou seulement une partie ? Et par ailleurs il me semble aussi recouvrir tout ou partie du quartier Belcier, non ?
    Quant au nom "Corto Maltese" pour Paludate, malgré mon goût pour la bande dessinée du même nom... c’est une plaisanterie des aménageurs ou de Tederic lui-même ?

  • "Car ce quartier Corto Maltese, du nom de ce marin aventurier, personnage culte de bande dessinée, traversant son époque comme témoin, porte bien son nom, comme un clin d’oeil à l’ouverture de la ville sur l’océan et le monde."

    [Le festin n° 115 oct 2020 p.123 article "BORDEAUX DEMAIN : les quartiers d’Euratlantique]

    Mais dans cette liste des quartiers d’Euratlantique, je lis "Corto Maltese - Paludate" ; par ailleurs j’y lis "Amédée Saint-Germain", alors que selon le Festin, ce serait le quartier des Citernes ou quelque chose comme ça.
    Et Armagnac y est distinct de Amédée Saint-Germain.
    Les noms ne sont donc peut-être pas stabilisés.

  • Rien ne vaut une visite sur place !
    Hier soir, vers 21-22h, je me suis rendu à Paludate (alias "Corto Maltese").
    Pas trop de monde dans les restaus et sur les terrasses de "la Boca"... normal peut-être ce jour là (un jeudi) et à cette heure là.

    La vie venait surtout d’une terrasse élevée d’un immeuble en face, qui diffusait une ambiance et une musique de discothèque d’il y a quelques années. Pour moi une ambiance de dolce vita...
    J’ai peut-être vu aussi un Corto Maltese de la nouvelle génération ("marin aventurier" ?) : un jeune homme noir qui s’apprêtait à passer la nuit "à la belle étoile", sur un rebord à l’abri du rideau de fer rouillé qui sépare le bas de la "Méca" de la voie rapide sur berge.


Un gran de sau ?

(connexion facultative)

  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document