Chalosse-Tursan

Castelnau-Chalosse

- Vincent P.


 

Our Dateha


 

Grans de sau

  • C’est assez marrant, mais dans un même ensemble, on a trois styles architecturaux différents : une maison-cube des années 60, une maison de ville bourgeoise avec toit à 4 pentes que l’on retrouve immuablement de la Basse-Navarre jusqu’aux Landes, avec tons landais (murs blanchis à la chaux), et ce qui semble être assez curieusement une néo-pyrénéenne !

  • On remarquera le petit effort sur la maison cube avec 4 pans de toiture sur le toit terrasse.
    Il y a un point positif dans tout ça … ce cube qui ne ressemble à rien permet à la maison d’à coté d’être mis en valeur.
    Un petit coup de retap sur la façade et hop le cube disparait.

  • Je lui reprocherais deux choses : le ton rosacé des crépis et ce bois en façade. Plus généralement, ce mur d’enceinte ne va pas, il enferme le cube, je pense qu’il est plus récent que la maison, il aurait fallu un petit mur bas grillagé.
    Mais toujours est-il que j’ai de l’indulgence pour cette architecture, peut-être parce que c’est celle des photos de famille, des grands ensembles des banlieues des années 60, des collèges qui sortent de terre, ...

  • Pour moi, la maison cube, c’est plutôt ça :
    rue de Lolya à Marmande
    Donc, elle a généralement un toit à quatre pentes qui en fait un cube imparfait.
    Ce n’est pas du tout le modèle vascon, c’est aussi un modèle très pavillonnaire, qui convient mal à la maison de ville.
    Je trouve que la maison cube (donc à gauche) ne présente pas mal.
    C’est sa juxtaposition avec ses voisines qui ne va guère.
    Je partage l’avis de Vincent.P sur le mur d’enceinte.
    La clôture de "Our Dateha" (que veut dire ce nom ?), avec l’hortensia, est plus discrète et jolie, certes un peu désuète.
    On a un gros problème avec les clôtures laides, mais ce n’est pas spécifique à la Gascogne.
    Je rêve du modèle "airial" sans clôture, mais notre mode de vie ne le permet plus, semble-t-il (chiens méchants, enfants à sécuriser, piscine...).
    Au total, on a une impression de bric-à-brac architectural.
    Je préconise d’abattre le mur d’enceinte, de faire un devant de maison dans l’esprit de delui de "Our Dateha"*, et de planter un cyprès pour cacher la mauvaise jointure entre les deux maisons...

    *Au fait, n’est-ce pas "Our datcha" ("Notre chalet" en anglo-russe) ?

  • Avis des propriétaires
    la maison ne date pas des années 60 mais de 2008.
    la raison du cube est :
    reconstruction aux limites, et 3 murs mitoyens, l’architecte a ouvert le cube par le haut : verrière et donc façade ouverte
    l’interieur est de 125 m2 !
    le mur d’enceinte est certainement trop haut mais les locataires ont deux grands chiens et enfant en bas âge.
    L’enceinte protège de la route et de la place du village, d’autant que ttes les ouvertures sont sur cette place.

    La maison "our datcha" dépasse les limites de notre propriété, nous avons donc rasé un bout de leur toit de droit.
    Les cyprès sont un doux rève (couloir cimenté de Our datcha).

    Réponse de Gasconha.com :
    Comment, vous avez osé raser un bout du toit de "Their datcha" ?!-)
    Merci pour vos précisions, en espérant que nos commentaires ne vous ont pas heurté !

  • Les commentaires ne nous ont pas heurté du tout, c’est intéressant à juste titre, je vais les transmettre à l’architecte, je pense qu’il sera surpris agréablement que l’on bataille sur son architecture !
    le toit du voisin dépassé... et quand on construit un mur.... fil à plomb....
    Les artisans n’ont pas eu le choix que d’en couper un bout... et de ce fait le toit de our datcha (les anciens propriétaires de cette villa étaient coco à fond d’où le nom) est contre, limite emboité.
    Sur la gauche le petit espace entre les deux enceintes est une partie communale, donc nous ne pouvions faire un mur de clôture mitoyen.

    La maison qui existait auparavant était appelé le chalet.
    Une batisse datant de 1800 et quelques (briques en terre) bardé de bois, style anglais, de couleur rouge/bordeaux, et sans fondation.
    Nous n’avons pas eu le choix après le froid, le gel et tempêtes, les murs étaient trop fragilisés.


Un gran de sau ?

(connexion facultative)

  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document