Gabardan Marsan Landes de Gascogne

Losse

- Vincent P.


 

Coucura, Coucurat / Cocurar

en graphie alibertine :

(lo) Cocurar
Prononcer "(lou) Coucurà". Les graphies "Cocurat, Coucurat" sont fautives si (...)

cocura / coucure

Prononcer entre "coucure" et "coucuro".
"galles, ou boules que l’on trouve sur les chênes" [B. CASTAGNOS]

Il y a au moins un autre mot : cacòia (cacoÿe)

cocura est le féminin normal du mot cocuth qui désigne en gascon certaines fleurs (coucou, primevère...) ; le rapport entre ces fleurs et la galle du chêne serait à creuser.

cocuth / coucou, cocu, narcisse des prés, jonquille

Palay :
Multidiccionari francés-occitan

« coucùt sm. – Coucou ; cocu, narcisse des prés, ou jonquille »

En français, "coqueluchon" est un des noms vernaculaires donnés à certains types de primevère. Ce mot pourrait venir du latin cucullus. Or ce dernier pourrait avoir donné le gascon cocuth, par la règle de transformation du ll latin en th. La forme des fleurs serait en cause.


 

Grans de sau

  • Ne s’agit-il pas du mot gascon cocura (prononciation francisée "coucure") désignant les galles, ces boules que l’on trouve sur les chênes, dont j’ai fait les premières billes de mon enfance ?
    On pourrait penser qu’il s’agit d’un endroit où les chênes produisent des coucures...

  • Lo cocuth, c’est aussi la primevère (Primula veris, coucou). Je n’exclurais donc pas un "lieu où poussent les primevères"…

  • N’ac sabèvi pas.
    Que vau crear cocuth sus Gasconha.com, qui poderé estar l’arrasic deus noms Cocuron, Cocuròt, Cocura(r/t)... cocuth = coucou, cocu, narcisse des prés, jonquille
    End’aqueste lòc "Coucurat" de Lòssa, lo FANTOIR que balha COUCURA TIC.
    IGN : Coucura... bon, que vau sautar dessùs ende har avançar l’ipotèsi Cocurar, e dejà cambiar lo títol deu lòc !

  • Et si Coucura, Coucurat et autres Cuqueron procédaient de la racine pré-indo-européenne kuk- / tsuk- / suk- / tuk- que l’on retrouve un peu partout mais aussi dans les Balkans et qui se rapporte à une hauteur, une butte, un sommet, un pic, en un mot à une élévation naturelle plus ou moins importante ?

  • Adiu Danièl !
    E’t sembla possible qu’ua d’aqueras arrasics pre-indoeuropeanas e sia sufixada "a la gascona", balhant ua seria coma cocuron (lo mei frequent), cocuret, cocurar... ?
    Que’m expliqui : l’usatge populari qu’aplicava aquestes sufixes a mots deu vocabulari comun, et pas a fossiles passats en toponimia... o me trompi ?
    E tanben, l’arrasic que sembla aci cocur (damb possibilitat de derivacion de cocuth) , mei que simplament coc.

    A prepaus deu vilatge bearnés Cuquéron, l’article de Wikipedia que balha tot ua seria de fòrmas ancianas, on figura bien "Coucuron", e qu’explica :
    « Il est composé de la racine pré-indo-européenne *kuk avec un allongement ce qui donne kukuru, le n étant dû à la romanisation. »

    Pensi coma tu que cau botar aqueth toponime "Cuquéron" dens la nosta seria a explicar. Mès lavetz, pensi que caleré manténguer daubèrta l’ipotèsi cocuth>cocur* tanben end’aqueth.

  • Tanben los dus que son lhèu possibles. Lhèu lo nom qu’a ua arraditz preindoeuropèa (kuk- etc.) mes qu’aurà evoluit per etimologia populara un còp desbrombat lo mot ancian. Qu’auré disament cambiat d’etimologia capvath los sègles… (Qu’ac védem drin pertot dab mot gascons pas mei comprés, e ua etimologia "modèrna" enfrancimandida qui remplaça la d’avants, en tot har glosejar los gasconautas).

  • Adiu Tederic,

    Que pensi com lo Jan l’Aisit que la dobla ipotèsi d’ua arraditz pre-indoeuropèia n’ei pas incompatibla dab la d’ua evolucion populara. Onomastica e topologia que sonn univèrs deus fascinants, nani ? Ne i auré pas pro d’ua vita tà n’acabar l’estudi. E ua vita d’òmi, qu’ei brac.

  • E be que som dejà tres a pensar atau, Danièl !

    En français pour ceux qui ne comprennent pas encore le gascon :
    Il se peut qu’un ancien toponyme venant de la période pré-indoeuropéeenne (donc même avant les celtes !), par exemple *Kuk quelque chose, qui n’était plus compris quand la population était passée à une langue latine (le gascon pour nous), ait été assimilé à des mots gascons phonétiquement proches désignant tout autre chose, par exemple Cuqueron, puis Cocuron identique à un diminutif de Cocuth.

    Un autre exemple :
    Le Camp de la Hire à Saint-Philippe-d’Aiguille qui pourrait être un Candelayre ou une Candeleyre ; là, ça se joue entre le gascon (le mot gascon n’aurait plus été compris - nous-mêmes ne savons pas trop si c’est candelèira ou candelaire !) et le français.

    Un bémol quand même : ce mécanisme me semble plus preignant pour des macrotoponymes (des noms de villages de grande ancienneté) que pour des microtoponymes, qui, eux, ont plus souvent nommé des installations humaines récentes, qui n’avaient donc pas de nom ancien.


Un gran de sau ?

(connexion facultative)

  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document