Notre région, c’est la Gascogne !

Libournais

Saint-Philippe-d'Aiguille

La Rode

En "normalizat" :

L'Arròda
Prononcer "L’Arròdo"

arròda / roue

prononcer entre "arrode" et arrodo".
forme nord-gasconne : ròda

arrodèr, arrodèir (prononcer "arroudèÿ") : charron

Viendrait du gaulois "rota".
A rapprocher du basque "errota".

Ce n’est pas avec ce "La Rode", que l’on aura une preuve de possible ar- prosthétique dans la langue du Castillonnais : il faudrait un dérivé masculin avec mécoupure (c’est pour les initiés, ça !).

Faut-il créer un lieu normé "La Ròda" ? Pour le moment, je classe ce lieu sous "L’Arròda".

prepausat per Vincent P.



Grans de sau

  • Pour les noms normats, et notamment dans ce cas, je suis partisan d’être très englobant, c’est-à-dire de réunir différentes formes suffisamment proches sur la même fiche (ou la même entrée).
    C’est une question d’économie informatique : éviter la redondance d’information, économiser la saisie.
    En plus, dans le cas du a prosthétique (il parait qu’on peut dire aussi "prothétique" ?), faire deux entrées différentes La Ròda et L’Arròda séparerait des noms de lieux selon une graphie française qui est souvent arbitraire : un "La Rode" peut très bien recouvrir un L’Arròda...
    Je rappelle aussi qu’à long terme si Dieu le veut, c’est tous les toponymes gascons du FANTOIR qui seront dans la base (des dizaines de milliers), et que le but est d’obtenir des cartes de distribution de chaque toponyme.
    Faire deux entrées différentes dans le genre La Ròda et L’Arròda fausserait les cartes en scindant les résultats en deux groupes arbitrairement constitués.

    Attention, il se peut que ce choix n’ait pas toujours été fait dans le passé !

    Pour personnaliser le nom, par exemple dans une zone géographique où on est sûr que c’était "La Ròda", on peut parallèlement utiliser les zones complémentaires de nom gascon de la fiche lòc (nom en alibertin, et en franco-phonétique) qui sont toujours en service, contrairement à une intention que j’avais eue jadis.

  • Je suis également partisan de noms normés étendus, et donc, de mentionner dans la zone complémentaire, la version normée locale.

    Prenons un lieu-dit Pesquey. Sous le nom normé "Pesquèr". Et noter Pesquèir / Peskèÿ en zone complémentaire. Mais quid des articles ? On les met dans le nom normé ou bien juste en zone complémentaire ?

  • Dans mes nouvelles créations de noms normats, je mets l’article entre parenthèses : (lo) Pesquèir.
    C’est la même logique que plus haut avec le a prosthétique : traiter à part les lieux "Pesquey" et les lieux "Le Pesquey" conduirait à créer des paquets arbitraires et à amputer les aires de diffusion des toponymes, sachant que l’article est parfois absent sur une carte (par exemple celle de l’IGN) et présent sur une autre (par exemple le Cadastre napoléonien).
    Les zones complémentaires de la fiche lòc permettent de coller aux particularités locales et sont supposées être plus parlantes pour le grand public.
    Par exemple, on pourrait mettre "Le Pesquèr" là où on sait que c’est l’article toulousain, tout en rattachant au nom normat "Lo Pesquèr".
    Ou mettre "Pesquèr" si on est certain qu’il s’agit d’un nom de famille transféré sur un lòc...

    Je rappelle que les noms de famille de Gasconha.com utilisent aussi la base des noms normats. Donc, les noms de famille Pesqué et Pesquey (si ce dernier existait) sont aussi rattachés à (lo) Pesquèr ou (lo) Pesquèir.

    Quant à Pesquèr/Pesquèir :
    Récemment pour la première fois, j’ai fait un regroupement de ce genre, avec Lo Cabanèr + Lo Cabanèir. D’ailleurs j’aurais pu mettre (lo) Cabanèr + Cabanèir...
    J’ai aussi une motivation très prosaïque : créer un nom normat, ça me prend mettons 4 mn ; utiliser un nom normat existant, même en le modifiant pour qu’il soit plus englobant, ça me prend 1 ou 2 mn. La différence est à multiplier par 20 ou 30 000... 60 000 minutes gagnées, c’est 1000 heures ! Bon, je grossis le trait...
    Mais je reviens à mon argument précédent : une carte qui affiche à la fois les Cabanèr et les Cabanèir sera plus significative parce qu’elle montrera la diffusion réelle du nom sur l’espace gascon, quel que soit son habit, nord-gascon ou non.
    Et la carte de l’isoglosse -èir/èr, on la connait, il n’est pas nécessaire de la répéter pour chaque nom.


Un gran de sau ?

modération a priori

Contributions et grans de sau sont soumis à validation des webmèstes.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document