Notre région, c’est la Gascogne !


 
Navèth nom !

 

Salut es bieys Moulins

Dàvid

lundi 28 juin 2010

Nostes bieys moulins ün momënt bant rebïoure,
Pusque, modéstemënt, boly, per ës escrïoure
Ün mot d’admiracioun.
Sount tous la : Mountalon, Cuzat, Péyrelebade,
Sent Rouman… dëns l’air pur de quelle matinade
Engrumant lurs cansouns.

Lou bént frës s’at lebat, lou bént que soubént manque ;
Lou mouliney, coyfat de sa bounëte blanque,
At leychat soun soumëy :
Dëns soun pilot de blat remude a plënes pales ;
Sa mole bay gruza tout aco, car les ales
Birent ou grand soulëy.

Tic, tac, tic, tac ! que l’ün a soun besïn respounde !
La farine ferat dou pan per tout lou mounde ;
Lou moulïn es balént ;
Ne s’at pas repaouzat ün tiour dempeuy mestibe ;
Dou freuyt de soun trabay boudrét que chacun bibe
(…)

Mais la brise pus calme anfin imobilise
Des grands bras couratious la bële blanque ou grise.
Lou moulïn arestat,
Coume ün home esbafat d’ayé courut tropt biste,
Es hurus de drumi. La coline es pus triste
Dëns l’imobilitat.

Et l’ün dirét alors, tant sandye lou mistére,
Coume des grandes crous, sïmbole de priére,
Pure imatye d’amour,
Signe dou cïel bers qui l’ame, a pëne esbeyade,
Demande, lou matïn, face ou tarey tournade,
Lou pan de chaque tiour.

… Tout ce que disy la, co n’es qu’ün reybe estrandye.
Lou progrés at bïngut : « Faou que tout aco sandye »,
Dissut en aribant.
La bile at engloutit nostes petits bilatyes ;
Nous ant tout pris, quets tiéns que se disent pus satyes
Et pus sabénts qu’abant.

Tous les moulïns eymats des campagnes antiques
Ne serant jamais mey que de bieyes reliques
Sount frapats sens perdoun.
A dare gueytats-lës ; séns ale ni séns téste ;
Tout proche sëmble esta que caoucouré protéste
Countre quet abandoun.
De lurs flancs déchirats, chaque peyre que toumbe,
Coy ün brïn dou passat que decént dëns la toumbe.
Quand n’y serant pas mey,
Quets amits dount les euys ant gardat l’habitude,
Que coy que résterat ? Désért et solitude
En haout dou grand tarey.

Oh ! quand bïngrat quet témp, escoutats-më, Meynatyes !
Si bous ans alors besita quets paratyes,
Siyés émouciounats.
Et pusque l’abeni ne pot se ha couneuychre,
Eymats en boste esprit doucemënt ha reneuychre
L’oumbre des tiours passats.

Et que l’âme des bieys, qu’ant bis les moulïns more,
A coustat de bous-aous a tout momën damore,
Prëste a bous sousteni
Dëns les méchants camïns de boste long biyatye ;
Que bous doune surtout la force et lou couratye
De bién bous soubeni.

Un poème du félibre de St-André-de-Cubzac Jausep Allain (1891-1959) en gascon du pays cubzaguais.






Un gran de sau ?

modération a priori

Contributions et grans de sau sont soumis à validation des webmèstes.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document