LO MAINATGE ACABAIRE Traduction en gascon occidental normé réalisée par Philippe Lartigue, professeur certifié de langue d’oc/Histoire-géographie. Adaptations graphiques à partir de la graphie préconisée par l’I.E.O.

- Halip Lartiga

[ Aqueste conte de "l’enfant prodigue" qu’a servit a identifiar las particularitats de tots los parlars de la França de gèr : los cercaires, dens las enquestas suu terren, que demandavan aus locutors d’arrevirar l’istoèra en parlar la lenga de casa.
Halip Lartiga que contunha aqueth trabalh.
De mei, lo lector que trobarà, probable, qu’es berogin e simpatic aqueste conte "parabolic" e morau ! ]

1. Un òmi n’avè pas sonque dus hilhs. Lo mei joenn que disó au son pair : « Qu’es temps que sii lo men mèste e qu’agi sòs. Que cau que posqui me n’anar e que vedi país. Despartitz lo vòste ben, e balhatz-me çò qui divi aver. - Quiò, lo men hilh, ce disó lo pair ; com volhis. Qu’ès un maixant e que seràs castigat . » Puix aubrint ua tireta, que despartí lo son ben e que’n hadó duas parts medixas.

2. Chic de dias arrond, lo maixant hilh que se n’anó deu vilatge en hadent deu gloriós, e xentz díser adiu end arrés. Que trauquè hòrt de lanas, de bòscs, d’arribèras, e que vienó dehentz ua grand vila, ond se goastè tots los sòs. Au cap de quauques mes, que’s caló véner la pelha end ua vielha hemna e logà’s entad estar vailet : que l’enviènn aus camps entà goardar los asos e los bueus.

3. Alavetz, qu’estó hòrt malurós. N’avó pas mei nat lheit tà dromir la nueit, ni mei nat huec entà cauhà’s quand hadè hred. Qu’avè a bèths còps tan grand hami que s’averé minjat de bon còr aqueras huelhas de caulet e aqueras hruitas poiridas dond mínjann los pòrcs ; mès arrés ne’u balhèva pas arré.

4. Un desser, lo vente vueit, que’s deixè càder sus un trubès, espiant capvath l’ahrièsta los ausèths dond volèvann liugèrament. Puix que vedó paréixer la lua e las estelas, e que’s disó en plorant : Alahòra, la maison deu men pair qu’es plea de vailets dond ann pan e vin, ueus e hromatge, tant com n’en vòlenn. En detant, jo, que’m mòri de hami ací.

5. « E bè, que’m vau lhevar, que me n’anirèi trobar lo pair e que’u dirèi : Que hadoi un pecat, quand voloi deixà’vs. Qu’avoi grand tòrt, e que cau que’m castíguitz, qu’ac sèi plan. No m’apèritz pas mei lo vòste hilh, trectatz-me com lo darrèr deus vòstes vailets. Qu’estoi copable, mès que’m perivi luenh de vos. »

6. Lo pair qu’èra dehentz lo son casau, qu’acabèva d’arrosar las soas hlors ; que campotejèva los pomèrs e los arresims. Quand vedó viéner per suu camin lo son hilh tot aprigat de xudor e de prova, arrossegant la cama, desgais s’ac podó créder. Que’s demandè se calè que’u castiguèssi o que’u perdonèssi. A la hèita fin, dab los plors hentz los uelhs, que l’alonquè los braç, e se getant au son còth que’u balhè un grand potic.

7. Puix que hadó assèder lo son hilh ; qu’aperè lo son monde e los vesins : « Que voi aimà’u com davant, lo praube còixo, ce’us disó talèu qu’estonn amassats. Qu’es estat pro castigat : que digun adara ne l’arrecasti p’arré. Vienetz lo véder ; portatz-lo viste ua beròia vèsta, hicatz-lo un anèth au dit e sabatons naus aus pèds. Que poderatz tabé gahar hasans, guits, e miar un vetèth bon a tuar ; que vam béver, minjar amassa e har ua grand hèsta. »

8. Los vailets qu’aubedinn lo son mèste e que hiquènn ua bèra tavalha sus la taula. Au medix moment, lo hilh ainat que se’n tornèva de la caça dab los sons cans : « Çò qu’es aquera eixordèra ? s’escridè en jurant. Que crei que càntatz ací ; n’es pas tròp lèu que torni. Ètz pèc, lo men pair ? »

9. « No, lo men hilh, ne’n soi pas, ç’arresponó lo vielh. Se hèi aquò, qu’es pramor d’estar tot engalherit. Que càntam e qu’èm urós, pramor que n’am lo dequé. Qu’ac volhis o no, que calerà que cantis tu tabé e que t’arregaudeixis dab nosautes, pramor lo ton hrair dond èra mòrt qu’es arrevitat. Qu’es com se vienè de vàder ; ger qu’èra perdut, uei que l’am tornat trobar. »

Grans de sau

  • C’est une belle langue, un standard possible pour un gascon commun normé qui irait piocher son vocabulaire dans tous les dialectes gascons, avec adaptations (ar- prosthétique, ...).

    Pour autant, ne crois-tu pas que la graphie "coand" est tout aussi convenable pour restituer [kw] ? Après tout, c’est aussi la solution de l’espagnol (cuando).

    • Bonjour Vincent,

      Merci pour tes remarques sur la langue que j’emploie. C’est toujours agréable de lire ce genre de choses.

      C’est en fait ce que j’essaie d’enseigner en classe, c’est ce que j’ai voulu illustrer en traduisant le texte de Gabriel Artigue sur l’identité.

      Je veux me détacher des parlers locaux qui, de toute manière, sont moribonds.

      Je pense que les quelques élèves qui fréquentent nos classes de langue d’oc devraient bénéficier de l’enseignement d’un standard gascon et que nous ne devrions pas nous obstiner à essayer de transmettre les "patois" gascons locaux, lesquels sont morts ou à l’agonie.

      Les fameux locuteurs "naturels" n’ont pas souhaité transmettre leur patrimoine linguistique, ils sont donc assez mal placés pour donner des leçons ou émettre des critiques.

      D’autres peuples n’ont jamais renoncé, qui étaient confrontés à une adversité autrement plus agressive.
      Mistral disait, je crois, qu’un peuple qui renonce à sa langue méritait de crever.

      Voilà ce que je pense de tous ceux qui n’ont pas fait leur boulot et qui se permettent, en plus, de la ramener au non de je ne sais quel patriotisme gascon ou béarnais, en accusant avec beaucoup de mauvaise foi l’occitanisme, que je n’apprécie pas particulièrement comme tu sais.
      Un peu comme ces "Gascons" de Bayonne qui détestent les Basques, sentiment mêlé de frustration, de jalousie, de mauvaise conscience et d’impuissance face à un peuple qui, lui, ne s’est pas couché comme ils l’ont fait et n’a jamais renoncé à son identité.
      Je ne souhaite pas leur mort, bien sûr, mais au moins leur silence.

      Pour ce qui est du "coand", pourquoi pas ? Après, on verra si l’usage de cette orthographe prend ou pas. Pour moi, je préfère QUAND et QUANT.

      Amitiés.

  • Ce n’est pas du tout évident de vouloir normaliser une langue qui possède autant de variantes et qui était orale, mais il est vrai que pas mal de mots sont semblables phonétiquement parlant.

    Personnellement, j’apprécie "tabé" car tous veulent nous faire avaler "tanben", et à chaque fois ce fameux "aussi" me fait sortir de mes gonds.
    Il faut quand même une grande imagination pour sortir des mots pareils, car même en prenant des textes du XVIII et XIXiéme, "tabé" était écrit également "tabet" ou "tabey", et la prononciation se rapprochait de la notre.


Un gran de sau ?

(connexion facultative)

  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document

Dans la même rubrique