Toponymie de Came Peïo Dibon

Maisons de Came au quartier du Boscq : Castetnau, Burrou, Bourrouilla, Bernatoua, Baquerisse, Maïzouette, Hayedot, St-Boues, Chifre, Fragues, Bousquet, Cantau, Pelat, Jus, Hayo, Jouandourte, Charpante, Lasserre, Loureu, Routge, Mouret, Laurens, Bedadet, Sartou, Houdiou, Lagneret, Belade, Caliorde, Pourrade, Duguet, Legneï, Boussettou, Murraille, Lamothe, Piricq, Lilloutou, Dourguillou, Nabera, Balcou, Choun, Lartigosle grange, Flaman, Sarrailh Estrouche, Boustetloun, Bousset, Cazenave, Lapouble, Sarrailh.

Forte toponymie gasconne dans ce village.
Burrou et Bourrouilla viendraient-ils du basque buru ?

Grans de sau

  • Quartier du Boscq : quartier du Bois

    Castetnau : "château neuf" en gascon

    Burrou : ce doit être Burre marqué en ruines sur les cartes de l’IGN, à côté de Bourouilla. Un lien entre les deux ? Ce peut-être un grand nombre de choses comme un prénom médiéval Bouron mais aussi la déformation du basque buru=tête,sommet (comme le pic appelé Burros à Campan). Toujours à Campan, un sommet est appelé Burre.

    Bourrouilla : du gascon vorrolhar, endroit où il y a un verrou. Terme frontalier ? Nous ne sommes pas loin de Saint-Pé-de-Léren et d’Oeyregave.

    Bernatoua : le maintien de l’article basque me paraît difficile, Bernatou a été un patronyme charnégou (petit Bernard), ainsi que Bernataou qui en est un diminutif (qui donne Bernatavet encore diminué). Bernatoua peut être une mauvaise transcription de Bernataou, ou alors un composé complexe avec les suffixes -on et -an.

    Baquerisse : vacarissa en gascon, c’est le parc à bovins

    Maïzouette : gascon maisoeta, "petite maison"

    Hayedot : "petit Hayet", Hayet étant la hêtraie

    Saint-Boues : probablement originaire de Semboués qui ne peut pas être le francisme "Saint-Bois" (on trouve des Saint Bois à Bidache). La question de la signification de Semboués reste entière (on remarque dans le Gers également Bassoues, Berdoues, ... mais faire dériver Semboués du basque sembe=fils pose problème car mb intervocalique est simplifié m en gascon).

    Chifre : aucune idée, probablement "chifra" qui signifie ... chiffre

    Fragues : Fraguès sur les cartes actuelles, présent également à Sabres et Saint-Lizier autrement dit une distribution très pan-gasconne. Comme l’on a pas de lieu-dit Arragués, cela ne peut être un composé de fraise en gascon (fraga/arraga). Cela dit fraguèr=fraisier conviendrait. Un sobriquet sur frac ?

    Bousquet : gascon bosquet "petit bois"

    Cantau : gascon candau/cantau "versant"

    Pelat : gascon pelat "pelé"

    Jus : probablement le prénom Just

    Hayo : dans une zone où la voyelle atone est prononcée e, impossible d’y voir le gascon "haja", version féminine de hai=hêtre. J’y verrais plutôt le basque ai=versant + suffixation archaïque en o

    Jouandourte : "Jean d’Urt"

    Charpante : francisme adapté au gascon pour la finale, "charpentier"

    Lasserre : "la sèrra", la colline en gascon

    Loureu : on trouve Lourau à Bardos, mais aussi Louroua et Louroué à Salies. Difficile. des composés sur hlor, "fleur" en gascon ?

    Routge : Roger en gascon

    Mouret : gascon moret, "brun de peau"

    Laurens : Laurent en gascon

    Bedadet : petit Bedat, le vedat en gascon, c’est le terrain mis en défens

    Sartou : gascon sarto "tailleur"

    Houdiou : attesté Hodion au XVIIème siècle, soit petit Hodi (patronyme que l’on trouve en pays charnégou), soit Hodiun (odi=ravin en basque + suffixe locatif un)

    Lagneret : gascon anheret "petit agneau", sobriquet probable

    Belade : originaire de Belhade ou autre lieu-dit homonyme, du gascon vath lada "vallée large"

    Caliorde : on trouve Calidor à Léren comme patronyme ainsi que Galidor/Galidort à Came. Difficile à dire. Variante de galihòrça, précipice en gascon ?

    Pourrade : lieu où il y a des poireaux ? (porret en gascon)

    Duguet : plutôt "petit Duc" à mon avis

    Legneï : Légnés aujourd’hui, Leignes au XVIIème, lenha en gascon c’est le "bois de chauffage" mais quel sens ?

    Boussettou : "petit Bousset", mais que signifie Bousset ? On trouve des Bousset en Orthe et à Urt. Petit bouchon ?

    Murraille : gascon murralha "muraille"

    Lamothe : gascon la mòta, "la motte"

    Piricq : forme diminutive de Pierre ?

    Lilloutou : "petit Lillou", Lilo est un prénom gascon

    Dourguillou : peut-être de qui indique la provenance et Ourguillou, diminutif d’orgulh=orgueil, un sobriquet ?

    Nabera : gascon naverar, "terre nouvellement défrichée"

    Balcou : "balcon" ? Quel sens possible topographique ? Ne serait-ce pas plutôt un prénom basque Balko, du latin falconem (s’il a existé) ?

    Choun : aphérèse de Pichon

    Lartigosle : gascon l’artigòla, "petite artigue"

    Flaman : prénom gascon formé sur l’ethnique Flamand

    Sarrailh : gascon sarralh, "enclos"

    Estrouche : gascon estroish "coupé net"

    Boustetloun : "Boustet long", bostet, variante de bosquet ?

    Bousset : tiens le voilà. Cf Boussettou.

    Cazenave : "nouvelle maison"

    Lapouble : "maison habitée par un poblant"

  • J’ai un doute sur LOUREU.
    Si on le rapproche de Lourau, Louroua, Louroué, on peut alors voir des noms basques faits sur "lur(r)ro".
    Lourau = Luro ?
    Louroua et Louroué = Luro(a) ?

    Quant à Loureu, peut-être un simple Lur(r)a, en tenant compte de la prononciation de la voyelle atone en pays charnégou.

    Lura ... Loure ... Loureu.

    Ceci est à creuser.

  • Même interrogation que Vincent P. :
    "bousset" = petit bouchon ? Pas satisfaisant.
    Et j’ai pensé qu’il pouvait dériver de "boish" = le buis du latin "buxeum" auquel on aurait rajouté le suff.végétal "-et" pour donner le lieu où il y a du buis.
    A rapprocher de Buzet (sur Baïse).

  • Legnëi : p. ê ? lenhèr ? abri ou grange où l’on met le bois de chauffage (la lenha), autrement dit : le bûcher ?

  • Confirmation : "Bosset" est attesté au moyen âge en pays d’Orthe :
    "au loc aperat à Bosset en le parropie de Belus"
    books.google.fr/books ?ei=uVmpU5qTCerJ0QX_jIC4Dw&hl=fr&id=t57MAAAAMAAJ&dq=bosset+castet&focus=searchwithinvolume&q=bosset

    Je remarque aussi "Bousseta" à Saint Perdon, en Marsan.
    On doit avoir ici le suffixe -ar...

    Enfin, je vois "Boussède" à Bélis, et des "La Boussède" à Ygos-St-Saturnin et Géloux, que je rapproche des "Bouchède" que je vois ailleurs en Gascogne.
    La terminaison -eda (féminin de -et) est caractéristique. "Bousséde" est le féminin de "Boussét".
    Il doit s’agir, comme le suggère Claude, de lieux où il y a du buis : "boish" en gascon graphié selon Alibert, se prononce "bouch", où le "ch" correspond à un "s" chuinté.
    On peut concevoir des hésitations entre la graphie "ch" et la graphie "ss".


Un gran de sau ?

(connexion facultative)

  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document

Dans la même rubrique