L’amne gascoune selon André Pic à partir d’un hommage de Miquèu Pujol dans la revue Vasconia

- Tederic Merger

Dans la revue Vasconia du Conservatoire du Patrimoine de Gascogne, numéro 4 de septembre 2003,

Word - 41 ko
André Pic enfant de Gondrin
Miquèu Pujol - revue Vasconia 2003
OpenDocument Text - 27.7 ko
Andréu Pic poète injustament desbrembat
Miquèu Pujol - "lo DIARI" No 33

Miquèu Pujol rendait hommage à André Pic, enfant de Gondrin, que Camélat aurait bien vu comme son successeur à l’Escole Gastou Fébus ; mais André Pic est mort bien trop tôt / trop de d’ore !

Je vous propose cet extrait de l’article de Miquèu Pujol :

A la fin de l’article, Miquèu Pujol estime que cette amne gascoune qu’André Pic dépeint comme taciturne et renfermée (lou gascoû qu’ey carat e en deguens) contrairement au cliché habituel du gascon, c’est d’abord celle d’André Pic lui-même !
Benlèu quiò...
Il faut dire que Pic écrivait en 1934 ; on ne parlerait plus de nos jours “des grands traits de la race aquitaine” (et Pic ne parlait pas de races bovines !). On trouverait que c’est de l’essentialisme voire du racisme, et selon moi, on n’aurait pas complètement tort !

Grans de sau

  • Òc biò, qu’existeish aqueth tip carat e medish drin sorne. Totun que coneishi tanben un arramat de gascons qui son de gaujós sanguilhèms cap e tot. Mei que non pas monde de d’autsparts com, disem, los quebequés pr’exemple, o los champanhés. Qu’ei ua causa de díser “N’èm pas tots atau, vivant !” ; que’n seré ua auta de preténer non n’i agi pas nat d’aqueths…


Un gran de sau ?

(connexion facultative)

  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document

Dans la même rubrique