Notre région, c’est la Gascogne !

Le gascon dans le roman Belle Alliance

de Christine de Rivoyre

jeudi 7 juin 2018, par Gaby

Quelques extraits :

- les chats des Landes ne sont ni aimés ni aimables, on les appelle ’’gats’’ (p. 12)

- En Gascon, bouhe signifie ’’souffle’’, le bouhe c’est aussi la taupe qui s’évade de son soupirail et vient souffler, prendre l’air (p. 18)

- Un ’’kiki’’ n’est pas un ’’can’’, vocable sérieux réservé aux pointers, aux setters plus ou moins purs [...] Un kiki n’est qu’un cagnot, on le traite aussi volontiers de ’’cure-uou’’ (p. 35)

- comme siffle le vent, chioule ben, qui fait craquer les grands pins. Qu’elle parle, qu’elle pleuyteuye, qu’elle borde, qu’elle radote [...]des chansons à birebourer les têtes (p. 44)

- Petit trot, grand trot, petit galop, canter du Tounedou au Baqué, de Perrac à Branelongue, de Tuyenet à Lestajaou, de Bordessoule à Plinguet (p. 46)

- Comment l’appelles-tu ? - Hé té, Cagnotte. Cagnotte sen Brigue de coude puisqu’elle n’a pas de queue. (p. 47)

- Sa mère [...] y mêlait des adages, des proverbes qu’elle récitait souvent en gascon, roulant les r, mouillant les ll, écrasant les gn et Margot l’imite,se met à réciter : Aoube rouge ben ou plouje. Puis , en mesure, comme une chanson : Per sen Miquéu, le becade que toumbe dou céu. Per sen Luc, lou gran truc. E après sen Miquéu et sen Luc, arrivent sen Roc, sen Bernat, sen Loup, sen Andriu, sen Martin et sente Catrine. (p. 51-52)

- Elle prononce enfing. Isa est de Sabres, dans la Grande Lande, et, là, l’accent gascon ne fait grâce à aucun mot, à aucune syllabe terminale, surtout quand l’émoi s’en mêle. (p. 66)

- Les vieux dansaient la roun-la-la, le saut-de-sacul et la sabringote. [...] tu as vu danser la sabringote ? - Non. - Une Sabringote qui n’a pas vu danser la sabringote, c’est désolant. - Eh oui. Mais c’est comme ça,je n’ y peux rien. - Nous vivons dans un monde où les vieux ne dansent plus. (p. 93-94)

- Un méchoui au pays du panturon, du salegras et de l’aillère, ça ne te fait pas deuil, comme dirait Adèle ? (p. 94)

- J’entends d’ici [...] ton bel accent montois (ou dacquois) qui pince les an : je me demonde vraimont ce qui a pu se passer. (p. 108)

- Simon avait la voix râpeuse de sa mère, son accent. M’ammebête, choucolat, caramebares, chinechinegomme. Et mamang, bien sûr. (p. 115)

- Hé adieu, Marregot. Ma chenille elle est dans une boîte d’allumettes, dans mon lit. Et demaing mating, ce sera un papillong. Tout jone. Ou jone et blang. (p. 117)

- Aubin Lescommère (épicier le reste de la semaine et un vrai Lanusquet, petit, nerveux, frétillant). (p. 132)

- Séraphine a chanté Adiou praoube Carnaval et les chiens sous la table en ont profité pour hurler (p 153)

- Elle roule les r avec l’accent de la Chalosse, comme si elle roucoulait (p. 203)

- A la fin de sa vie, le berger qui s’appelait Jeannon ne parlait plus qu’à un imaginaire chien labrit.Hey biye, criait-il , ou arrebire ou gahe lou. (p. 222)



Grans de sau

  • Contrairement aux rares rappels gascons des romans de Mauriac , les allusions ci-dessus ne sont jamais négatives ou péjoratives.
    Sympathique Christine de Rivoyre

  • Je dois dire que j’aime bien la négativité de Mauriac toutes les fois où le monde gascon surgit dans son oeuvre. Et cela va bien au delà de la sauvagerie de la langue : ce sont les êtres, quasi phénotypiquement.

    Pourquoi aimer ? Parce que cela marque un monde inquiétant et irréductiblement différent, assez peu folklorisé en somme, vu par un bourgeois bordelais. Pour ces raisons, je pense qu’il faut toujours se réjouir des stéréotypes négatifs propagés par la ville, ils marquent le peuple qui survit.




Un gran de sau ?

modération a priori

Contributions et grans de sau sont soumis à validation des webmèstes.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document